6 avril 2014

L'actualité politique de la semaine, vue par 3 blogs #S01E27

Les conséquences de la déroute électorale aux municipales puis la constitution du gouvernement ont occupé, trop occupé l'analyse politique de la semaine.

Il y avait pire encore, moins médiatisé mais heureusement fort bien traité dans la blogosphère politique. Samedi, l'affaire venait enfin dans les colonnes des grands médias.


Pascal Lamy était socialiste. Il n'a pas grand chose à voir avec nos gouvernants du moment même si François Hollande l'a reçu l'an dernier quand il cherchait du boulot. Finalement, c'est Montebourg qui a décroché le ministère de l'Economie. Lamy aimait cette étiquette socialiste, elle le faisait sourire, en coin, quand un journaliste la lui rappelait presque à chaque interview, même quand il dirigeait l'Organisation Mondiale du Commerce. Interrogé sur la Chaîne Parlementaire le 2 avril dernier, il confie: "Je pense qu’à ce niveau de chômage il faut aller vers davantage de flexibilité, et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au smic". 

La formule passe presque inaperçue  dans nos médias nationaux. Mais quelques blogueuses et blogueurs s'y attardent fort heureusement.

Trois billets rageurs et efficaces étaient à lire cette semaine.

Politeeks, qui s'y connait en précarité, a bien résumé la rage que suscite l'outrancière désinvolture du personnage: "Je le dis tout de suite si je l’avais devant moi ça serait deux gifles dans sa gueule à LAMY, on lui parlerait des stages que les jeunes font a répétition pendant des mois et surtout dans des entreprises “modernes” , les RSA activité employés dans les CAF (vu à la TV) pour recevoir les .. bénéficiaires du RSA , les emplois supprimés dans les services publics avec les vieux qui ne comprennent pas les machines qui le remplacent etc etc.."

Fred Camino en rajoute une couche, une "main dans la gueule", suivant la dénomination de son blog éponyme: "Il est clair que ce Pascal Lamy, socialiste de pacotille, est totalement déconnecté de la réalité, la vraie, pas celle des contrats de travail "Zéro heure" qui connaissent une forte expansion chez les libertarés du Royaume-Uni par exemple, un fantasme pour les patrons français".

Seb Musset est direct, il désigne "l'ennemi": "Marrants comme nos messies du marché demandent prioritairement (euh exclusivement même) aux crevards d'être inventifs, dociles et avides de sacrifices". Il est surprenant qu'il soit nécessaire de rappeler que tout boulot mérite un salaire décent. Le blogueur rappelle quelques évolutions inégalitaires si criardes qu'on s'étonne que Pascal Lamy les ait négligées.



5 commentaires:

  1. Merci , je n'avais pas vu le billet de l'ami ELC qui rappelle les contrat ZERO-HEURE objet de fantasmes des libertarés, ou la domination du patron sur l'employé

    RépondreSupprimer
  2. On a eu chaud, il aurait pu être au gouvernement...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Juan, et comme Politeeks, j'hallucine sur ces nouveaux contrats de travail qui vont nous tuer, il ne suffit de plus grand chose pour les voir arriver chez nous, c'est dramatique.

    RépondreSupprimer
  4. C'est beau des bobos qui ouvrent les yeux.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.