10 décembre 2014

A qui sert Emmanuel Macron ?



C'était son jour. Le ministre de l'Economie devait présenter sa fameuse loi "sur l’activité et la croissance" en Conseil des Ministres.

Macron a un problème avec sa gauche, l'expression est faible. Sa loi est curieuse. Comment ne pas se souvenir d'une autre époque, pas si lointaine, que l'on appelait Sarkofrance ? 

Dimanche
Au secours des propositions de libéralisation partielle du travail le dimanche, on a tout entendu, y compris le représentant des commerces de l'une des avenues les plus huppées de Paris, l'avenue Montaigne. A cause de cette fichue limitation à 5 dimanche d'ouverture par an, Christian Dior manque quelques ventes précieuses auprès de touristes chinois et qatari. Macron propose de monter à 12 dimanche. Le Parti socialiste, par la voix faussement énervé de son secrétaire général, a crié qu'il ne transigerait pas à moins de 7.

Cette incroyable faculté de présenter comme moderne des dispositions qui nous ramenaient dans l'ancien monde, celui des Zola et autres Victor Hugo, dans la préhistoire du capitalisme, était fascinant. En 1906, quand le repos dominical fut enfin imposé aux entreprises y compris commerciales. Cent huit plus tard, un énième politique tentait d'expliquer que la modernité se logeait dans cet incroyable retour en arrière.

Si l'on considérait le sujet d'un point de vue macro-économique et social, on s'attarderait sur trois enjeux de cette libéralisation du travail le dimanche: primo, en ces temps de crise, qui peut penser que les consommateurs vont soudainement avoir davantage d'argent sous prétexte qu'un septième ? Secundo, qui des grandes et des petites enseignes en profitera au mieux ? Tertio, combien de temps encore les salariés contraints/motivés à travailler le dimanche seront rémunérés plus fortement que les journées anciennement "normales" ?
"Mon objectif de député de gauche, ce n'est pas de voter toutes les mesures que M. Sarkozy n'avait pas réussi à voter et qu'on avait combattues dans l'opposition" Pascal Cherki, député socialiste.

Déchet
Finalement, à la dernière minute, Macron céda à la pression des écologistes, preuve que la pression a du bon. Le projet Cigéo d’enfouissement de déchets radio­actifs fut retiré à la dernière minute.

Fourre-tout
Brasser large permet parfois de limiter la casse. A force de déranger tout le monde, les promoteurs de la loi s'imaginent passer entre les gouttes, que les cris des uns annuleront ceux des autres. Notaires, huissiers, avocats, commissaires-priseurs, greffiers, écologistes, syndicats, etc... Qui manque à l'appel ?

Professions réglementées
Macron a repris quelques-uns des objectifs d'Arnaud Montebourg. L'ancien champion du redressement productif, débarqué du gouvernement le 8 septembre dernier, avait convié le banc et l'arrière banc de la presse pour lancer l'assaut contre les professions règlementées en juin dernier. Le gouvernement croit toujours qu'il va "rendre du pouvoir d'achat aux Français" en réduisant les tarifs des notaires et des avocats (sic!).

Gauche
A force d'être maladroit, ce gouvernement tente de paraître un peu à gauche. Il y a bien une disposition contre les retraites chapeaux. C'est nécessaire mais symbolique.

Licenciement
S'il a évité à la dernière minute de toucher aux seuils sociaux de représentation du personnel, le texte de loi entend autoriser l’employeur à fixer unilatéralement les critères d’ordre des licenciements. Et la suppression de la pénalisation du délit d’entrave qui ferait "peur" aux investisseurs étrangers. 
Autocar
Macron aimerait aussi libéraliser le transport par autocar. Il prévoit même un prix inférieur au train pour les nouvelles dessertes par autocar...

Prévisions
Last but not least, les services de Bercy évitaient d'être trop ambitieux pour les retombées économiques de la dite loi. L'argument était pourtant posé: cette loi devait "libérer l’activité, stimuler l’investissement et développer l’emploi ". Pourtant, en matière de prévisions, il n'y avait rien. Ou si peu.

On pensait rêver, c'était un cauchemar.

Show
Juste après sa présentation en conseil des ministres, le premier ministre lui-même se mettra en scène dans un salon de l'Elysée, pour défendre et présenter la loi à la presse, le tout flanqué d'Emmanuel Macron, mais aussi Christiane Taubira, Michel Sapin, François Rebsamen, Carole Delga, Thierry Mandon, Sylvia Pinel, et même Alain Vidalies.

"On nous promet toujours que les textes ne passeront pas. Or regardez la confiance, les budgets, la réforme des régions qui ne devait pas se faire, la réforme des allocations familiale… Moi, je suis toujours optimiste." Manuel Valls

A qui sert Emmanuel Macron ?

