21 août 2014

Le Canada Dry de François Hollande

C'était bien tenté. 

François Hollande, le jour de cette rentrée politique, publie une interview dans les colonnes du Monde. La pression était forte, lourde, manifeste. Le Pacte irresponsable suscite rage et frondes, les nouvelles économiques sont désastreuses, la presse neo-lib s'impatiente.


François Hollande, dans les colonnes du Monde, explique qu'il faut "aller plus vite et plus loin".

Récapitulons.

Il y a de belles et bonnes choses dans ces annonces de la semaine pour qui croit au changement vers une présidence normale.

François Hollande va encore tenir une conférence de presse, la quatrième depuis son élection. C'est déjà davantage que l'ancien Monarque en tout un quinquennat. Nicolas Sarkozy avait la trouille de la confrontation médiatique, fut-elle pourtant encadrée.

François Hollande a conscience que cela ne va pas. Il n'y a aucun déni, l'aveu est évident. 

François Hollande a aussi quelques judicieuses remarques sur les institutions, et la politique française en général. Les incantations à gauche ou ailleurs pour une "autre république" ne suffisent pas. "Mais je veux relever une singularité française qui est devenue un véritable handicap : c'est la difficulté de faire émerger un consensus sur l'évolution de nos institutions, sur la laïcité, comme sur l'immigration, la sécurité, et même les grandes questions industrielles."

Mais pour le reste, on nage, ou on coule.

1. Encore le Pacte, toujours le Pacte. Hollande a acheté et revend encore l'argument suivant lequel les entreprises françaises ont un problème de compétitivité qui les empêchent de produire et vendre.
"J'ai fixé un cap, c'est celui du pacte de responsabilité. L'objectif est clair : moderniser notre économie en améliorant la compétitivité et en soutenant l'investissement comme l'emploi. "
Pourtant, Hollande n'oublie pas combien la DEMANDE est faible, la consommation s'effondre: "il y a un problème de demande dans toute l'Europe" avoue-t-il. Mais il se défausse sur l'Europe: " S'il doit y avoir soutien de la demande, il doit donc se faire au niveau européen, et c'est ce que la France va porter dans le débat qui s'engage avec nos partenaires." En France, Hollande est dans le déni le plus complet: la précarisation du travail et de la société progresse. Il n'apporte pas non plus la moindre garantie sur la bonne utilisation des réductions de charges sociales par les entreprises. Les incantations récentes de Michel Sapin sur le sujet ont sabordé l'argument. Hollande reste accroché à l'idée que Sarkozy a échoué à rétablir la compétitivité du pays dans son ensemble.
"J'ai trouvé en arrivant en 2012 près de 70 milliards de déficit commercial et une industrie avec les taux de marge les plus faibles de ces trente dernières années."
2. Hollande réclame du temps, mais lequel ? La politique répond à l'urgence, souvent médiatique et artificielle. Le temps manque. Mais la patience s'obtient quand la trajectoire paraît juste et crédible. Hollande ne réponde pas à ses critiques de gauche sur cet exact sujet. Il se complet dans l'argument, maintes fois entendu: "faites moi confiance même si c'est douloureux et incompréhensible". 
"A ceux qui disent qu'il faut revoir la stratégie alors même que les mesures viennent tout juste d'être votées, je réponds que toute godille ou tout zigzag rendrait incompréhensible notre politique et ne produirait pas de résultats".
3. Hollande est d'abord flou sur le logement, qui reste hors de prix, hors d'atteinte, hors d'emprunt. "sur le logement, j'ai demandé au premier ministre de présenter un plan de relance. Il touchera à la fiscalité, aux procédures et aux financements."

4. Sur "l'investissement", Hollande promet. On reste dans la politique de l'offre, plein pot et à fond.
"Sur l'investissement, des assises se tiendront en septembre avec l'ensemble des établissements financiers pour les inciter davantage à prêter aux PME, pour mieux orienter l'épargne vers l'économie productive et pour assurer le financement de grands projets collectifs, comme la transition énergétique qui est un levier de la croissance verte."
5. Pire encore, Hollande reprend à son compte la charge improbable d'Arnaud Montebourg contre les professions réglementées. On se souvient combien il était étrange d'entendre l'ancien chantre du redressement productif reprendre les arguments de Jacques Attali version commission Sarkozy.

6. Sur les seuils sociaux, Hollande est clair sur la méthode. "Ma méthode, c'est la négociation." Pour éviter de désavouer ou conforter François Rebsamen qui avait suggéré avant l'été de "tester" la suppression des seuils sociaux de représentation des salariés dans les entreprises pendant 3 ans , Hollande se réfugie, à juste titre, derrière la négociation entre syndicats et patronat.

