17 novembre 2014

Pourquoi Juppé va perdre



En peu de temps, il est devenu le chouchou des sondages, l'homme politique préféré des sondés, de gauche comme de droite.   Nul besoin d'être un militant UMP ni un fin expert politique pour comprendre qu'Alain Juppé a peu de chances de gagner sa qualification à la candidature pour la prochaine élection présidentielle. 

 

A moins qu'il ne change, et vite, de comportement et de tactique.



1. Alain Juppé concourt sur un positionnement politique encombré, le centre-droit. Sa modeste couleur gaulliste n'y change pas grand chose. Il fait clairement campagne au centre, y compris sur des sujets sociétaux. Sa récente prise de position en faveur de l'adoption par les couples homosexuels en est l'une des dernières illustrations.

2. Alain Juppé laisse Nicolas Sarkozy s'emparer de l'UMP, qui n'est qu'une machine électorale. Vous rappelez-vous quand un candidat a remporté une élection nationale sans le contrôle de son parti ? Juppé devrait méditer les exemples ratés des candidatures de Balladur en 1995, ou Royal en 2007.

3. Alain Juppé ne laboure pas les terres militantes de la droite. Comme Fillon en 2012, il s'épargne de trop nombreuses rencontres de terrain. Il préfère des interviews "bobo-isées" qui l'éloignent chaque jour davantage du coeur politique de son camp. Il est peut-être le chouchou des sondages, les mêmes enquêtes donnent encore Sarkozy largement en tête auprès des sympathisants de droite.
– Bon, admettons qu’elle ait bien lieu, cette fameuse primaire UMP, admettons que Sarkozy ne parvienne pas à l’empêcher, tu n’es pas sérieusement en train de me dire que tu irais pour voter Juppé ?
– Sérieux, j’irai et je voterai Juppé. Et sans me cacher !
– Juppé ? On parle bien du même, là ? Celui de “droit dans mes bottes”, celui des grandes grèves de 95, celui qui nous a fait traverser Paris à pied pendant un mois et qui a provoqué la rencontre de Pierre Bourdieu et des cheminots en grève, ce Juppé-là ?
Frédéric Bonnaud, Les Inrocks

4. Alain Juppé a rarement gagné une élection difficile. En 2007, il n'a pas réussi à recouvrer son mandat de député à Bordeaux. En 1995, son court mandat de premier ministre s'est achevé dans la dissolution de 1997.

5. Alain Juppé est trop gentil. La compétition à droite n'épargne que les fauves. Sarkozy ou Chirac ont fait le ménage, chacun en leur temps, à coups de déstabilisations individuelles, de scandales et de pressions inouïes.

8 commentaires:

  1. Juppé peut perdre en effet.
    Mais les hypothèses sont encore nombreuses, et les aléas judiciaires de quelques-uns finiront à perturber la primaire à droite.
    Juppé peut perdre, mais Sarkozy peut-il gagner ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il n'y a pas que Sarkozy à droite. De plus, en terme d'aléas judiciaires, si pour Sarko les problemes sont devant, pour Juppé, ils sont inscrits dans son casier judiciaire, non ?

      Supprimer
  2. de toutes facons, ok on est sur SARKOFRANCE, mais vous savez tres bien que le deuxieme tour de 2017 c'est Hollande (socialiste) vs Marine le Pen (national socialiste). Alors, Sarkozy, Juppé, and co ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait franchement marrer ces analyses comparatives. Juppé, Sarkozy, Hollande, Fillon, Lagarde, Bayrou ou polichinelle, c’est du pareil au même, c’est de la roupie de sansonnet. D’ailleurs, à une époque pas très lointaine, y avait des pépés et des mémés, qui votaient pour le plus beau ou pour celui qui offrait le plus de gâteries à Noël. Dans le fond, c’était pas pire que de tenir des raisonnements fumeux sur les qualités d’un tel ou d’une telle. Comment choisir, au moment de partir pour un long voyage, entre un cheval boiteux et un baudet à trois pattes ?

      Supprimer
    2. "Analyses" est peut etre un grand mot dans le cas du Parisien.

      Supprimer
  3. Sarkozy peut parfaitement se disqualifier tout seul vis-à-vis des sympathisants UMP , il a déjà sérieusement commencé le travail.Sarkozy est inquiétant par ses improvisations imprévisibles et son programme au jour le jour et donne une impression de fragilité et d'incohérence, Juppé est rassurant et donne une impression de solidité et de cohérence .

    N'oubliez pas que , de plus en plus , celui que les sympathisants choisissent est celui que les sondages donnent comme ayant le plus de chances de l 'emporter : ce fut le cas pour l' illustre inconnue Royal en 2007 , ce fut la raison de la popularité de DSK ( dont on ignorait tout du programme) avant ses exploits au Sofitel ; or, Juppé "ratisse plus large" que Sarkozy - la majorité des électeurs du FN, qui croient désormais en leurs chances de victoire, étant, cette fois-ci , irrécupérables par Sarkozy .

    RépondreSupprimer
  4. « La compétition à droite n'épargne que les fauves » (Juan).
    C’est bizarre, tu vois, moi je n’utiliserais pas le terme « grand fauve », car je ne vois aucun rapport entre des enflures cyniques, manipulatrices, sans états d’âme ni convictions dont tu nous parles chaque jour et les merveilleux animaux que sont les fauves.
    Il serait temps d’ « appeler un chat un chat ».

    RépondreSupprimer
  5. Deux ans plus tard ... je le reconnais bien volontiers ... tu étais bien plus proche de la vérité que moi ... hélas

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.