"Ce que propose aujourd'hui Emmanuel Macron va véritablement dans la bonne direction. Sur les professions réglementées il y a un certain nombre de corporatismes qu'il faut faire évoluer" expliqua un représentant du Medef.

Sans blague.




Sarkozy enrôle Michelle Obama pour le travail... par liberation

19 commentaires:

  1. De toute façon il ne tardera à tomber pour dissimulation de bien lors de son arrivée au gouvernement. C'est très à la mode chez ceux qui prônent la "pureté fiscale...

    RépondreSupprimer
  2. Votre titre n'est pas français, mon bon ami : bizarrement, on peut dire "à quoi sert", mais pas "à qui sert". Mais je reconnais que trouver une formule ramassée et élégante pour dire ce que vous vouliez dire n'est guère facile…

    Il y aurait bien : "Qui sert E.M. ?", mais il y aurait une amphibologie.

    Bon, sur ce, je vais tout de même aller lire le billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y avait un jeu dans cette faute...

      Supprimer
    2. Ah ben… si vous devenez ludique, maintenant…

      Supprimer
  3. Vu l'illustration, si un medecin ou un pretre pouvait se rendre au chevet de Croisepattes, il est au plus mal.
    merci pour lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ah non ! Pas de curé chez moi ! Ni même toubib, je vais très bien.
      C'est quoi ton soucis le sioux ? Il est mignon mon Macron-Magnon !

      Supprimer
    3. Ca plane pour moi, j'ai d'abord cru a un billet sur Plastic Bertrant et c'est seulement a la fin du billet que j'ai compris que c etait Macron, faut reconnaitre que le lecteur est induit en erreur, d'autant que cela fait des annees que j'ai plus la tele, je n'ai vu qu une video de Macron sur You Tube et j'ai ete vomir. :-)

      Supprimer
  4. Juan a oublie la bonne nouvelle.... pour les banques.
    Bercy a decider de baisser le taux de remuneration du livret A, comprennez qu'il va passer de 1% a 0.75%.

    Champagne !

    RépondreSupprimer
  5. Pour les professions réglementes cela va dans le bon sens. C'est fou le corporatisme qui existe encore en France. Sinon, il est vrai que le travail du Dimanche n'est en rien une inovation et qu'il peut très rapidement poser des soucis dans les entreprises.

    RépondreSupprimer
  6. Lecture tout aussi instructive bien qu'un peu plus longue, les délibérations et commentaires peu amènes du Conseil d'Etat sur cette loi : http://www.franceinter.fr/sites/default/files/2014/12/09/1018497/fichiers/aviscomplet.pdf

    Et l'on se demande comment est constitué le cabinet du ministre qui a osé présenter un tel brouillon.
    Misère, tant de questions et toujours si peu de réponses.

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi Emmanuel Macron ne propose pas un plafonnement de la retraite normale de Hollande ?.....

    36 000 euros mensuel..!!!!......c'est l'égalité socialiste prônée dans les discours officiels par le président.

    De qui se moque t-on ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne fait que un smic par jour, c'est pas grand chose a notre epoque avec toutes les charges.

      Bon maintenant, vivement qu il la prenne sa retraite, cet en...... !

      Supprimer
  8. Non-lieu pour Eric Woerth dans l'affaire de l'hippodrome de Compiègne.

    JUAN NE DIRA RIEN.......

    Beaucoup d'articles de "Juan " dénonçaient (à charge) les soi-disantes magouilles de Monsieur Wœrth dans la vente d'un bien immobilier à une association.

    Ce jour, la justice innocente ce député:

    La Cour de justice de la République (CJR) a tranché ce jeudi: Eric Woerth bénéficie d'un non-lieu dans l'affaire de la vente de l'hippodrome de Compiègne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Raoul Villain a tué Jean Jaurès d'une balle dans la tête.

      La Justice a tranché : Raoul Villain a bénéficié d'un non-lieu dans cet assassinat.

      Supprimer
    2. Et, petit raffinement supplémentaire, la veuve de Jaurès a été condamnée aux dépens.

      Supprimer
  9. Monsieur,

    Qu’est-ce que ce vêtement ridicule dont vous affublez ce pauvre Macron, nous voulons parler de cette ignoble peau de bête, pas de son costume anglais coupé sur mesure. Nous tenons à vous signifier notre indignation devant de tels procédés, Monsieur. Vous manquez du respect le plus élémentaire envers ce jeune homme, qui sert la France et se dévoue sans compter pour nos concitoyens. Sachez que nous haïssons les bolcheviks de votre espèce, qui détruisent tout et ne sont animés que par la haine de leurs élites. Ce sont pourtant d’elles que viendra le salut.

    Bernard A., François P., Liliane B. et les membres de l’AMDF

    RépondreSupprimer
  10. Au boulot Juan !!! J'en ai marre de sa gueule de maquereau !

    Bernard and co vous m'avez fait rire ! merci !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.