3 juillet 2014

Juppé Président

Alain Juppé est désormais, et de loin, le candidat préféré des sondés pour porter les couleurs de la droite à la prochaine présidentielle de 2017. C'est la nouvelle provisoire, approximative, incertaine, car sondagière, qu'il fallait retenir pour qui veut croire que la politique française, même à droite, ne peut se réduire à la Sarko-berlusconisation que Nicolas Sarkozy veut nous imposer.


L'ancien premier ministre de Jacques Chirac, pourtant condamné dans l'autre siècle, exilé une année durant au Canada, mis en échec aux législatives de 2012 avant de revenir ministre puis figure de sage au sein de l'ancien parti unique de la droite, incarne aujourd'hui, pour 35% des sondés sus-nommés la meilleure candidature à droite pour 2017, contre 20% pour Nicolas Sarkozy.

Ce dernier s'est livré sur TF1 et Europe 1, dans un programme d'une vingtaine de minutes, enregistré par précaution pour éviter les risques et périls du direct, à une salve improbable contre l'acharnement judiciaire dont il serait victime. Les deux journalistes ont observé ce monologue d'une violence rare qui devrait faire la honte de ce pays. Pas une contradiction ne fut portée contre l'ancien monarque quand ce dernier, coupable d'avoir fait broyer les archives comptables de l'UMP quand il en était président, et fait disparaître certaines de l'Elysée, quand il accusa "monsieur Hollande", d'avoir laissé "ses collaborateurs" se livrer "à une exploitation éhontée de mes archives, en violation de toutes les règles républicaines, qui ont été consultées sans que l'on m'en demande l'autorisation, distribuées à toute personne qui les voulait."

Durant une décennie au moins, Nicolas Sarkozy a construit son ADN politique sur un message principal, la loi et l'ordre, furent-ils expéditifs, définitifs et sans appel, étaient sa priorité numéro un. Il fallait donc allonger les gardes à vue sans avocat, faciliter la sanction rapide, accélérer le cours de la justice, instaurer des peines planchers, rompre avec l'individualisation des peines et des jugements.

Parce qu'il se juge au-dessus des autres justiciables, Nicolas Sarkozy voudrait qu'on individualise justement son propre traitement judiciaire

Il n'a pas supporté ses 14 heures de garde à vue. Son propre avocat et les deux magistrats soupçonnés d'avoir participé à cette affaire de trafic d'influence qui fut découvert grâce aux écoutes téléphoniques du début de l'année, étaient pourtant depuis la veille dans les mêmes locaux de la police judiciaire pour les mêmes motifs. Sarkozy n'a pas supporté que les juges ne lui laissent pas une nuit de repos après cette longue interrogation, alors qu'il ne jurait que par les comparutions immédiates.Sarkozy n'a pas supporté les écoutes téléphoniques, pourtant légales, alors qu'il facilita par les lois Loppsi I puis II le recours à cet espionnage judiciaire pour toutes sortes de motifs bien au-delà des cas les plus graves de terrorisme: "Je ne demande aucun privilège."

Sarkozy ne demandait au contraire que des privilèges.
"Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités. Mais enfin, j'en appelle à la conscience de chacun, de chacun de nos compatriotes : est-il normal que je sois écouté dans mes conversations les plus intimes depuis le mois de septembre de l'année dernière ? "

Sarkozy ne défendait pas son droit à la présomption d'innocence. Il présumait les juges d'être coupables de revanche politique. 

Car ce mercredi 2 juillet, il n'avait rien à apporter comme preuve de son innocence - ce serait pour "plus tard", clama-t-il - sauf accuser l'une des juges de "complicité" syndicale avec le Syndicat de la Magistrature, classé à gauche, et une prétendue "'instrumentalisation politique d'une partie de la justice aujourd'hui." Il n'eut qu'une affirmation, invérifiable car Sarkozy violait ainsi le secret de sa propre instruction, quand il expliqua:
"Il existe une écoute ou je dis à Thierry Herzog, qui bizarrement n'est pas sortie dans la presse où je dis : “Non je ne ferai pas d'intervention.” M Azibert n'a rien obtenu. Où est la corruption ? Où est le trafic d'influence ? Ces motifs ont été retenu dans le seul objectif de m'humilier et de me diffamer"
Cette Sarko-berlusconisation des moeurs politiques est à peine surprenante. Prendre l'opinion à témoin, accuser la justice de partialité dont on pensait qu'il aurait du travailler à la rendre indépendante quand il était Président, réclamer un statut particulier, au-dessus des Français, sous prétexte de quelques victoires électorales passées, tout ceci est indigne de la République mais peut-être symptomatique de la période.

La droite se meurt sous nous yeux.

Peut-elle ressuciter ?

Il le faudrait.

Et vite.



