12 novembre 2014

Le suicide du patronat français

 

La démarche est improbable: des patrons entrent en rébellion... Sans rire ni blague... on croyait que l'actuel pouvoir les soignait suffisamment. Il n'en était rien. 

Il fallait lire, écouter, comprendre. 

 

Et ne pas rire.

 

Tour à tour, les responsables du MEDEF, de la CGPME et de l’UPA se sont exercés à fustiger l'actuel gouvernement ces derniers jours. Et proposer des "manifestations" patronales en décembre si rien ne change.

Sont-ils irresponsables à ce point ?


1. Le gouvernement Valls/Hollande travaille pourtant avec attention et entêtement au service du patronat français. Depuis septembre 2012, François Hollande a progressivement réorienté sa politique en faveur d'une unique obsession, réduire les charges pesant sur les entreprises; réduire ce fichu coût du travail que certains irresponsables libéraux osent comparer d'un pays riche à un pays pauvre. Le 31 décembre dernier, il y a bientôt un an, François Hollande a fourni des voeux détestables en annonçant un Pacte irresponsable, confirmé le 14 janvier suivant, puis lors de l'intronisation au poste de premier ministre du plus libéral des socialistes française, Manuel Valls.

Malgré des estimations ridicules d'impact sur l'emploi réalisées par les propres services de Bercy, le gouvernement Valls s'entête à faire voter 41 milliards de baisses de charges sociales. Sur ces dernières, quelque 36 milliards concernaient les entreprises. En contrepartie, le MEDEF ne s'engage... à rien.

C'était visiblement insuffisant pour ces responsables du MEDEF.

On reproche à François Hollande de servir le MEDEF, ce dernier est visiblement bien injuste.

2. Pour ces responsables patronaux, rien n'est jamais assez.
En janvier 2013, l'Accord National Interprofessionnel signé avec la CFDT ne lui suffit pas. Ce dernier procure pourtant de "joyeux" reculs du droit du travail. Et il est rapidement transposé dans la législation. Quelques mois plus tard, la réforme Ayrault/Hollande des retraites allonge indéfiniment la durée de cotisations. Mais le MEDEF s'acharne sur l'une des deux seules avancées de cette réforme, le compte pénibilité qui devait permettre aux salariés physiquement affaiblis par leurs conditions de travail de partir plus tôt. "Trop compliqué!" nous assène-t-on.

En septembre, Pierre Gattaz propose de "réformer" le contrat de travail. Fin octobre, il appelle le gouvernement à autoriser les licenciements sans motif, une disposition qui, loin d'être une spécificité française, est prévue par la convention 158 de l'Organisation internationale du travail.
"Les chefs d'entreprise, quand ils peuvent embaucher, craignent de se trouver devant les prud'hommes s'ils rompent le contrat. C'est un des principaux freins à l'embauche." Pierre Gattaz
3. Le patronat a les principaux médias pour lui. Ce n'est pas faire injure à la qualité de notre presse nationale que de reconnaître que la libéralisation du marché du travail et la baisse des charges des entreprises sont des thèses soutenues par la quasi-totalité des journaux télévisés, radiophoniques et écrits du pays. Chaque matin, des éditocrates libéraux trustent toutes les rubriques économiques des radios nationales. Le journal Les Echos peut même se targuer d'avoir placé deux de ses plumes dans les journaux radiophoniques matinaux les plus écoutés du pays, l'un sur Europe 1, l'autre sur France inter !

