25 septembre 2014

Hervé Gourdel: la récup ou l'hommage ?

Le touriste français pris en otage dimanche a été décapité . La nouvelle, mercredi, a choqué.

Depuis quelques jours et les menaces proférées par des djihadistes du Califat contre les ressortissants français et américains, il fallait faire corps avec le gouvernement français. Ce dernier avait eu simplement raison de se joindre aux attaques contre l'Etat islamique installé à cheval sur la Syrie et l'Irak. L'armée française participe à la coalition internationale qui bombarde et cherche à affaiblir le Califat.

Qui ne souhaite pas contrer ce dernier ?

"Hervé Gourdel est mort parce qu'il était Français, parce que son pays, la France, combat le terrorisme" François Hollande.
La nouvelle est tombée alors que Manuel Valls était à l'Assemblée pour justifier l'intervention militaire en Irak.

Dans le drame, et sous la pression, on a vu ou entendu quelques indécences. Mais elles furent rares.

1. Nicolas Sarkozy a appelé la famille de la victime. La récupération politique est grossière, indécente, à peine surprenante. Quand il était président, Nicolas Sarkozy était coutumier de la manoeuvre.

La plupart des ténors de la droite, y compris des sous-fifres tels Hervé Mariton (ui ?) ont pourtant tenu des propos plus responsables et respectueux. Nicolas Sarkkzy se sentait sans doute pousser des ailes. La justice, qu'il accusait encore il y a peu de partialité politique, voire manipulée par un prétendu cabinet noir, cette même justice vient de suspendre pour quelques mois l'instruction pour corruption active qui frappait l'ancien monarque. C'est une faveur exceptionnelle.

2. Quelques autres se sont inquiétés que l'intervention militaire française ne concerne que l'Irak et pas la Syrie. Sur France info, mercredi matin, Jean-Yves le Drian était encore questionné sur l'affaire. Mais quelle affaire ? La France bombarde le Califat sur son flanc irakien, quand d'autres - Américains et émirati son flanc syrien.

3. Il y a eu, il y aura quelques autres esprits fragiles encore pour fustiger l'islam tout entier, ou interpeler les musulmans de France et d'ailleurs au motif que quelques terroristes surpuissants et haineux se réclament d'un "islam véritable". Ce rétrécissement de la pensée a rapidement frappé, ce mercredi, sans surprise. Il fallait s'en indigner. Le recteur de la grande Mosquée s'était pourtant déclaré bouleversé comme tant d'autres. Et Manuel Valls n'a cessé de répéter, comme le notait Mediapart, qu'il fallait distinguer "l'islam qui est la deuxième religion de France et qui est un atout pour notre pays, et l'islamisme ".

4. D'autres encore diront que la France aurait du rester neutre. Ne rien faire, ne rien dire, se taire ou se coucher, laisser la Syrie et l'Iak, et demain la Jordanie, sombrer dans leurs guerres civiles et emportées par la progression surpuissante du Califat islamique. A l'Assemblée nationale, les députés du Front de gauche ont été les seuls à émettre des réserves à l'intervention française, non pas sur la livraison d'armes mais plutôt sur le prétendu leadership américain: "Oui, il faut apporter une aide militaire à ceux qui résistent aux djihadistes. Mais pas n’importe comment. Et certainement pas sous l’égide des Américains " a justifié le député François Asensi.

5. Les assassins de l'otage français sont un groupuscule islamiste "issu d’une dissidence d’Aqmi", c'est-à-dire politiquement rien, un gang des barbares de plus.
"Tuer un homme sans défense et désarmé est un acte de lâches et qui le commet n'est pas un guerrier mais un assassin." Jean-Luc Mélenchon

6. Sur les réseaux sociaux, mercredi, une campagne s'était lancée contre les amalgames.







9 commentaires:

  1. Je ne pense pas que la photo "avec foulard" soit d'un bien grand soutien pour ceux qui cherchent l'apaisement.

    RépondreSupprimer
  2. on peut porter le voile (je ne suis pas fan non plus) et désapprouver les actions de DAESH

    RépondreSupprimer
  3. J'évite toujours les amalgames, à condition de ne pas faire des démonstrations contraires.
    Je dirais, juste, qu'un grand nombre de musulmans sont aujourd'hui dans une très mauvaise passe. Le plus dur pour eux étant de convaincre ces bouchers barbares, qu'ils s'appellent "état islamiste", "al-qaïda", "daech"…, qu'ils ne représentent pas du tout l'Islam. Cependant, j'ai le mauvais souvenir d'avoir vu des musulmans exprimer leur plus grande joie après la destruction des Twins Towers en 2001, entre autres. Ce n'est donc pas gagné.
    Pour ma part, j'ai conscience que s'il devait y avoir une once de divergence entre les français, musulmans ou autres, les monstres islamistes auraient déjà gagné.

