Pourquoi Pierre Gattaz ne veut pas baisser son salaire

Les inégalités de revenus n'ont jamais été aussi importantes en France.  Depuis 15 ans, elles s'aggravent. Aux Etats-Unis, certains s'inquiètent du cercle vicieux et déflationniste qui s'installe. En Europe, le risque est identique. En France, quelques hurluberlus intoxiqués par le discours médiatico-politique dominant négligent la chose.

Inégalités pour tous
Aux Etats-Unis, l'ancien ministre du travail de Bill Clinton, Rober Reich, fait campagne pour la relève des salaires et la lutte contre les inégalités de rémunération. Lui qu'on ne soupçonnera pas d'être un dangereux gauchiste, explique très clairement dans un documentaire récompensé au Festival de Sundance pourquoi la captation inégalée des richesses et des rémunérations aux Etats Unis par une fraction très réduite de la population, conjuguée à une baisse des salaires moyens réels de la population est le prélude à une catastrophe économique incroyable.

En cause, la mondialisation qui a facilité la concurrence des mains d'oeuvre les plus pauvres, la technologie qui rend possible l'abolition des frontières, le renoncement politique des élites même à la gauche de l'échiquier politique qui ont réduit l'impôt et la dépense publique.

En Europe, les salaires ont baissé dans les pays les plus affectés par la crise (Grèce, Espagne, Portugal, Irlande). Ils sont restés stables ailleurs. Si la France a été relativement épargnée de cette déflation salariale massive, elle a toutefois connu la même envolée des inégalités de rémunérations.

Comme ailleurs, les classes moyennes disparaissent en France. Ou plutôt, la classe est moyenne quand elle parvient tout juste à résister au coût de la vie. Qu'une fraction de la droite (Wauquiez, Dati, etc) ose s'emparer du sujet sans qu'une majorité (théorique) de gauche n'y réponde reste hallucinant.

Bêtises pour tous
C'est dans ce contexte qu'il faut resituer les couinements libéraux sur le coût du travail. Bien sûr, le Français coûte plus cher que le Bengali, le Portugais ou le Grec. Mais pourquoi donc faudrait-il s'approcher de pays en ruine sociale, proches de la rupture démocratique, épuisés par des années d'austérité ?
"Economiser l’argent public est une nécessité. Utiliser ces économies pour réduire le coût du travail et les impôts constitue en revanche l’une des plus graves erreurs politiques de l’histoire sociale de la gauche." L'Observatoire des Inégalités, 30 avril 2014
En France, le gouvernement a décidé que la baisse du coût du travail était une priorité.

En 2012, la démarche était modeste, un aspect parmi d'autres dans une entreprise de redressement du pays après une décennie d'affres néo-libéraux. Puis elle prit le dessus sur tout le reste. Même les 50 milliards qui un temps étaient promis au redressement des comptes publics furent dérivés de leur objectif primaire pour satisfaire l'urgence à "rendre de la cotisation", c'est-à-dire améliorer le dividende, des plus grandes de nos entreprises. Pris de remords ou conscient du danger, Manuel Valls avait trouver un hochet, on allait supprimer les cotisations salariales sur le SMIC... La belle affaire...

On croyait entendre Nicolas Sarkozy nous vanter l'exonération des heures supplémentaires. Concentrer les baisses de cotisations sur les bas salaires peut même être contre-productif. Cela renforce la "trappe à SMIC", c'est-à-dire les effets de seuil qui découragent les entreprises d'augmenter les salaires au-delà. Ce ciblage n'avait pas la faveur d'Arnaud Montebourg.

Cette semaine, semaine de 1er mai, le patron du MEDEF avait quelque nouvelle et formidable bonne idée sur les salaires à partager. Il voudrait "modérer les salaires" en France, pendant "2 ou 3 ans". 

