7 avril 2014

Comment Balkany sévit encore

Le maire, réélu voici 15 jours, de Levallois-Perret, s'est encore distingué. On imagine qu'il sera tolérant si plus tard on lui adresse le même geste. Les Sarko-fans, dont il est l'une des plus brillantes illustrations, ont cette capacité déconcertante à porter plainte contre l'adversaire tout en s'autorisant les pires déclamations.

Il y a peu, l'homme s'énervait jusqu'à confisquer la caméra de BFM-TV. Malheureusement pour lui, il avait omis de l'éteindre.


Balkany, c'est surtout le nom d'un couple qui préside aux destinées de Levallois-Perret depuis quelques années et, accessoirement, aux finances de l'UMP des Hauts-de-Seine depuis quelques décennies.

L'homme traine de nombreuses casseroles, mais l'électeur local est indulgent.



Le weekend dernier, Patrick Balkany a réagi avec humour et vulgarité au micro d'un représentant de Canal+. Récemment réélu, il était trop content de pouvoir tacler.

"On vous a fait un beau bras d’honneur, hein ? A force de vouloir taper sur Balkany ... Canal et les autres, d’ailleurs, etc! Tu sais ce qu’on leur a fait nous ? Vlan !"

Cette dernière expression s'accompagnait d'un bras d'honneur. Cet homme demeure, malheureusement, un élu de la République.







2 commentaires:

  1. Quand un zigue pareil est élu maire ou conseiller municipal de Levallois-Perret de manière constante depuis 1983, et élu député de sa circonscription depuis 1988 avec juste une interruption d'un mandat entre 1997 et 2002 c'est sur les électeurs que devrait porter les questions ? Pas sur l'élu dont on sait de quoi il est capable.

    RépondreSupprimer
  2. Le jour où il ne sera plus maire il va laisser quelques casseroles à ses administré, ils se souviendront de ses bras d'honneur.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.