    Je crois qu'il est temps, pour toutes les religions de revoir les recommandations de leurs livres prétendus saints, et de faire le ménage chez leurs adeptes. De même, qu'elles doivent accepter de rester en dehors de la politique.

    RépondreSupprimer
  4. C'est très bien, d'affirmer une fois de plus que l'islam est un atout pour la France. Mais il serait peut-être temps de nous démontrer en quoi il peut l'être…

    RépondreSupprimer
  5. Deux choses : La première, c'est que la photo en une de ton billet est un choix malheureux. Il est d'autant plus malheureux quand on compare cette photo particulièrement humiliante avec la photo du bas.

    Seconde chose : ce matin, ma radio ne résonnait que de cette histoire d'amalgame. C'est délirant tout de même : qui, à part les fondus du bulbe, vont s'amuser à faire l'amalgame entre ces terroristes et les musulmans qu'ils côtoient chaque jour, amis ou collègues ; ce qui est mon cas. Je vois bien et n'ai pas besoin que l'on me rappelle que ces êtres humains sont différents les uns des autres, pensent et agissent différemment. L'amalgame n'est pas un danger et ne représente en rien un défi pour la société français comme on le prétend partout.

    Je trouve par ailleurs cette opération "Not in my name" un poil grotesque, sinon inopérante. Qu'est ce que cela veut dire que ce "Not in my name". Un esprit mal tourné pourrait dire que cela signifie : vous pouvez continuer à étêter comme vous voulez mais not in my name ? Inopérante aussi parce qu'il ne s'agit là que d'une somme de décrets individuels. Si ces terroristes ne représentent en rien l'Islam, en quoi ces gens qui publient des "not in my name" sur les réseaux sociaux le représenteraient davantage ? Ce qui en jetterait, c'est que les musulmans manifestent, dans les rues, par exemple, contre le terrorisme qui gangrène leur religion. Ils ont bien manifesté quand on caricaturé Mahomet, non ? Et l'amalgame, tant qu'on en parle, n'a pas eu l'air de déranger beaucoup la gauche, au moment des lois sur le mariage pour tous… Alors même qu'un nombre particulièrement significatif de catholiques n'étaient pas défavorables à cette évolution sociétale et que le sujet était, si je puis dire, autrement moins sérieux, grave et important que celui qui nous occupe.

    Je vais rajouter une troisième chose finalement. Il faut arrêter de dire de ces gens qu'ils sont des barbares, ou les ramener au statut de bête. C'est nier que nous avons en chacun de nous cette propension à la violence. C'est simple et naïf de considérer qu'il y a des hommes et des bêtes déguisés en hommes. C'est même infantile.

    RépondreSupprimer
  6. Erratum : pour plus de clarté, je re-rédige une partie de mon commentaire.

    C'est délirant tout de même : qui, à part les fondus du bulbe, s'amuserait à faire l'amalgame entre ces terroristes et les musulmans qu'il côtoie chaque jour, amis ou collègues. Je vois bien et n'ai pas besoin que l'on me rappelle que ces êtres humains sont différents les uns des autres, pensent et agissent différemment.

    RépondreSupprimer
  7. Les déclarations républicaines des "notables" musulmans sont maintenant nombreuses. Une manifestation semble devoir être organisée.
    C'est bien, très bien, très très bien !

    RépondreSupprimer
  8. Juste deux remarques ;
    1. Le bazar ambiant existe grâce au cynisme des dirigeants, qui, de ce côté-ci et de ce côté-là, instrumentalisent les faits et les hommes et il y a beaucoup à en dire,
    2. Cette barbarie est, que nous soyons accusés de faire preuve de sensiblerie ou pas, fait mal à en pleurer.
    Quelle humanité de merde !

    RépondreSupprimer
  9. Sur les commentaires (et, en particulier, sur ceux de ce même article de Juan publié sur Marianne) , multiplication de la théorie du complot : ce sont les services secrets français qui ont organisé l'enlèvement d' Hervé Gourdel, qui n'est que leur "bouc émissaire", comme l'était déjà Mohammed Mérah., et comme c'est Bush (ou le Mossad, ou le FBI, pu la CIA, rayer la mention inutile) qui a organisé les attentats du 11.9

    Je trouve que les modérateurs des blogs devraient faire le ménage sur cette opération d'iintox.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.