Imaginez une tribune de nos grands patrons promettant de geler et plafonner leurs salaires à 500.000 euros par an pendant "2 ou 3 ans". Après tout, Barack Obama l'espérait en 2008. Hollande l'a promis et exécuter pour les dirigeants d'entreprises publiques. Imaginez que le MEDEF s'en saisisse enfin.

Vous rêvez. Jamais, pour l'heure, la direction du MEDEF ne s'est-elle aventuré dans une pareille promesse. Pierre Gattaz se limitait à réclamer la "même" modération sociale chez nos grands dirigeants. Smicards et millionnaires, soyez solidaires dans l'effort, ne réclamez pas trop d'augmentation.
"Même s'ils sont internationalisés, même si la France ne représente plus qu'une petite part de leur activité, ils doivent modérer leur rémunération par solidarité, parce qu'ils sont à la tête d'un groupe français et parce que l'on demande des efforts à nos concitoyens." Pierre Gattaz
Pour l'heure, Pierre Gattaz voulait baisser le fameux "coût du travail". Il avait une idée, que l'Etat accélère la réduction des "charges sociales", y compris et surtout salariales: "la modération salariale pourra être compensée par une fiscalité améliorée pour les salariés. C'est de la responsabilité du gouvernement." 

Il est effectivement de la responsabilité du gouvernement d'améliorer la fiscalité des salaires, notamment des plus importants.

A bon entendeur...


25 commentaires:

  1. Il semblerait que le vœu de Warren Buffet se réalise, quand il dit en substance : « Les politiques ne savent pas diriger un pays, nous, chefs d’entreprises, savons mieux le faire qu’eux, qu’ils nous laissent la place » Nous sommes à la veille du triomphe définitif du "marché", alors pourquoi Gattaz baisserait-il son salaire ? Il est à la veille de diriger la France...

    RépondreSupprimer
  2. Pour commenter la remarque de Jeammi : que "Dieu ou le Diable" nous garde de la réussite de l'espoir insensé qui serait celui du patron du Médef !
    Et pour répondre à l'interrogation de l'article de Juan je dirais simplement que ses "coreligionnaires" lui en voudraient ! Il perdrait de sa légitimité !

    Et puis il ne faut pas croire au "miracle" : les "patrons" voire les "Politiques" ont souvent, pour la plupart d'entre eux, le même discours :

    "Faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais !...."

    RépondreSupprimer
  3. Demander a Pierrot de baisser son salaire, la ca va trop loin...

    et l'etape suivante, on viole et tue des fillettes, pas pour moi !

    RépondreSupprimer
  4. "Pourquoi Gattaz ne veut pas baisser son salaire ?"
    Ce zigoto n'a aucune raison de le faire à l'heure du triomphe de l'indécence et de la morgue des grands patrons*, des actionnaires, des riches en un mot et de leurs serviteurs zélés, qui ont gagné la partie. Pour le moment.

    * des grands patrons à commencer par les fils ou les filles à papa, c'est-ce-pas Gattaz, Parisot et consorts).

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de me donner une mission "Désintox" sur les blogs de gauche.
    "Les inégalités de revenus n'ont jamais été aussi importantes en France. Depuis 15 ans, elles s'aggravent".
    Oui, mais moins qu'ailleurs
    Mais je suis d'accord qu'il vaudrait mieux que les écarts diminuent

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140430trib000827739/c-est-en-france-que-les-inegalites-de-revenu-augmentent-le-moins.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20140502

    RépondreSupprimer
  6. « Les inégalités de revenus n'ont jamais été aussi importantes en France. »

    Je me demande durant combien d'années encore on va devoir lire ce genre de contre-vérité absolue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les écarts de niveau de vie ont baissé si l’on se place sur une longue période. Cependant, elles repartent à la hausse depuis une quinzaine d’années. Principalement parce que les niveaux de vie des très riches se sont envolés mais aussi parce que ceux des plus pauvres ont diminué dans les années récentes " (Observatoire des inégalités - 10/02/2014). Une vérité, donc, et non l'inverse !

