27 décembre 2014

399ème semaine politique: Hollande part en campagne !

 

Il faudra retenir la date, le 23 décembre. François Hollande est à Saint-Pierre-et-Miquelon, et il lance sa campagne de réélection. Avec deux années d'avance, une popularité en berne, de mauvais records qui s'accumulent. 


A la même époque de son mandat, Sarkozy cherchait à se "présidentialiser". Son début de quinquennat, Bling-Bling, vulgaire et agité, avait laissé des traces. Hollande n'a pas ce souci. Il en a d'autres. Cette semaine, les médecins généralistes sont en grève. C'est Noël. En cause, la généralisation du tiers-payant, une mesure éminemment sociale qui permet à tout à chacun de ne plus avancer les frais de soins.

 "Il ne faut pas céder à la panique". Hollande est là quand il faut réagir à une succession de faits divers sanglants. Dimanche, un déséquilibré fonce en voiture sur des passants à Dijon (13 blessés). Un autre fait de même à Nantes (10 blessés). A Joué-lès-Tours, trois policiers sont blessés à l'arme blanche par un troisième fragile de l'esprit. Seul ce dernier est qualifié de "terroriste". Manuel Valls enfonce le clou: "Jamais nous n'avons connu un aussi grand danger en matière de terrorisme".

François Hollande part en campagne pour sa réélection. Le Figaro et quelques opposants à droite en sont certains, mais interloqués. Il enchaîne les "déplacements de terrain" et "les échanges avec des élus de sa majorité ou des Français." Cela n'a pas grand chose à voir avec le cirque médiatique des tables-rondes hebdomadaires de l'ancien monarque, que Sarkozy couplait avec des meetings secrets avec des poignées de militants dans toutes les villes de France.

Hollande aurait arrêté la méthode Coué. Il cesse de promettre la baisse du chômage, la reprise économique et les lendemains qui chantent.
"Si vous voulez gagner une élection, ne dites pas que vous allez la perdre" François Hollande.
Hollande part donc en campagne, à la reconquête de l'opinion alors que les nouvelles restent graves, et son avenir sans issue. Le message est presque officiel: "On se rapproche de 2017. On est dans la conquête, la dynamique, le mouvement" a expliqué le chef de l'Etat. Cette semaine, à Saint-Pierre et Miquelon où il était en déplacement, quelques conseillers répétaient l'argument. Une journaliste du Figaro n'en revient pas. L'année avait beau se terminer aussi désastreuse qu'elle s'était déroulée, Hollande était optimiste. Il croit en sa bonne étoile. 2015 s'annonce tout aussi mauvaise, avec des élections cantonales où l'on nous promet déjà la victoire du Front national par chaos général. Mais Hollande y croit: "Il faut se battre, on se bat" glisse-t-il. "Ma capacité à tenir, à avancer, est maintenant démontrée. Les Français l'ont vu."

Les supporteurs rassemblent leurs arguments. Il paraît que les impôts vont baisser l'an prochain pour le tiers inférieur des imposés au revenu. On pourrait aussi rappeler que l'équipe Hollande a très largement aligné la fiscalité du capital sur celle du travail, n'en déplaisent à quelques grincheux. Cet argument porte peu, puisque la (curieuse) promesse de campagne d'une taxation à 75% des revenus supérieurs à un million d'euros était définitivement enterrée. Les autres renoncements du candidat Hollande devenu président (taxe sur les transactions financières, loi de séparation bancaire) en matière de lutte contre la finance ont achevé de convaincre de l'échec.

Le gouvernement publie, non sans humour, un "kit de réponses" aux 10 questions pièges qui attendent ses (rares) supporteurs lors des dîners de fin d'année.

Hollande part en campagne, on lui a offert un labrador noir pour Noël, comme François Mitterrand en son temps. Il a invité des "personnalités du monde la culture" à dîner. Lou Doillon, Joey Starr ou Dominique Besnehard ont eu les honneurs de la table élyséenne.

Sur le front des sans-emplois, les nouvelles ne sont guère meilleures. Pôle emploi a enregistré 27.400 inscriptions supplémentaires de sans-emplois en novembre, soit près de 200.000 sur 12 mois glissants. La mesure est incomplète. On estime à près de 6 millions le nombre de personnes en recherche d'emploi. L'année 2014 est aussi terrible que les pires années de Sarkofrance. Seuls les ultra-fans de l'ancien monarque font mine d'oublier le bilan de leur mentor.

