17 septembre 2014

Valls se rétrécit pour convaincre

Source: les Décodeurs

Sans surprise, il a eu la confiance des députés, une majorité qui se rétrécie à vue d'oeil, de mois en mois. Les 11 abstentionnistes d'avril ont été rejoints par une vingtaine d'autres.


1. Cette abstention était insuffisante pour faire basculer la majorité dans la minorité. La liste des 31 frondeurs socialistes est intéressante.

Sans surprise, ils n'ont pas osé "contre".

Thomas Thevenoud, ex-star médiatique de ces derniers jours,  n'a pas pris part au vote.

Députés socialistes abstentionnistes:
  • Pouria Amirshahi
  • Serge Bardy
  • Laurent Baumel
  • Marie-Françoise Bechtel
  • Jean-Pierre Blazy
  • Kheira Bouziane-Laroussi
  • Fanélie Carrey-Conte
  • Nathalie Chabanne
  • Dominique Chauvel
  • Pascal Cherki
  • Jean-Pierre Dufau
  • Anne-Lise Dufour-Tonini
  • Henri Emmanuelli
  • Hervé Féron
  • Jean-Marc Germain
  • Daniel Goldberg
  • Edith Gueugneau
  • Mathieu Hanotin
  • Christian Hutin
  • François Lamy
  • Jean-Luc Laurent
  • Christophe Léonard
  • Kléber Mesquida
  • Philippe Noguès
  • Christian Paul
  • Michel Pouzol
  • Denys Robiliard
  • Barbara Romagnan
  • Gérard Sebaoun
  • Suzanne Tallard
  • Michel Vergnier

3. Si la totalité des élus du Front de gauche (sauf un) ont voté contre, et les trois élus du MRC se sont abstenus, l'attitude des écologistes a été surprenante: 17 sur 18 se sont abstenus On les croyait plus fermes dans la vindicte. Seule Isabelle Attard a assumé son opposition totale.

  • Laurence Abeille
  • Éric Alauzet
  • Brigitte Allain
  • Danielle Auroi
  • Denis Baupin
  • Michèle Bonneton
  • Christophe Cavard
  • Sergio Coronado
  • Cécile Duflot
  • François-Michel Lambert
  • Noël Mamère
  • Véronique Massonneau
  • Paul Molac
  • Barbara Pompili
  • Jean-Louis Roumégas
  • François de Rugy
  • Eva Sas
3. Tous ceux là ont encore l'occasion d'ajuster leurs actes au niveau de leur critique contre la politique du gouvernement, quand il sera temps, bientôt, de voter les budgets.

4. Si Manuel Valls avait osé servir à la représentation nationale l'exact même discours que celui tenu devant le MEDEF fin août, il n'aurait sans doute pas obtenu le même score, par ailleurs pitoyable. Valls a été aidé quelques heures avant par Pierre Gattaz lui-même, comme si les deux s'étaient concertés: le patron du MEDEF venait de lâcher ses propositions ultra-libérales pour créer 1 million d'emplois en France: suppression de 2 jours fériés, suppression du SMIC et de la durée hebdomadaire du travail, légalisation générale du travail le dimanche, etc. Bref, Gattaz permettait à Valls de paraître gauchiste au moins le temps d'une après-midi à l'Assemblée.


9 commentaires:

  1. 1. Cette abstention était insuffisante pour faire basculer la majorité dans la minorité.

    ou comment confirmer que l'on souhaite vraiment le retour de la droite dure
    ton NON à sarko était un non à l'homme mais pas à sa politique d fond

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non. Hollande poursuit une politique économique aussi détestable que l'autre. ça empire même. Pourquoi continuer ? Occuper le poste ?

      Supprimer
    2. Pour mener une autre politique, il faudrait menacer de sortir de l'Euro et très probablement ensuite de sortir. Les français ne veulent pas sortir de l'Euro, pas plus que les grecs :

      http://www.metronews.fr/info/sondage-elections-europeennes-les-francais-veulent-garder-l-euro/mnee!IHCWP8PfyW2vc/

      Supprimer
  2. Parmi les abstentionnistes, Marie-Françoise Bechtel, Christian Hutin et Jean-Luc Laurent ne sont pas socialistes, mais MRC

    RépondreSupprimer
  3. Bordel de merdre ! ça continue !!!

    J'étais presque convaincu qu'il ne fallait plus participer au Hollande fessées et puis je lis :

    Les diplômes usurpés de Jean-Christophe Cambadélis
    17 SEPTEMBRE 2014 | PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

    Notre confrère Laurent Mauduit publie un livre choc : À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient. Cet essai est aussi une longue enquête sur des responsables clés du pouvoir socialiste aujourd'hui et une plongée dans leurs débuts en politique, à l'OCI trotskyste, à l'Unef et à la Mnef. Manœuvres et affairisme dominent. Et l'on découvre ainsi comment l'actuel premier secrétaire du PS a, en 1985, usurpé ses titres universitaires. Extraits.


    et un commentaire :

    "Les dégâts collatéraux de ces affaires à répétition :

    les mots gauche, politique, promesse électorale, démocratie, honnêteté, morale, bien commun ... n'ont plus de sens pour une majorité de Français.

    Ceci conduit aux votes FN ou à l'abstention !

    Ceux qui se sont abstenus hier ont pris une grosse responsabilité ! Ils sont complices de ce système !"


    Et demain ?

    RépondreSupprimer
  4. y a un diplôme universitaire de premier secrétaire ? dans quelle université ?
    on peut poser le même question pour toutes les fonctions électives

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. R’vlà Bobby qui dégaine ses répliques si pertinentes.
      Dis donc, Bob, t’es payé à la ligne pour justifier les turpitudes des lib’ soc’ ou c’est juste la foi de l’aveugle ? Dis-nous, Bob.

      Supprimer
    2. oublie moi , ça nous fera des vacances

      Supprimer

    3. Démos13 septembre 2014 13:31
      « François Hollande est encore chancelant » (Juan).
      Franchement, t’as pas encore compris qu’on n’en a rien à faire d’Hollande et des soc’ lib’.

      Réponse bobcestmoi13 septembre 2014 14:26
      qu'est ce t'attends pour déclarer la guerre à Merkel ?

      Ca te rappelle quelque chose, ça, bobby ? Commence donc par t'appliquer ce que tu demandes aux autres et après on en recause. Hein, essaie un peu de respecter les autres et après, tu viendras donner des leçons, l'ami de la merluche.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.