      Supprimer
    2. En France, plus de six millions de personnes sont désormais inscrites à Pôle emploi dans l’une des cinq catégories ; Plus de 42 % des demandeurs d’emploi en catégorie A, B et C sont inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an ; Moins de 50 % des demandeurs d’emploi sont indemnisés.
      Tout va bien, vive le PS et l'UMP ! N'oubliez pas de voter contre eux le 25 mai prochain !

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. commme demandait ce gros pede de Sting dans les annees 80 " est ce que les russes aiment leurs enfants ? "

    on pourait demander a ces pedes d'anglais " aimez vous vos banques ? "

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Razons Londres de la carte et repartons sur des bases saines pour un monde meilleur et une veritable fraternite entre les hommes sur tout les continants, camarades !

    RépondreSupprimer
  12. Nous pourions sans ces pedes d'Anglais oeuvrer a une ecologie mondiale, a un developpement conserte et a des echanges intelligents, le bonheur est a portee de main, debarrasons nous de ces connards d'Anglais, merde !

    RépondreSupprimer
  13. Merci.. Retrouvons vite le sens de la fraternité.la réduction des inégalités.. comme on aspirait tant à la cfdt dans les 80'S!!.. Re.motivons nous via une gauche des collectifs Attérés ou Roosevelt etc...

    RépondreSupprimer
  14. Merci.. Retrouvons vite le sens de la fraternité.la réduction des inégalités.. comme on aspirait tant à la cfdt dans les 80'S!!.. Re.motivons nous via une gauche des collectifs Attérés ou Roosevelt etc...

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Petit rappel a vos memoires de bobos endormis :
    Ce sale pede de Bono chanteur de U2, est venu regulierement en France donne des lecons de morale a l'etat Francais pour, sois disant aider les africains, dans le meme temps le chanteur de rock engageait un avoncat fiscaliste pour planquer son argent dans les iles caimens, ayant moi meme travailler aux impots je connais certains chanteurs francais donneur de lecons, et parangons de vertus plutot avare de leur
    argent, je ne donnerais pas de nom, je suis pas une balance.. sauf pour ces pedes d'anglais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si un connard viens me dire que Bono n' est pas anglais mais irlandais, je ne lui repondrais pas, que les choses soient claires. Il y a suffisament de connard en Irlande...

      Supprimer
    2. Qui c'est qui t'énerve comme ça, justice ? Le fils Gattaz ? T'est un poil excessif, non ? T'en sais rien, il a p'êt'e ben joué de la gratte et chanté avec une voix virile des tubes de Bon Jovi ou de Guns'N Roses dans un groupe de hard rock, pendant que papa faisait copain-copain avec les socialos. T'en sais rien ! Sois pas injuste avec les fils à papa et avec les angliches, même si y zont brulé not' Jeanne en mai 1431.

      Supprimer
    3. ce qui m'enerve est que la betise des hommes fait la place belle a des salauds comme Cope ou Valls, des gangsters minables en costars et que la raison et l'humanite ont definitivement perdu tout sens et toute raison d'etre. je sais que toi tu comprends cela.

      Supprimer
    4. prenons un exemple Cope a ete elue a Meaux avec 60% des voies sauf qu'il y a eu a eu a Meaux 70% d'abstention, Al Capone a Chicago aurait fait le triple, bonjour le scandale, en France, le mec est un heros, laisse tomber a ce niveau de mascarade democratique, on releve meme plus.

      Supprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. la verite est que je suis terrorise par ce regard de bovin de Valls, il me fait PEUR, comment en est on arrive a ce faire gouverner par de tel bourrin ?
    On est perdu, definitivement perdu, il y a plus rien a esperer a ce stade de mediocrite, on a touche le fond, je vous souhaite a tous bonne chance. vaya con dios, si il existe...

    RépondreSupprimer
  19. Je suis entièrement d'accord avec vous et ceux que vous citez.
    Je crois en outre que le mouvement est irréversible .....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

PARCE QU'IL FAUT EN RIRE