Le chômage continue de battre tous ses records. Comme le nombre de SDF en France. L'information émeut un peu. La France de 2014 ne sait pas loger 9.000 personnes - soit 52 % des demandes d'hébergement d'urgence. 9000 personnes donc laissées à la rue. La mairie (UMP) d'Angoulême fait grillager quelques bancs publics pour éviter que des sans-domicile ne s'y reposent. La semaine précédente, l'office HLM de Saint-Ouen menaçait d'expulsion ses locataires si ceux-ci ne dénonçaient pas la présence de SDF dans les halls d'immeuble.

Hollande part en campagne avec deux années d'avance, comme Sarkozy en 2010. L'ancien monarque, chantre du primat du curé éclairé sur l'instituteur athée, l'homme de l'ineffable discours de Latran de 2007, ce même Nicolas Sarkozy a conclu l'année 2014 par des voeux célébrant la laïcité et le cumul des mandats. Sarkozy sait ramer à contre-courant, et faire oublier d'où il vient.

Hollande part en campagne, mais on ne sait pas sur quel programme, ni avec quelle majorité. Mais pour les commentateurs, c'est déjà largement suffisant. Alimenter la chronique d'une (re)conquête ferait presque oublier l'essentiel.




22 commentaires:

  1. Personnalités du monde de la culture : Lou Doillon, Joey Starr et Dominique Besnehard. Tout est dit sur l'effondrement de la France, transformée en vaste théâtre Guignol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effondrement lorsqu'on écoute le peuple? Ta capacité à bien faire s’effondre chaque jour un peu plus," l'encre de la belle plume du web a séché ", tristesse et Dgoux...

      Supprimer
    2. Horreur ! Dans les personnalités invitées, Hollande a oublié Didier G. le grand écrivain.

      Supprimer
  2. Personnalites de la culture, l'expression est un peu faible, c'est le Gotha, au dessus c'est le soleil.

    RépondreSupprimer
  3. Entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, la rivalité est politique, mais pas que… Chacun veut tout savoir de la vie de l’autre selon l’Express, y compris sur le terrain de la vie privée.

    Ce n’est pas exactement une surprise, Nicolas Sarkozy et François Hollande ne s’apprécient guère. L’Express revient cette semaine longuement sur les sujets, politiques et personnels, qui divisent les deux hommes. .......Et l’animosité est féroce.

    En privé, l’ex-chef de l’Etat n’hésiterait ainsi pas à railler le physique de son concurrent qu’il estime « mal fagoté » : « Il mange des frites. Quand on fait un métier public, il faut faire atten­tion », aurait-il lâché en privé.

    Dans "Ça reste entre nous hein" ......,Un livre consacré à l’époux de Carla Bruni,

    Natha­lie Schuck et Frédé­ric Gerschel expliquent que Nicolas Sarkozy s’est montré particulièrement critique envers François Hollande au moment de sa rupture avec Valérie Trierweiler. « Quelle gouja­te­rie, ça en dit long sur le person­nage, aurait-il jugé.

    Il la fait venir à l'Elysée, il ne l'épouse pas, il lui envoie 19 textos par jour pour lui dire qu'il l'aime et, pendant ce temps-là, elle s'aperçoit que c'est bidon et qu'il est avec Julie Gayet ! »

    Comme Chirac, son copain, il mérite le surnom des guignols : SUPER MENTEUR et pire....

    ....Aucun respect pour les pauvres ; LES SANS DENTS.

    Malgré une campagne de "com" très onéreuse, payée par le contribuable, il restera dans l'histoire de la Vème République comme le plus mauvais Président : 90% de français souhaitent qu'il " dégage" à la fin de son mandat........avec son chien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce Dandut, que des nouvelles fraiches, des scoops, des commentaires avec le recul, c'est TF1 qui l'a envoye ici ou koi ?

      Supprimer
  4. Tes lecons de bienseances, de politesse et de tenue, par la bouche de Sarko le nabot, tu sais ou tu peux te les mettre Dandut ?
    Dans ton gros cul de connard !!!!

    non c'est vrai quoi....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
      Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

      Gros cul ? c'est peut être petit cul qu'il fallait employer !

