29 avril 2014

La course aux 50 milliards: la chronique qui fait mal et rire à la fois

C'est Charline Vanhoenacker qui le dit.

"(...) demander aux Français d’être compétitifs tout en leur serrant la ceinture, et pire, en ajoutant des trous à la ceinture, c’est un peu comme demander à un athlète de gagner les Jeux Olympiques en les nourrissant uniquement avec de l’eau et des choux de Bruxelles…"




3 commentaires:

  1. Excellent - comme souvent :)
    Je parle de la chroniqueuse, évidemment - pas de ceux qui, après avoir creusé la dette, font maintenant une course à celui qui la comblera le plus vite possible...
    -
    -
    Que faire quand on a absolument pas la moindre dose de talent et un faible goût pour l’effort ?
    Guide des métiers de France et d'ailleurs pour les fainéants et les jeunes diplômés - http://go.shr.lc/QjFzxp

    RépondreSupprimer
  2. Demander aux Français d'être compétitif en alourdissant la dette, c'est comme demander à un athlète de gagner les jeux olympiques, tout en le nourrissant uniquement de bière et de choucroute, (au choix, cahors et cassoulet, gwin ru et kouign amann)
    Ce n'est qu'une formule d'une animatrice radio non compétente en économie, belge de surcroît, pas un argument. Je trouve lamentable d'essayer de faire rire sur un sujet qui conditionne l'avenir, quelque soit le choix économique dans lequel on croit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lamentable c'est le mot.
      C'est pas le moment de rire, les temps sont dures, tout le monde devrait marcher sur les genoux jusqu'a ce qu'ils saignent en signe de repentance et implorer le seigneur pour que l'on baisse les charges patronales.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.