EXCLUSIF - Interview de Nicolas Sarkozy sur... par Europe1fr

15 commentaires:

  1. J'ai demandé à TF1 et Europe de diffuser l'enregistrement de mon intervention. Lors d'un stationnement dans Paris j'ai été injustement sanctionné, je demande donc un droit de réponse...

    RépondreSupprimer
  2. Ce titre, "Juppé président", est ridicule. Tu es de gauche. Est ce que tu voteras jamais pour Juppé si, à l'occasion d'un 1er tour en 2017, il y a le lot habituel de candidats à la présidentielle, de l'extreme gauche à l'extreme droite, en passant par les écolos, les libéraux, les socialistes et les conservateurs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la droite va réaliser qu'il faut se débarrasser de Sarko, point barre.

      Supprimer
  3. Sinon, sur les écoutes, tu as raison, Sarkozy est victime des outils qu'il a mis en place. C'est au moins un petit motif de satisfaction, mais la où la gauche devrait quand même s'inquiéter, c'est en constatant que Hollande ne les a pas supprimé .... loin de la !

    RépondreSupprimer
  4. "Il existe une écoute ou je dis à Thierry Herzog, qui bizarrement n'est pas sortie dans la presse où je dis : “Non je ne ferai pas d'intervention.”

    il va avoir de plus en plus de mal à se trouver des avocats , de la manière dont il les dénonce

    RépondreSupprimer
  5. Dans le sondage publié par le journal "Le Parisien" sur Nicolas Sarkozy, deux chiffres très révélateurs :

    - 63 % des Français pensent que Nicolas Sarkozy est traité comme n'importe quel justiciable.

    - 72 % des Français doutent de son honnêteté.

    Lisez cet article :

    le sondage BVA-Opinion publié ce jeudi dans « Le Parisien/Aujourd’hui en France » , et réalisé les 1er et 2 juillet par internet auprès d’un échantillon de 1 050 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas) va dans le même sens.

    Ce sondage montre que seuls 35% des personnes interrogées pensent que Nicolas Sarkozy est « particulièrement durement traité pour des raisons politiques ». Et, dans le même temps, 63% des Français interrogés ne croient pas à l’acharnement judiciaire, et considèrent que l’ancien chef de l’Etat est « traité comme n’importe quel justiciable ».

    Quant à la question de l'éventuel retour en politique de l’ex-président de la République, si les Français jugent majoritairement que Nicolas Sarkozy reste « solide » et « charismatique », ils considèrent aussi à 59 % qu’il « a fait son temps », et doutent massivement (72 %) de son « honnêteté ».

    www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0203615273573-pour-une-majorite-de-francais-sarkozy-est-traite-comme-nimporte-quel-justiciable-1021226.php

    RépondreSupprimer
  6. Sarkozy n'est devancé par Juppé que lorsque s'exprime "l'ensemble des Français", sinon, il reste derrière Juppé. Ce qui montre que Juppé est l'homme "de droite" favori des gens de gauche.

    Raison suffisante pour l'éliminer à tout prix.

    (À mon avis, ça devrait marcher aussi dans l'autre sens avec Manuel Valls…)

    RépondreSupprimer
  7. Ne pas poussez trop loin la comparaison Sarkozy/Berlusconi : Berlusconi est resté 11 ans à la tête de l’ Etat italien, il en resterait donc encore 6 à faire à Sarkozy…

    Car la leçon à tirer de Berlusconi, c’est que ses méthodes marchent ! "En Italie seulement" ? Un peu vite dit…

    RépondreSupprimer
  8. Sarko en kamikaze de son propre avenir, jusqu'où aller trop loin.

    RépondreSupprimer
  9. Petit détail juridique : le secret de l'instruction s'impose aux magistrats, greffiers, policiers, experts, bref, à toute personne concourant à l'enquête. Victime, mis en examen, journalistes n'y sont pas tenus. Sarkozy ne peut donc pas violer le secret de sa propre instruction, puisqu'il n'est pas tenu au secret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas sur celui qu'il est mis en cause , c'est sur celui du jugement arbitral Tapie qu'il cherchait à avoir des infos

      Supprimer
  10. En résumé, la France a le choix entre un ex repris de justice et un probable futur repris de justice pour représenter sa droite. Et les français disent amen. Quelle grandeur ce pays...
    Et on s'étonne ensuite des scores du FN.

    RépondreSupprimer
  11. « Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités » (Sarkozy).
    La com’ actuelle est merveilleuse et tellement prévisible : il s’agit, pour les truqueurs, les tricheurs, les manipulateurs de déclarer avec force et conviction le contraire de ce qui s’est passé. Malheureusement pour eux, les citoyens que nous sommes, ont compris depuis longtemps qu’il faut faire le chemin inverse pour décrypter les faits et les affaires. Cela devrait finir par faire évoluer ces pratiques.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.