28 mars 2014

Hollande: "vive les impôts !"

"Vive les impôts!"

Dans la panique électorale du moment, le gouvernement  laissé entendre qu'une baisse des impôts pour les ménages allait être prochainement annoncée. 

 Une étude des services du Trésor vient justement de confirmes une évidence qu'on avait finit par oublier: les prélèvements sociaux et fiscaux permettent de réduire les inégalités.

La fiscalité est l'un des thèmes les plus politiques du moment. Nicolas Sarkozy avait parfaitement joué le rôle de Président des Riches. François Hollande a fait voter un immense rééquilibrage de la fiscalité aux détriments des revenus du capital et des plus fortunés. Mais l'actuel président a aussi commis l'erreur parallèle de multiplier les hausses d'impôts en tous genres et pour tous. Ce supplice chinois a largement été commenté à l'automne dernier.

Las, Jean-Marc Ayrault s'était décidé à lancer les grands travaux d'une réforme fiscale. La remise à plat se dessinera pendant un an. Fin janvier,  Ayrault avait installé un groupe de travail sur la réforme de la fiscalité des ménages. Un autre traite de celle des entreprises. Les deux doivent livrer leurs conclusions en avril, pour des décisions à l'automne prochain dans la loi de finances pour 2015.

Cette étude sur les ménages, concoctée par quelques savants de la direction du Trésor, conforte quelques principes.

1. Les prélèvements servent bien à redistribuer (scoop !), c'est-à-dire à réduire les inégalités de niveaux de vie. Cela paraît évident, mais à force de couiner contre les impôts au nom d'un prétendu trop-plein fiscal, on avait fini par oublier l'essentiel, de l'utilité des impôts.

Ainsi, grâce à la redistribution sociale, les ménages les plus pauvres s'en sortent mieux: le nombre de ménage de moins de 10.000 euros de niveau de vie annuel est réduit par deux avec les reversements d'allocations.

Globalement, 50 % des ménages sont des bénéficiaires nets de cette redistribution. Et l'autre moitié est donc contributrice nette.

2. Les prestations sociales contribuent pour l'essentiel des réductions d'inégalités (60%). Mais les impôts, qui "ne représentent que 9 % du revenu disponible des ménages", font le solde (40%). Ces dernières années, la progressivité de l'impôt sur le revenu a été fortement renforcée ces dernières années (tranche d'impôt à 45 %, plafonnement des niches, quotient familial raboté, surtaxe Sarkozy, etc.). 

3. A droite, on conclura que la pression fiscale est bien suffisante. C'est une "contribution importante alors que certains, à gauche, plaident pour davantage de progressivité et de redistribution", commentent d'ailleurs les Echos. L'argument se complète d'un autre bien connu dans la mythologie néo-libérale: "il réduit, pour les bas salaires, l'incitation à l'activité, indique un document de travail du gouvernement." A titre d'exemple, une augmentation du SMIC, "seuls entre 23 et 47 euros sont in fine disponibles selon les situations, en raison surtout de la perte de prestations".

4. Mais la redistribution sociale ne rend pas riche, ni même aisée. Elle corrige. Elle fait sortir de la pauvreté moins de la moitié du dernier décile des ménages. Ce n'est pas le niveau des prestations qui est en cause, mais les effets de seuils qui font perdre nombre de prestations ou d'exonérations aux ménages les plus modestes.

5. Cette étude sert à prouver que les plus fortunés payent déjà bien assez: Ainsi, les auteurs du Trésor relèvent que les 10 % des ménages imposables les plus riches, soit 3,6 millions de foyers, paient 49 % de l'impôt sur le revenu et de la CSG. Que dire des 90% des autres ménages ? Le poids de la TVA n'est pas traitée. Mais on imagine les conclusions.

Les récents déboires électoraux de la majorité présidentielle ont eu plusieurs effet: primo, le gouvernement a laissé entendre une prochaine baisse de la fiscalité des ménages. Ce serait pour calmer une gauche désespérée avant la mise en oeuvre des 50 milliards d'euros d'économie.

