24 novembre 2014

Ce que la présidentielle UMP nous a appris de Sarkozy

La campagne pour l'élection du président de l'UMP s'achève cette semaine. S'il ne fait aucun doute que Nicolas Sarkozy l'emportera contre Bruno Le Maire et Hervé Mariton, cette campagne ouverte début septembre a souligné deux caractéristiques essentielles du candidat Sarkozy.



#1: Le manque de courage.
Observez la différence.


C'est la citation du weekend, celle qui résume le mieux où en est Sarkozy. L'ancien monarque s'est révélé moins courageux que ses rivaux à cette élection, et même qu'Alain Juppé, qui tint bon devant une foule hostile à Bordeaux la semaine dernière.
"Vous me connaissez, et je ne me laisse pas pour ma part impressionner par des mouvements de foule"
Alain Juppé. Bordeaux, 22 novembre 2014.

La citation est sans appel, et chacun peut comprendre à quoi elle fait référence.




Ce n'est pas la première fois que le courage de Nicolas Sarkozy est ainsi mis en cause. On se souvient des nombreuses occasions où il a cédé à la facilité ou la peur. Mais c'est sans doute la première fois où il a cédé en public, face caméra.

A Bordeaux, l'ancien monarque a laissé Alain Juppé, maire de la ville, se faire siffler. Edouard Philippe, un soutien d'Alain Juppé a parfaitement résumé ce que cet épisode signifiait à nouveau sur Nicolas Sarkozy:
"Nicolas Sarkozy a montré la semaine dernière qu'il n'avait pas su résister à l'appel de la foule en promettant l'abrogation du mariage pour tous. Cette fois, il n'est pas parvenu à la tenir. C'est préoccupant quand on veut rassembler."


#2: La dérive à droite.

Hollande gouverne au centre. Il a tenté de "trianguler" ses adversaires de droite en leur chipant tous les éléments de langage et le coeur de l'action politique, et ce, sur tous les sujets socio-économiques. Sur Sarkozy, la manoeuvre a brillamment réussie, puisque l'homme s'est cru obligé de rester sur le même positionnement caricatural qui a fait son échec en 2012. A Bordeaux vendredi dernier, Sarkozy a ainsi enchainé devant des militants acquis à sa cause une succession de billevesées extrême-droitistes ou absurdes qui ne plairont au coeur furibard de l'électorat UMPiste. On pouvait ainsi rigoler, ou s'effrayer, de sa suggestion de supprimer 50% des compétences de l'Union européenne.

Et après ?

S'il l'emporte, Sarkozy devra ensuite abandonner certaines de ses outrances, à moins qu'il n'envisage de laisser l'UMP se radicaliser sur le terrain frontiste.


12 commentaires:

  1. Nous savons tous que Narkozy est un tueur, il vient de se révéler aux partisans de droite, il cherche à rafler la mise à n'importe quel prix, fusse avec le sang de son propre camp. Pour ma part s'il y a une primaire ouverte j'irai voter pour Juppé, même et surtout parce que je suis de gauche. Il faut battre absolument le nain hydrocéphale...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nain hydrocéphale, comme vous-y allez ! Pour ma part, je n'aurais jamais osé employer cette expression !

      Supprimer
    2. Si vous etes de gauche, il vaut mieux un match Hollande Sarkozy que Hollande Juppé, non ?

      Supprimer
  2. tu peux aller voter a une primaire ouverte, elle est deja completement pipee, on sait deja qui a gagne....

    RépondreSupprimer
  3. Que veut dire cette inscription « meeting national de sens commun » sur le pupitre de Sarko ? Sens commun, quézako ? En tapant l’expression sur Google, on apprend qu’il existe un mouvement créé par l’UMP qui porte ce nom, mouvement qui proclame : « le changement, c’est l’engagement » et qui cite Camus et Gramsci, les gars. Si, si allez voir sur leur site. Il est vrai qu’ils citent aussi Chantal Delsol, éditorialiste au Figaro, ce qui ramène à la réalité quotidienne. Bref, comme dit l’autre, c’est du grand n’importe quoi.

    Alors, moi, au vu de la stratégie délirante de nos politicards actuels, je vous pose une question, les gars : le foutage de gueule, c’est quand et c’est qui ? et une question subsidiaire : quand va-t-on dire stop ?

    RépondreSupprimer
  4. Lundi 24 novembre 2014 :

    A la page 5 du sondage, l'institut Harris Interactive pose une question sur l'honnêteté des candidats à la présidence de l'UMP.

    Réponse :

    54 % des sondés pensent que Bruno Le Maire est honnête.

