15 mai 2014

Le Buzz du pauvre. #Numero4 : le Pas-de-Calais, pays pauvre.

Le Pas-de-Calais détient un record, le revenu médian le plus bas de France. La dernière livraison de l'INSEE sur le sujet a attiré l'oeil et les commentaires de la presse locale.

"Dans le Pas-de-Calais, la moitié de la population gagne plus de 1 348 euros par mois et par personne, hors impôts et hors prestations sociales . L’autre moitié touche moins. C’est le revenu médian le plus faible de France. L’Aude, avec 1 355 euros, et la Creuse, avec 1 359 euros, le devancent de peu. Dans ces deux départements, la pauvreté s’explique par la forte proportion de personnes âgées. Leurs revenus, plus bas que ceux des actifs, font chuter la moyenne. Dans la région, elle est liée au chômage, nous dit l’INSEE.
Les Nordistes gagnent un peu plus que leurs voisins du Pas-de-Calais : 1 433 euros. Ce qui reste en dessous de la moyenne nationale (1 602 euros), et surtout loin derrière les Parisiens (2 153) et les habitants de Haute-Savoie (1 942).
À l’intérieur des deux départements nordistes, une grande disparité. Sur les premières marches du classement, Bondues avec 2 694 euros, Mérignies (2 612), Chéreng (2 249), Marcq-en-Barœul (2 084), et Mouvaux (2 065). À l’opposé, Denain avec 797 euros, Roubaix (803), Louvroil (832), Lourches (840) et Avesnes-sur-Helpe (931)."
Source:  la Voix du Nord

3 commentaires:

  1. "Croissance nulle au premier trimestre 2014, mais le gouvernement se montre confiant", hi, hi .... Chapeau Hollande. Pourquoi changer quand ça ne marche ?.
    Continue, accélère, ne change rien, papa, on est tous derrière toi.

    RépondreSupprimer
  2. Pas mieux que M. Démos ci-dessus. (Mais, j'imagine, pour des raisons assez différentes…)

    RépondreSupprimer
  3. A propos de la responsabilité de l'UE dans la crise actuelle en Ukraine et des visées commerciales à l'origine de cet intérêt appuyé pour ce pays :
    " Bruxelles exigeait toujours de Ianoukovitch de laisser les entreprises européennes prendre part à la privatisation de secteurs importants de l’économie ukrainienne, y compris l’énergie et les chemins de fer.
    En parallèle, Ianoukovitch s’est alors tourné vers le FMI, mais celui-ci a conditionné le versement d’un prêt à l’Ukraine à une nette diminution des dépenses sociales pour les Ukrainiens, en particulier au niveau du subventionnement du prix du gaz. Il fallait donc que l’Ukraine augmente les tarifs du gaz pour les particuliers, afin que les entreprises publiques d’énergie deviennent bénéficiaires, puis soient ensuite privatisées et rachetées par des compagnies occidentales, comme cela a été fait en Bulgarie". (source : les-crises.fr).

    Les reproches, qui peuvent être adressés à Poutine, n'exemptent en rien les politiques et les technocrates de l'UE de leurs fautes et bassesses. Ce sont des apprentis sorciers rapaces, cupides qui n'ont qu'un objectif : faire du pognon le plus vite possible en clamant haut et fort, la main sur le cœur, sur le portefeuille plutôt, qu'il s'agit de promouvoir la liberté et la démocratie. Ben pourquoi pas, Manuel, continue à nous bourrer le moue, prend-nous pour des cons pendant que tu prépares ton arrivée à l'ONU grâce aux Amerloques !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.