20 mars 2014

Pourquoi il faut s'acharner sur Nicolas Sarkozy


Nicolas Sarkozy serait harcelé à nouveau par une coalition hétéroclite composée de médias puissants de gauche (Le Point, l'Express) et d'extrême gauche (Mediapart, le Monde, Marianne), d'antisarkozystes déçus de l'avoir vu quitter si vite l'Elysée et le centre de leur activité militante, de juges hargneux et trop indépendants, et d'un cabinet noir piloté depuis le bureau même de François Hollande. 

C'est en substance la synthèse des réactions du Premier Cercle des sarkozystes, et de Sarkozy le premier. Nous pouvions rire ou pleurer.

La République mérite mieux.

Sarkozy sombre

A Droite, on s'émeut quand même et heureusement. Les révélations de Mediapart ont semé le trouble. L'un des vice-présidents du Modem, récemment rallié à l'UDI et les anciens supplétifs de l'UMP,  cachait mal sa gêne. Plus à droite,

Il n'y a plus grand chose d'antisarkozysme primaire dans cette affaire. Il s'agit plutôt d'un immense vertige devant la nature des révélations. La droite, et une belle fraction de la gauche, a su en faire des tonnes dans une affaire Cahuzac, la seule de Hollandie. C'était l'histoire d'un ministre du Budget, ancien chirurgien capillaire, proche de belles companies, et qui finit par avouer l'évasion fiscale de sommes dont on peine à trouver l'origine.

Avec Nicolas Sarkozy, nous étions sur des affaires d'une autre ampleur, plus nombreuses, concernant un homme qui fut président d'une République qu'il voulait irréprochable, et qui aspire encore à l'être après 2017: 50 millions par ci (Kadhafi), quelques centaines de milliers d'euros par là (Bettencourt), ou des contrats en Libye et en Arabie Saoudite.

Un magistrat en ligne de mire

Gilbert Azibert, le magistrat qui servait d'informateur d'après les écoutes publiées, a fait l'objet d'une enquête lui aussi: "Les policiers ont aussi emporté le disque dur de l'ordinateur de M. Azibert, qui contenait différentes pièces de procédure ayant trait à l'affaire Bettencourt." (Le Monde).

Il avait été nommé secrétaire général de la Chancellerie en 2008 avec l'appui du conseiller Justice de Nicolas Sarkozy de l'époque, Patrick Ouart.

Thierry Herzog, l'avocat de Sarkozy, a nié toute "influence" ni trafic quand il questionnait un magistrat sans rapport avec l'affaire Bettencourt pour avoir des informations sur la dite affaire.

Sans rire.

Un journaliste menacé de mort

Gérard Davet est l'un des deux journalistes du Monde qui a sorti l'affaire des écoutes téléphoniques visant Nicolas Sarkozy, et leur contenu. Ce journaliste, mercredi 19 mars, a confié avoir reçu des menaces "très violentes" contre lui et ses proches.
"Après cet article, j’ai reçu hier [mardi] une lettre de menaces très violentes visant ma famille et mes proches, et j’ai déposé plainte. Il y a un contexte extrêmement malsain, selon lequel les juges marcheraient de pair avec les journalistes et les hommes politiques, alors que ce n’est pas comme ça que les choses se passent."

L'affaire Tapie

Mercredi, les juges confrontaient Christine Lagarde à son ancien directeur de cabinet et actuel président d'Orange dans une autre affaire, les 400 millions d'euros d'arbitrage privé et favorable en faveur de Bernard Tapie dans le règlement de son litige avec le Crédit Lyonnais.  Le second est mis en examen dans cette affaire. La première, pourtant donneuse d'ordre dans cette affaire, n'est qu'un témoin assisté, un statut bien préférable qu'elle a conservé à l'issue de cette séquence.

Christine Lagarde maintient une thèse, qu'elle a décidé seule et sans soutien ni instruction de recourir à un arbitrage privé, avec trois arbitres dont l'un est désormais mis en examen, plutôt que d'attendre le droit cours de la justice qui pourtant avait accumulé quelques succès contre Tapie.

Nicolas Sarkozy, justement, cherche à récupérer ses agendas saisi par la justice dans l'affaire Bettencourt. Ils contiennent trace de ses rendez-vous, fréquents, avec Bernard Tapie. A en croire Mediapart et le Monde, récupérer ces fichus carnets était la motivation principale et quasi-unique de l'ancien monarque dans sa démarche d'espionnage du cours de l'instruction et d'influence sur un magistrat, Gilbert Azibert.

Et les autres.

Cette affaire n'est pas la seule. La République a pris l'habitude, grâce à l'action conjuguée de la presse, de juges et de citoyens persévérants, de dévoiler les scandales, de clarifier les zones d'ombre. C'est réalisé parfois avec retard.

C'est le lot de tous les présidents de la Vème République.

Nicolas Sarkozy semble faire mieux et plus fort que la totalité des présidents de la Vème République. Est-ce par ignorance du passé que nous parvenons à pareille conclusion ? Dans l'ancien monarque accumule bien des sujets: dépenses Bling Bling, ventes d'armements, violation du secret de l'instruction, espionnage de journalistes, déstabilisations d'opposants politiques, népotisme, abus de bien public, emploi fictif, etc.

Que nous faudrait-il de plus ? 


Les agendas de Nicolas Sarkozy conservés par la... par lemondefr

8 commentaires:

  1. toi aussi tu t'acharnes, Juan :-)

    RépondreSupprimer
  2. On a aussi pris l'habitude de voir ces affaires se perdre dans des langueurs judiciaires ailleurs inconcevables, accoucher souvent d'une souris ou être réduite à rien en appel. En disant que Sarkozy fait pire que ces prédécesseurs vous sous-estimez largement l'époque Chirac qui se poursuit sourdement et doucement encore en ce moment puisqu'il profite de riches amis pour se loger vraiment pas cher dans Paris, ou s'offrir chaque année des vacances à Dinan ou Saint Tropez. C'est aujourd'hui un homme âgé et malade certes mais il a su mettre la République à son service durant des décennies sans autre dommage qu'une peine amoindrie de deux ans avec sursis. Le pauvre homme accablé sur le tard par une justice impitoyable.
    On n'en attend pas moins d'elle pour son successeur.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut lui marcher dessus, et du pied gauche, ça porte chance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. + 1000 000 du pied gauche !

      me ferais revoter pour Hollande cet honte ambulante !

      Supprimer
  4. Sauf que l'affaire Bettencourt commence en 1945 pas en 2007 avec Sarkozy, quand des soutiens décident de couvrir un collabo de la France de Pétain, généreux avec les partis politique. Si le système de corruption saute c'est toute la chaine qui doit disparaitre ....

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui est surprenant (sans vraiment l'être, connaissant les deux oiseaux) dans cette affaire, c'est la défense de N. Sarkozy et de son avocat. Tous deux sont offusqués que le secret de l''instruction ait été violé. Or, c'est ce procédé qu'ils ont eux-mêmes utilisé. Normalement, ils devraient, plutôt être en état de dénoncer des mensonges de la part de Médiapart et autres. Ainsi, ils devraient attaquer en diffamation. Pourquoi ne le font-ils pas ? Apparemment, toutes ces magouilles pour échapper à la justice ne seraient pas condamnables. Ben voyons !!!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.