    Mais seulement 26 % des sondés pensent que Nicolas Sarkozy est honnête !

    http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0203960943821-ump-le-maire-et-sarkozy-coude-a-coude-aupres-des-sympathisants-de-droite-1067502.php

    RépondreSupprimer
  5. Je craque :

    http://www.liberation.fr/politiques/2014/11/24/sarkozy-ce-n-est-plus-du-mensonge-c-est-carrement-du-roman_1147897

    RépondreSupprimer
  6. J'ai raconté la frousse qui s'était emparée de ce Nicolas-là vis-à-vis de Baroin.
    Il n'a pas changé ce pauvre Nicolas : un froussard.
    Lire ce billet : http://bit.ly/1nlB3YK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est facile de traiter les autres de froussard...
      J'ai croise Baroin, un jour il etait seul, je lui ai fait un doight d'honneur puis j'ai croise Claude Gueant avec deux gardes du corps, genre pas commodes et la j'ai rien fait du tout, j'ai interiorise, total control. la force tranquille quoi !

      Supprimer
  7. Si vous êtes de sensibilité de gauche, républicains etc, vous devriez vous réjouir si Sarkozy redevient président de l'UMP.

    D'une part, c'est le meilleur faire valoir de Hollande, qui pourra faire oublier sa campagne de 2012 pour s'appuyer à nouveau sur le bilan désastreux de son prédécesseur et faire revibrer la corde de l'anti sarkozysme, celle qui lui a permis d'être élu. C'est aussi celle qui lui permettra peut etre d'etre réélu en 2017.

    D'autre part, les valeurs que projette Sarkozy, le racisme, le fascisme, l'anti républicanisme etc font que, de facto, s'il devient président de l'UMP, seul le Parti Socialiste devient le réceptacle des valeurs républicaines. Or, si vous partez du principe que les français sont attachés à ces valeurs républicaines, alors c'est très bon pour le PS, qui du coup, seul à les porter, devient le choix électoral logique !

    De quoi vous plaignez vous ? A moins que vous ne craignez que les français ne soient PAS attachés à ces valeurs républicaines, Sarkozy c'est du pain béni pour la gauche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi et c'est qui la gauche aujourd'hui ?

      Supprimer
  8. Les politiques de gauche savent-ils éduquer leurs enfants ?...pourtant il prêchent l'égalité des chances à l'école : leur carrière politique, de socialiste, semble prioritaire.

    Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds
    o Par lefigaro.fr
    o Publié le 10/09/2013 à 08:30
    Selon les informations du Parisien, le fils de la ministre des Affaires sociales et de la Santé vient d'être condamné à trois ans de prison ferme.

    Marisol Touraine a écrit une lettre à la victime, pour lui présenter ses excuses, au nom de son fils. Ce dernier, Gabriel Reveyrand de Menthon, âgé de 22 ans, a été reconnu coupable «d'extorsion de fonds» et «séquestration» et a été incarcéré au début du mois de septembre à la prison de la Santé où il doit purger une peine de 3 ans ferme. Il est le fils de la ministre et de Michel Reveyrand de Menthon, ancien ambassadeur de la France au Tchad et aujourd'hui «représentant spécial de l'Union européenne au Sahel». Le couple a deux autres enfants, âgés de 20 et 18 ans.

    Les faits, raconte Le Parisien , se sont déroulés en mai 2011. Gabriel a alors 19 ans. Deux hommes vêtus d'une cagoule pénètrent dans l'appartement d'une femme de près de 60 ans dans le XIIIème arrondissement de Paris. Ils la menacent avec une arme, la dépouillent de son argent et lui extorquent son code de carte bancaire avant de tenter de la bâillonner.
    Le jeune homme aurait eu des soucis d'argent
    «Ils voulaient aussi m'attacher les mains, relate la victime, toujours au Parisien . Ils m'ont demandé ma carte bancaire. Je leur ai donné le code mais je me suis trompée, sous le coup de l'émotion. L'un d'entre eux est parti à la Poste pour faire un retrait au distributeur. Pendant ce temps-là, son complice me pointait le canon de son arme sur la tempe… Quand il a fini par revenir, il n'était pas très content parce que ça n'avait pas marché. Je leur ai alors dit que j'avais un peu d'argent chez moi, puis ils sont partis.»
    Interpellé en octobre 2011, le jeune homme passe aux aveux et explique avoir agi ainsi à cause d'une dette à rembourser. Une assertion étonnante, car sa mère est notamment sujette à l'Impôt sur la fortune. Outre une peine de prison ferme, Gabriel Reveyrand de Menthon a aussi été condamné à verser à sa victime 3000 € au titre de son préjudice moral et 990 € pour son préjudice matériel. Une amende qui n'a toujours pas été payée, selon l'avocate de la victime.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.