29 novembre 2014

Sarkozy rate son triomphe à l'UMP

Ce devait être un triomphe, le retour du Napoléon prodige qui venait sauver l'UMP, la droite et bien sûr la France. Alain Juppé comme François Fillon s'étaient écartés. Jean-François Copé avait été écarté. Sarkozy contre Le Maire et Mariton ? Le match ne devait pas avoir lieu, et pourtant.

Nicolas Sarkozy raté sa campagne, et donc son triomphe.



L'ancien monarque n'a obtenu qu'un peu moins des deux tiers des suffrages des militants de l'UMP.  Bruno Le Maire remporte la seconde place avec près de 30% des voix. Hervé Mariton est bon dernier avec 6,3%.

On est aussi surpris par l'ampleur de l'abstention: à 19h30, c'est-à-dire une demi-heure avant la clôture du scrutin, le taux de participation n'était que de 57%, soit 154 014 votants.

Un signe de découragement ? 






14 commentaires:

  1. Qui connait le nombre réel d'adhérents UMP ? Comment des gens ont pu mettre à la tête de leur parti, le futur tueur de celui-ci ? N. Sarkozy ne s'est-il pas engagé à liquider l'UMP ?
    Nous sommes là devant un vote kamikaze. Mais bon, ça regarde les adhérents. Quant aux dirigeants, ils n'ont pas fini de se foutre sur la gueule.

    RépondreSupprimer
  2. Tout faux, Juan...

    http://www.marianne.net/elie-pense/Les-medias-moutonniers-face-a-Sarkozy_a524.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elie: il me semble que vous fonctionnez trop par esprit de contradiction systématique. C'est une démarche critique fort utile, mais tout de même, il faut en reconnaître les limites: bien sur, Sarko a gagné. Mais il espérait mieux, plus fort, plus grand. Il lui reste un combat assez dfficile à mener contre Juppé et Fillon.
      Rappelez vous aussi que j'ai écrit, il y a quelques mois déjà, que Juppé et Fillon avaient commis une erreur historique en laissant cette présidence de l'UMP à Sarkozy.

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec vous, en ce qui concerne "l'erreur historique" des deux autres Pieds nickelés. Pour Fillon c'est sans importance puisqu'il est déjà carbonisé, mais Juppé ? Comment a-t-il pu laisser gentiment la machine de guerre aux mains de son concurrent ? Et, du coup, comment va-t-il s'y prendre pour "exister" pendant encore deux longues années ?

      Enfin, bon : c'est leur problème…

      Supprimer

  3. Triomphe de Sarkozy ou pas, on s’en fout.
    Son retour démontre seulement que 1984 n’est plus un roman, mais une réalité.
    Le constat est simple : la victoire politique n’a rien à avoir avec l’habileté, mais elle repose sur la stupidité de certains et, encore plus, sur un système pervers construit sur mesure par et pour les classe dirigeantes.
    Nous vivons dans un monde où évolue nombre d’imbéciles irresponsables qui, par leurs choix, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, aidés en cela par le rouleau compresseur des médias,
    Nous vivons dans un système politique, qui au vu des résultats qu’ils produit – confiscation du pouvoir par des gens aussi cyniques que démagogues et incompétents - doit obligatoirement et de toute urgence être réformé de fond en comble.
    Le même phénomène est d’ailleurs à l’œuvre pour les institutions européennes et
    internationales, comme on peut le constater à travers des événements aussi symboliques et
    pertinents que la remise - sans grand bruit médiatique - par notre ennemi de la finance des insignes de Grand officier de la légion d’honneur à ce bon Monsieur Barroso ou le choix par les dirigeants européens le 15 juillet dernier de Monsieur Juncker comme président de la commission européenne.

    Que la fête continue !

    RépondreSupprimer
  4. Lors du congrès du 28 novembre 2004 au Bourget, Nicolas Sarkozy est élu président de l'UMP par les militants avec 85,09 % des voix.

    Je dis bien : 85,09 % des voix.

    Samedi 29 novembre 2014, Nicolas Sarkozy est élu avec 64,5 % des voix.

    En clair : chez les militants UMP, Nicolas Sarkozy perd 30 % de voix par rapport à 2004.

    RépondreSupprimer
  5. Lors du congrès du 28 novembre 2004 au Bourget, Nicolas Sarkozy est élu président de l'UMP par les militants avec 85,09 % des voix.

    Je dis bien : 85,09 % des voix.

    Samedi 29 novembre 2014, Nicolas Sarkozy est élu avec 64,5 % des voix.

    En clair : chez les militants UMP, Nicolas Sarkozy perd 20 % de voix par rapport à 2004.

    RépondreSupprimer
  6. Ce retour de Sarkozy est parfait pour Hollande et pour le PS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui l’est moins (parfait) pour les Français, c’est l’hypothèse d’un PS qui conserve le pouvoir en 2017. Entre la peste et le choléra, le choix sera cornélien.

      Supprimer
    2. OUI : j'avais juré croix de bois, croix de fer..... que je ne voterais plus Hollande....

      j'avais tout faux !!!!

      Le Tzarrk contre la mimolette ? Je vote frometon et pas tonton (macoute)

      Supprimer
  7. le vote electronique me plait beaucoup. Il me rapelle quand ils ont ferme, sans prevenir, la secu a cote de chez moi, ils avaient penser a mettre un mot sur la porte "allez sur internet, Caf.fr"
    Fallait voir les vieux avec leur lettre a la main, completement paumes, ah trop drole !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une image, je veux dire les vieux c'est vous et la secu c'est Sarko. :-)

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.