Secundo, les milieux conservateurs s'étranglent d'inquiétude. A l'instar des auteurs de cette étude, dont la publication en une des Echos avait pour but de décourager les velléités fiscales de certains, les principaux éditocrates du pays s'inquiètent d'un éventuel coup de barre à gauche de Hollande.

Tertio, on exhibe quelques données en soutien du "socialisme de l'offre". Hasard ou coïncidence, Eurostat a publié ses statistiques annuelles sur le coût du travail. En 2013, "grâce au Crédit Impôt Emploi Compétitivité", la France a réduit son handicap par rapport à l'Allemagne.





6 commentaires:

  1. Les ouvriers sont les plus mécontents, exemple nous ont a reprit les 39h ont perd environ 100 a 150 euros pars mois et en plus tous le monde est inquiet sur les impôts qu’ils devront payés. Ont est presque favorable a resté aux 35 h et qu’il y est des embauches ! Ça fait beaucoup d’argents pour les petits salaires ! Voila du concret sur les erreurs à ne pas commettre !

    RépondreSupprimer
  2. Dimanche je vote socialiste, ce billet objectif sans propagande grossiere m'a convaincu !

    petit bemol, il manque deux mots sur un petit artisan de Lozere comme dans le journal de Pernot. Bon boulot Juan !

    RépondreSupprimer
  3. "...les menages les plus pauvres s'en sortent mieux..."

    fallait oser celle la !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec vous, mon cher Justice. On se demande bien à quoi peut servir cette confiscation de nos revenus si elle est faite au bénéfice de gens, qui en feront de toute façon un mauvais usage et pour les encourager à la paresse. Comme me disait récemment mon jardinier :"ces socialistes ne comprennent rien à l'économie, Monsieur le Comte, comment peuvent-ils vous dépouiller ainsi ?". Tel que. Mon chauffeur lui-même en est offusqué et dit que "ce gouvernement de gauchistes n'arrête pas de jeter l'eau propre - il a une maîtrise limitée de la langue française - sur les Français méritants, qui créent la richesse de notre grande Nation". Alors, si les pauvres s'en sortent mieux que nous grâce à Monsieur Hollande et à ses amis, il ne faut pas s'étonner que certains soutiennent avec ardeur la droite nationale.

      Le Comte Harebourg
      Président de l'association des Promoteurs de la particule

      Supprimer
  4. On pourrait presque croire que tous ceux qui gagnent de l'argent paient également des impôts. Mais ce sont ceux qui sont vulnérables fiscalement qui prennent tout dans la tête, les hauts revenus des grosses sociétés et actionnaires paradisés double sandwich irlandais ne paient que très peu, voire rien du tout. Le taux d'impôt des multinationales est de 8%, 33 pour les pme et tpme.
    Que fait le PS ? rien. La classe moyenne située dans le 10ème ou le 9ème pour cent paie quasiment l'intégralité, pour améliorer les revenus des pauvres, qui, finalement ne le sont plus tant que ça, donc ils ferment leurs becs. Travailler pour le smic ou toucher les aides sociales + associations diverses est à peu près équivalent. Tout est pour le mieux. La délocalisation continue.

    RépondreSupprimer
  5. "Les principaux éditocrates du pays s'inquiètent d'un éventuel coup de barre à gauche de Hollande". Hé, Juan, ce sont bien les seuls. Ils adorent se faire peur. Comme en 1981 avec les chars russes à Paris pour des résultats que l'on a tous en mémoire : Mitterrand, le libéralisme, la dérégulation financière, les privatisations à tout va, Jospin et l'Etat qui ne peut pas tout pour en arriver à Hollande et sa trahisons à répétition. Ne les rassurons pas les éditocrates et leurs amis les riches. C'est tellement bon de se sentir de temps à autre en insécurité tout en se sachant "plein aux as". Ca donne du piment à la vie.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.