      Supprimer
    2. Sur la censure, Juan va etre content, lui qui aime bien ca, Valls a sorti une loi sur la surveillance du net, ce 24 decembre, un cadeau aux internautes, c'est open bar pour l'etat, bienvenue en Coree du Nord !
      A ce niveau de saloperie, je ne vois que la mairie, pour aller faire son passeport.....

      Supprimer
    3. quand je dis c'est open bar pour l'etat, c'est la vision optimiste.
      la realite risque d'etre plus sombre, indepandante de la justice et aux contours plus que flous, cela sera open bar aussi pour les cabinet noirs, les societes privees, les lobbies et autre groupes de pression, voir les interets financiers.

      Supprimer
    4. Pour finir sur la loi, la CNIL a meme pas ete consulte, c'est vous dire.

      Supprimer
  5. La taxe à 75%...sur les gros salaires !!!!

    ...encore de la com ; les patrons du CAC 40 ne l'ont jamais payée........c'est leurs entreprises respectives qui l'ont payée pour eux.

    En fait, ce sont les salariés qui ont contribué sur leur prime d'intéressement aux bénéfices des entreprises.......

    Les PDG ont mis en garde Hollande sur le déménagement possible des sièges sociaux.........Et Flamby s'est couché, il a permis, par une disposition fiscale annexe, qu'ils soient épargnés de l'impôt supplémentaire à 75%.

    MON ENNEMI, C'EST LA FINANCE.......Moi, Président, je veux une République irréprochable !!!!!
    ..

    RépondreSupprimer
  6. Les invités élyséens sont digne de nos politiques . Hollande ne part pas en campagne , il bat la campagne .Sarko a amené le pitre vulgaire bigard au Vatican , hollade invite de la racaille à l ' Elysée.... représentatif de la France actuelle .
    Une outre vide , un radis creux . Il vient seulement de constater que ses vêtement le boudinaient et ridiculisaient , mais à quoi servait son personnel ?

    RépondreSupprimer
  7. l y a quand même une différence entre :

    - la gauche "classique" sociale-démocrate, qui cherche à redistribuer aux plus pauvres les richesses produites par le biais des prélèvements obligatoires ,

    -et la gauche "social-libérale" ou "blairiste" ou "vallsiste", qui cherche à agir en amont, en empêchant l'apparition de la pauvreté ( systèmes d'éducation et de formation continue tout au long de la vie, systèmes de santé, flexisécurité, etc.) , considérant qu'une fois que la pauvreté est apparue, c'est trop tard pour la compenser, et que l'économie mondialisée est devenue incompatible avec la redistribution après-coup .

    On peut considérer que Hollande se situe à mi-chemin entre ces deux courants de pensée ( toujours l'obsession de la synthèse ! ) , créant de la sécurité dans la flexibilité ( on en parle peu , mais le droit de "portage" de ses droits sociaux lorsqu'on change de métier a été une réforme importante) tout en sauvegardant autant que possible les systèmes de redistribution ( c'est d'ailleurs une des raisons de la grève actuelle des médecins, qui oublient que le système de soins n'a pas été créé pour eux, mais pour la population) ; et, en 2017, quand l' UMP succédera au PS au pouvoir, vous verrez bien la différence entre les deux , et la stupidité du slogan du FN "UMPS"...mais ce sera trop tard .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ayant moi aussi un gout prononce pour la deco d'interieur, je pourrais discourir pendant des heures sur les subtiles nuances de tons entre le rose pale et le lila rose. Ah...les plaisirs d'esthete, le rafinement frivole, toutes ces valeurs desuetes qui passent au dessus de la tete des "sans-dent" et autres illettres, pataugeant dans leur triste realite, inccapables qu'ils sont d'atteindre au plaisir d'une analyse politique de salon. C'est vraiment une joie de vous lire.

      Supprimer
    2. Redistribuer le bien des autres....... c'est facile lorsqu'on est socialiste et surtout, il faut s'engager à combattre la fraude fiscale.

      Cahuzac, et Thevenou sont des héros dans ce domaine.......

      Hollande, roi de la justice sociale avec une retraite normale de 36 000 euros mensuel (Marianne) , dément toute réforme à venir des retraites........La synthèse d'Arié rime avec foutaise.

