20 août 2014

Pourquoi 20% des foyers français sont confrontés au chômage

La France compte 27 millions de ménages. 

 

On nous dit que le chômage, pourtant massif, ne concernerait que 10% de la population active, une broutille.

 

C'est statistique, mais c'est faux.


L'analyse politique et médiatique du chômage se limite trop souvent au commentaire des variations mensuelles, ou d'une proportion - 10% de la population active - qui minore le phénomène.

On tente rarement d'évaluer combien de ménages résidant en France font directement l'expérience du chômage. En 2001, l'INSEE avait évalué à 14,7% la proportion de ménages concernés.

20% des ménages sont concernés.

Chaque mois, la DARES, du ministère du travail, répertorie le nombre d'inscrits à Pôle Emploi, suivant une nomenclature bien connue: recherche active d'un emploi, absence d'activité, activité partielle, exemption de recherche, etc.

A fin juin 2014, Pôle emploi comptait ainsi 5 343 100 personnes inscrites à Pôle emploi tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi.

Les statistiques sont plus détaillées concernant la France métropolitaine.
  • 3,398 millions étaient sans emploi (catégorie A) dont 0,535 million de moins de 25 ans et 2,075 millions entre 25 et 49 ans.
  • 1,644 million exerçaient une activité réduite, courte (78 heures ou moins dans le mois, catégorie B) ou longue (plus de 78 heures dans le mois, catégorie C). 
  • Il faudrait ajouter les 0,676 million non immédiatement disponibles (catégories D et E). 
S'ajoutent enfin les personnes qui sont sorties des statistiques, faute d'inscription: sur les 495 000 sorties de Pôle Emploi en juin, seules 89 000 l'étaient en raison d'une reprise d'emploi. Cela donne donc 5,7 millions.

Prenons deux hypothèses, pour mieux cerner l'ampleur du phénomène.

Hypothèse 1: chaque ménage n'a pas plus d'un inscrit au chômage en son sein. C'est une hypothèse "optimiste".  Suivant cette hypothèse, on considère donc que ces 5,7 millions d'inscrits à Pôle emploi sont autant de familles différentes. Quelque 3,4 millions d'entre elles compteraient même un membre sans aucune activité, un chiffre terrifiant.

Hypothèse 2: chaque ménage compte 1,5 inscrit au chômage. 
C'est une hypothèse arbitraire mais rappelons que la France compte 2,3 personnes en moyenne par ménage. Ce ratio de 1,5 appliqué aux statistiques du chômage signifierait que 3,8 millions de ménages seraient directement affectés par le chômage.

Au final, entre 3,8 et 5,7 millions de ménages résidant en France seraient donc directement affectés pas le chômage, soit entre 14 et 21% des ménages.

On est loin des 10% statistiques, très loin.

La publication mensuelle des statistiques du chômage rythme pourtant l'actualité politique. Rares sont les commentateurs qui cherchent à ramener le phénomène durable à l'échelle qui convient, celle des foyers, des familles.

4 commentaires:

  1. ...soit entre 14 et 21 % des menages.

    la c''est plus une fourchette, c'est un rateau.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut prendre en compte le nombre de gens qui travaillent, c'est le seul moyen de savoir réellement si le chômage progresse ou régresse !
    Estimer le nombre de chômeur ne peut que permettre au gouvernement de cacher ou trafiquer les vrais chiffres....

    RépondreSupprimer

  3. Bien vu, Juan, tu réponds à la question du nombre de Français frappés par le chômage. Tu pourrais également demander pourquoi la majorité des autres sont étranglés et crèvent sous le poids des prix, qui ont explosé, à l’exemple de l’énergie, de la majorité des autres qui plient sous le poids des impôts et taxes diverses, de la majorité des autres, qui souffrent à cause du blocage des salaires ….
    Alors que pendant ce temps-là, moi-président et ses acolytes déclarent benoîtement que « nous vivons au-dessus de nos moyens ».
    La réponse que je leur adresse est, on ne peut plus simple : 1. la situation actuelle n’est pas tombée du ciel, ce que nous subissons aujourd’hui est le résultat de l’aveuglement idéologique de ces pourris, qui s’en remettent maintenant aux Allemands pour s’en sortir, les rendant ainsi par cette manipulation responsables de leurs insuffisances et de leur manque de courage, 2. il existe des alternatives et nombre d’économistes compétents – contrairement aux guignols comme ceux du FMI ou de Bercy – ont déjà maintes fois proposé des solutions viables. La liste de ces hommes, qui proposent des solutions, arguments à l’appui est connu de tous, mais non ! moi-président continue sur la voie d’un libéralisme aussi injuste qu’inefficace soutenu ces jours-ci par le Président du Medef. Surréaliste ! Il continue donc à nous dépouiller et à nous étrangler jour après jour, inexorablement, sans aucun état d’âme.

    SOCIALISME (rappel de la définition) : Le socialisme naît d'une philosophie de l'histoire occidentale, reposant elle-même sur l'idée de progrès, c'est-à-dire de la transformation du monde dans un sens positif. Dans son acception la plus large, il condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme et défend le progrès social.
    Le Grand Larousse encyclopédique définit le socialisme comme une « théorie visant à rénover l’organisation sociale dans un but de justice »

    RépondreSupprimer
  4. Depuis des lustres on nous embrouille avec les statistiques et nos divers gouvernements ne sont pas les seuls à utiliser les chiffres (pas toujours fiables) pour nous rouler dans la farine.
    A pluche.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.