Pourtant, nos responsables patronaux estiment toujours nécessaire de crier leur désarroi par des actions plus "visibles" que l'invasion quotidienne des plateaux médiatiques. Le patronat a même d'autres relais qui ont l'écoute de nos médias: l'IFRAP, l'AFEP, et quelques autres...
"Il y a un vrai ras-le-bol, il y a un vrai sentiment de colère, les patrons n’en peuvent plus. Et il est logique qu’on trouve un moyen d’exprimer de manière calme et rationnelle ce ras-le-bol." Geoffroy Roux de Bézieux
Allez comprendre...
le Centre d’observation économique et de recherches pour l’expansion de l’économie et le développement des entreprises (Coe-RexeCode) - See more at: http://www.humanite.fr/le-quinte-de-tete-des-chiens-de-garde-du-patronat-557323#tor=flux_actu

4. La crise perdure, et les entreprises en souffrent. Comme les salariés, les chômeurs, et l'ensemble du pays. Les perspectives d’investissement dans l’industrie sont même en recul.

Pour justifier "l'épuisement patronal", le numéro 2 du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, est allé jusqu'à affirmer qu'un patron de PME se suicidait tous les deux jours en France. Vous rappelez-vous quand le MEDEF s'est inquiété des accidents du travail ou des suicides au travail ? Le même Roux de Bézieux n'avait pas de qualificatifs assez forts contre la mise en place du compte pénibilité pour le calcul des durées de cotisations à la retraite...

Nous pouvions l'inciter à lire plus régulièrement Actuchômage.







Crédit illustration: Wikimedia

8 commentaires:

  1. Je pense, en effet, que le gouvernement ne fait rien pour les entreprises. Voici mes propositions:
    1) Supprimer toutes taxes et impôts
    2) Diminuer tous les salaire d'au moins 50%
    3) Donner à chaque entreprise une subvention représentant 80% de son CA
    4) Obliger les salariés à appeler le PDG "Mon Seigneur" et lui baiser les pieds si un salarié le croise dans un couloir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeanmi : vous oubliez : ne pas s'opposer à la retraite chapeau pharaonique d'un grand PDG.

      Supprimer
    2. Jeanmi : quitte à faire des enfants dans le dos des salariés, rétablir le droit de cuissage ;-)

      Supprimer
  2. « Hollande a réorienté sa politique pour réduire ce fichu coût du travail » Y en a des solutions pourtant. C’est quand même pas difficile de s’inspirer de l’expérience de nos ancêtres. Tiens, le Code noir, par exemple ! Les travailleurs, qu’on les appelle esclaves à l’époque, qu’ils soient employés dans une plantation, dans une usine ou dans un commerce, ça change rien. La différence, c’est qu’y en a qui veulent jamais rien faire d’aut’ que de profiter du Système. Il suffirait juste de fixer des règles simples, compréhensibles par chacun pour relancer la croissance. Ouais, la croissance, mec. Et pis, les patrons perdraient plus leur temps à aller chercher des fainéants qui, une fois embauchés, veulent plus se barrer, jouent l’inscruste et prennent des congés maladie. Sans compter la fiscalité confiscatoire, qui décourage l’initiative de nos entrepreneurs. Enfin, moi, c’est pas moi qui l’ dis, c’est Pierrot, le patron du patronat, un gonze qui sait de quoi y cause. Comme son papa avant lui.

    RépondreSupprimer
  3. Mon pauvre Juan, tu ne comprends vraiment rien. C'est pourtant pas compliqué. Une entreprise, c'est un carnet de commandes. Les patrons, il leur faut des commandes, plein de commandes. Comme elles ne peuvent plus venir des classes populaires à salaire réduit ou revenu dérisoire, il faut qu'elles viennent de l'État, ces commandes. Mais pour les payer, ces commandes massives, faut pas que l'État lève des impôts. Zéro impôt.

    RépondreSupprimer
  4. Comme disait Pierrot (Desproges), il existe pourtant une solution : « il suffit de prendre aux riches pour donner aux pauvres... et vice versa. En temps de paix, par exemple, les riches auront le droit de prendre la sueur au front des pauvres et en temps de guerre les pauvres auront le droit de prendre la place des riches... au front également. »

    RépondreSupprimer
  5. On a retrouve le tigre ?
    Quand faudra aller chercher du pain, j'enverrais ma femme. :-)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.