      "Synthèse politique".... concept d'arrière garde d'Elie Arié qui roule discrètement pour Hollande en ces temps difficiles;

      La cause est perdue pour Flamby et pour achever la bête, Manuel Valls comme à la curée, nous annonce des années difficiles.

      Que va nous vendre Hollande la veille du 1er Janvier ?......de la synthèse socialiste !!!!
      .

      Supprimer

  8. C’est bien beau ces débats sur les nuances de rose, tels qu’en avaient les vieux bourgeois du siècle dernier au moment de prendre leur digestif, mais revenons-en aux choses sérieuses.
    On pourrait accepter l’idée que reprend Elie Arie en écrivant « qu'une fois que la pauvreté est apparue, c'est trop tard pour la compenser » parce qu’après tout, les pauvres, ça fiche le bourdon au moment des fêtes de fin d’année, c’est pas beau à voir et ça sert à rien d’autre qu’à faire des reproches aux riches.
    On pourrait aussi faire semblant de « redistribuer les richesses », comme l’écrit Elie Arié, mais pas trop quand même, hein, parce que si on redistribue trop les richesses, ça fera du tort à la croissance, ça fera du mal à nos exportations et ça nuira à l’initiative privée et il y aurait plus que des fonctionnaires « que nos zimpôts paient à rien faire ».

    Moi, je préfèrerais la solution de Pierre Desproges, qui est beaucoup plus rigolo qu’Elie Arie et aussi beaucoup plus efficace que Valls dans l’exercice de son métier et le maniement des formules comiques. Lui disait qu’ « il suffit de prendre aux riches pour donner aux pauvres... et vice versa. En temps de paix, par exemple, les riches auront le droit de prendre la sueur au front des pauvres et en temps de guerre les pauvres auront le droit de prendre la place des riches... au front également ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que dans la serie "Dis Papy Arie, explique nous la gauche..."

      L'episode de ce jour est pas pique des hannetons. LOL

      Supprimer
    2. Hollande nous a dit : Le changement c’est demain !!!

      Encore des années de sacrifice" dit Manuel Valls.

      Le premier ministre Manuel Valls avertit aujourd'hui les Français que les sacrifices pour redresser le pays devront continuer pendant des années, dans une interview au journal espagnol El Mundo qui en fait "l'homme de l'année".

      "Je ne veux pas dire aux Français que d'ici deux à trois ans nous en aurons fini avec les sacrifices", déclare le premier ministre né à Barcelone au journal conservateur qui le présente comme "l'Espagnol qui veut changer la France".

      "Nous devons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace, avec moins de coûts et moins d'impôts", explique-t-il dans une interview longue de trois pages.

      Quand El Mundo lui demande s'il se voit en candidat à la présidence de la République, il répond: "Non. De plus, comme premier ministre je ne peux pas parler de ça (...) Si les Français qui me font confiance parce que je travaille comme premier ministre, voient dans El Mundo que je parle d'une autre mission, ils me retireront leur confiance".

      En off,...... il a déclaré qu’Hollande ne peut retourner la cote de confiance détestable que les français ont du Président actuel……
      Il déclarera sa candidature le plus tard que possible, quand Hollande aura compris qu’il n’a plus aucune chance pour un second mandat.

      .

      Supprimer
  9. Manuel Valls déclare dans la même semaine : "jamais nous n'avons connu un aussi grand danger en matière de terrorisme", puis "je ne veux pas dire aux Français que, d'ici deux à trois ans, nous en aurons fini avec les sacrifices".

    Tout le programme des socialistes est ainsi résumé par le clone de Sarkozy. Si, après ça, les électeurs français ne mettent pas les socialistes dehors, c’est qu’ils sont sensibles aux élucubrations de notre bien-aimé Président, qui vient de s’auto-congratuler en disant à la presse : "ma capacité à tenir, à avancer, est maintenant démontrée. »

    Souhaitons pour lui que les Français avancent dans le même sens, c’est qui est peu probable

    RépondreSupprimer
  10. Valls, Sarkozy, Le Pen, le suicide general est planifie, et il n'y a pas d'alternative.

    Pour un peu que l'homme providentiel soit parti a la peche, on est pas dans la merde.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.