2 avril 2014

Hollande et son gouvernement de primaire.

La France attend la nomination de son nouveau gouvernement. Manuel Valls, qui a pris ses fonctions de premier ministre mardi 1er avril (sic!), consulte à tout va. 

Et l'équipe qui se dessine ressemble furieusement à une synthèse digne des pires congrès socialistes. Car voici l'ensemble des concurrents de François Hollande  aux primaires de 2011 rassemblés au gouvernement. 

Mardi soir, EELV confirme qu'aucun écologiste du parti ne sera membre du gouvernement Valls. La séquence qui se clôturait enfin a failli tourner au ridicule. Le matin même, un élu écologiste, François de Rugy, expliquait sur RMC que tout restait possible. Un autre, ministre démissionnaire, Pascal Canfin, affirmait exactement l'inverse sur France inter.

A 15h, Ayrault remet les clés de Matignon à Valls. Le premier repart pour Nantes, en train. Le second reprend ses consultations. Mais qui donc pour le rejoindre ?

Il fait soleil, la transition est rapide. Vingt minutes d'entretien tout au plus. Ayrault en a marre. Il faut passer à autre chose. Il a un train à prendre.


François Hollande n'aurait pas eu le choix, il s'agit désormais d'excuser le bonhomme. Il a "entendu" le "message". Cette curieuse version de l'abandon pragmatique au coeur de la gouvernance politique ne lasse pas de surprendre. Il ne s'agit plus d'expliquer l'action par la contrainte, mais le choix de ses proches collaborateurs (des ministres) sous la contrainte.



Même Jean-Michel Baylet (PRG) pourrait rejoindre le gouvernement. Avec Manuel Valls, Ségolène Royal et Arnaud Montebourg, voici la quasi-totalité des anciens opposants à François Hollande lors de la primaire de 2011 qui seraient donc au gouvernement. Ajoutez Benoit Hamon, et le plat est fourni, le bouquet trop garni. On se croirait à Reims (2008), ou à Rennes (1990). A l'époque Mélenchon était encore au Parti socialiste. A ce prix-là, ridiculement élevé pour un résultat qu'on devine maigre et dans l'immédiat désastreux, Hollande sort affaibli, inepte, et inaudible.

Ce n'était pas un poisson d'avril.

L'éditocratie applaudit. Ce lâche soulagement, étonnant dans son unanimité dans la presse mardi matin, ne surprendra personne. Dans les colonnes du Figaro, on lit combien Valls est plus populaire à droite que Sarkozy en son temps ne l'était à gauche. Sur France info, on nous livre quelques témoignages sur Valls l'homme privé, humain, drôle, parfois caustique, direct et pas si dur. Cette communication est drôle, hors sol.

A droite, on s'énerve, on s'angoisse. Manuel Valls est trop compatible pour qu'on le reconnaisse.  Même Eric Zémour s'agace.

On ressort les vieilles amitiés d'avec Alain Bauer, le "trait d'union" avec Nicolas Sarkozy. On nous rappelle que Valls avait  été appelé par Sarkozy pour tenter l'ouverture en juin 2007. Pourtant, il n'y avait nul besoin de cela pour comprendre le sens de cette nomination. Michel Rocard ré-apparaît pour applaudir le "briseur de tabous."

Manuel Valls consulte. Le gouvernement resserré n'aura aucun écologiste d'EELV même si François de Rugy, co-président du groupe à l'Assemblée, s'étrangle de rage. Cette recherche de strapontin ne lasse pas de surprendre. On comprend que Laurent Fabius sera encore là, que peut-être Anne Lauvergeon, ex-présidente d'AREVA, pourrait se joindre. Bertrand Delanoë refuse le portefeuille de la Justice. Il aurait pu être premier ministre.

Ce nouveau gouvernement, que d'aucuns attendent et d'autres n'espèrent plus, serait nommé ce jour, mercredi. On a cru un temps que l'Elysée avait attendu le lendemain du 1er avril,  pour éviter qu'on y trouve une allusion au poisson d'avril.

Sans rire.

Qui voulait rire ?








Crédit illustration: DoZone Parody

3 commentaires:

  1. Une nomination de Jean-Michel Baylet devient compliquée : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/04/01/97001-20140401FILWWW00443-jean-michel-baylet-prg-mis-en-examen.php
    Quel dommage !

    RépondreSupprimer
  2. Mais qui a soufflé Valls à Matignon ? Parce que hollande et un homme intelligent et qui doute de tout, aussi intelligent que François Mitterrand la culture littéraire et le sens artistique en moins. Pas de grand intellectuel et homme de lettre autour de lui pour évité les erreurs ! ont dirait que la presse et les sondages dirige le pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Probablement que personne d'autre ne voulait s'y coller. Jean-Yves le Drian, Laurent Fabius ont prudemment décliné l'offre. Faut dire que le poste est difficile par nature, mais là... EELV refuse de participer au gouvernement (sans doute encore en train de digérer les couleuvres que ses ministres ont du avaler dans le gouvernement Ayrault)... du coup majorité riquiqui à l'assemblée (les suppléants PS des ministres EELV s'en iront pour leur rendre leur fauteuil gardé au chaud et la gauche de la gauche piétinée elle aussi par le Président et le précédent gouvernement se peut-être tentée de faire entendre une voix différente), au sénat le bordel va continuer jusqu'au renouvellement de septembre prochain, occasion pour l'opposition d'y reprendre la majorité dans une attitude "constructive" bien évidemment.
      N'attendez plus l'homme providentiel. Il n'y a que de piètres gestionnaires, des comptables à la petite semaine qui s'amusent avec les maigres marges de manoeuvres budgétaires dont ils disposent encore, mais qui doivent avoir l'oreille de Bruxelles pour grappiller un délai supplémentaire afin de réduire déficits et dettes sans mettre le peuple dans la rue.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.