MAIS il ajoute cette conclusion stupéfiante, et si sarkozyste : "S'ils aboutissent à un accord, il sera transposé dans la loi, comme nous l'avons fait pour le marché du travail et la formation professionnelle. Si ce n'est pas le cas, le gouvernement saisira le Parlement."

On a compris. La levée/suppression des seuils sociaux est donc actée dans son esprit.

7. Enfin, Hollande lâche quelque cadeaux, malheureusement non chiffrés, pour les ménages modestes après la censure par le Conseil constitutionnel des mesures déjà modestes de réduction de charges salariales. Il a deux idées, l'une n'est pas chiffrée, l'autre est une usine à gaz.
"l'une visera à rendre plus juste et plus simple le barème de l'impôt sur le revenu notamment pour les premières tranches, c'est-à-dire pour les contribuables modestes et moyens. L'autre fusionnera la prime pour l'emploi et le RSA activité pour favoriser la reprise du travail et améliorer la rémunération des salariés précaires."
8. A celles et ceux qui pensaient qu'il y avait encore/peut-être/sans doute l'épaisseur d'une feuille de cigarette entre Hollande et Valls, le président enfonce gentiment un clou déjà planté il y a quelques mois: "J'ai choisi Manuel Valls pour qu'il mette en oeuvre la politique que j'ai fixée pour notre pays." C'est dit et répété, encore une fois.

9. Hollande fait quasiment l'impasse sur l'actuelle guerre à Gaza. Il répond sur l'interdiction de manifestation, finalement marginale. Il ne dit rien, et quel effroi, sur la réalité du conflit à Gaza et les victimes civiles. Il rappelle la nécessaire "sécurité d'Israël" (certes) se réfugie derrière l'Autorité palestinienne (certes, encore), mais n'ose l'expression qui fâcherait mais désigne l'exacte situation palestinienne : il y a eu des massacres de civils par l'armée israélienne.

10. Finalement, Hollande se réfugie en Syrie, en proposant une conférence internationale, après la livraison d'armes pour sauver ce qui peut l'être des griffes du Califat islamique là-bas. C'est même ce qui est retenu en message clé et illustrations après cette entretien par les services élyséens.

Et en France ?



6 commentaires:

  1. Et oui, quand une politique ne "fonctionne" pas, c'est qu'on ne va ni assez vite, ni assez fort. Antienne bien connue et souvent entendue ces derniers mois.

    Un billet qui ressemble fort à ceux écrits lorsque Nicolas Sarkozy s'agitait encore croyant qu'il présidait la République et feignant d'organiser les événements qu'il ne maîtrisait pas.

    C'est dire si les motifs d'inquiétude peuvent être grands.

    RépondreSupprimer
  2. Cette longue agonie ponctuee de discours plus creux les uns que les autres donne envie d'un ecroulement total de l'economie et de l'etat pour que tout renaisse enfin.
    30 ans de crise, savament organisee, allez barrez vous tous !

    RépondreSupprimer
  3. "S'il doit y avoir soutien de la demande, il doit donc se faire au niveau européen."
    Enfumage total. Comme on s'en souviens, dès son élection notre président est allé négocié avec ses alter-ego une baisse des contributions nationales au budget européen.

    "L'objectif est clair : moderniser notre économie en améliorant la compétitivité."
    La seule modernisation que je vois, c'est un accroissement de l'exploitation sur fond d'envolée du chômage et de surprofits pour les possédants...

    Je rejoins l'appréciation de Brucolaque, la période rappelle fichtrement les derniers mois crépusculaires de Sarkozy...

    RépondreSupprimer

  4. Petit jeu amusant et intéressant sur les déclarations d’Hollande dans les colonnes du Monde : compter rapidement les verbes d’action sur sa politique (15) et les expressions négatives sur le constat (7).

    Les verbes d’action, ce qu’il fait quoi, sont : améliorer (3f), moderniser (2f), présenter (2f), adapter (2f), accélérer, inciter, orienter, demander, développer, accroître, avancer, inverser, lancer, mobiliser, faire émerger. Un vrai James Bond notre cap’taine de pédalo !
    Les expressions négatives (au moins 7), c’est pas lui, mais les autres, sont : insuffisant, austérité, défausser, aggraver, détériorer, grincheux.

    Il y a de quoi être convaincu qu’on est face à un homme déterminé, non ? Si vous ne l’êtes pas, vous aurez au moins une réserve de jouer au scrabble dans votre maison de retraite, hi, hi …

    Demos

    RépondreSupprimer
  5. "Après moi, il n'y aura que des comptables !" FM

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.