16 décembre 2014

Pourquoi Valls n'était pas au musée de l'immigration




Une fois n'est pas coutume, il fallait applaudir à ces quelques mots, sans doute sans effet, prononcés par François Hollande lors de l'inauguration du musée de l'immigration. Lundi 15 décembre 2014, l'actuel président de la République a pris tout le monde de court, à gauche comme à droite.

Il manquait la réaction de Manuel Valls.


"La contre-offensive" (Le Monde), "Le jour où Hollande s’est souvenu des immigrés" (Libération), ou "Hollande flatte sa gauche" (Le Figaro).

La presse nationale ne s'y pas trompé.

RTL, la station qui emploie Eric Zemmour, lança rapidement un débat radiophonique au thème outrancier: "la gauche est-elle en train de capituler sur le droit de vote des étrangers ?"



Hollande a rappelé ce qu'il fallait dire sur l'immigration, taire les fantasmes, arrêter d'agiter les peurs.
« C’est un grand moment que cette inauguration officielle. La peur s’est installée en France sur la question de l’immigration, il faut inverser le courant », Benjamin Stora.
Ce discours de mi-mandat est l'exact opposé d'un autre discours de mi-mandat, celui de Grenoble le 30 juillet 2010. A l'époque, Nicolas Sarkozy avait lâché un discours marquant, un marqueur de son quinquennat. Une salve contre l'immigration, mêlant étrangers et délinquants, où il promettait même la déchéance de nationalité aux Français d'origine étrangère coupables de certains délits.

Ce lundi 15 décembre, Hollande a choisi le chemin inverse, mais sans changer d'équipe, de posture, d'actes.
"Nous devons lutter contre ces thèses au nom de la France (...), pour une France à la hauteur de son histoire et capable de porter un grand projet, un destin."
Hollande a rappelé la mauvaise trouille de l'ancien monarque, Nicolas Sarkozy: 7 ans pour inaugurer un musée, "c'est long pour une inauguration officielle. Comme si l'immigration avait toujours été un sujet difficile dont il vaudrait mieux ne pas parler." L'actuel locataire de l'Elysée a même rappelé qu'il était favorable au droit de vote des immigrés aux élections locales.
"Trop de nos concitoyens se considèrent encore comme des étrangers. Trop de nos compatriotes ont le sentiment de ne plus être chez eux. Voila la tension principale qui existe dans notre pays. Dans les deux cas, c'est une atteinte au pacte républicain."

Hollande a taclé Le Pen et Sarkozy qui réclament la fin de Schenghen: "Faire éclater Schengen? Ce serait reculer, rétablir les frontières pays par pays".
"Il faut reprendre le combat et ne rien laisser passer" François Hollande
Il est peut-être trop tard. Hollande a laissé entrer le loup dans sa bergerie. Trop attentif à son image, il a peut-être fait exprès de procéder ainsi. Nous écrivons "peut-être" puisque la France est un pays qui préfère la présomption d'innocence en toutes choses, un concept que d'aucuns oublie trop facilement. En matière migratoire, l'immobilisme hollandais est étouffant de continuité avec l'ère sarkozyste. Un discours, sans acte, ne changera rien.

Ce lundi, Manuel Valls était à Dijon. Sur le site de Matignon, nul mention de cette inauguration. La schizophrénie gouvernementale est là, visible.

Sans surprise, l'UMP dépêcha Brice Hortefeux pour fustiger le laxisme de Hollande. Rachida Dati n'échappa pas au ridicule: "nos frontières sont devenues des passoires."




15 commentaires:

  1. Il n'y avait sans doute pas assez de white, de blancos pour Manuel Valls !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Imaginez si la fille à papa de Saint Cloud avait tenu des propos pareils ...

      Supprimer

  3. « Trop de nos compatriotes ont le sentiment de ne plus être chez eux. Voilà la tension principale qui existe dans notre pays. » (Hollande).
    Ce sont les propos d’un extra-terrestre, qui fait des passages éclair ici bas, non ? Ce Monsieur ne voit pas que les inégalités s’accroissent très fortement, qu’il y a des millions de « nouveaux « pauvres, toujours plus de chômeurs chaque mois, chaque semaine, chaque jour et des riches de plus en plus riches grâce à ces socialistes libéraux, réactionnaires.
    Je salue le cynisme de la manoeuvre politique d’Hollande, qui vise à aller chercher les voix des étrangers et de leurs descendants, qui sont très nombreux en France tout en essayant de raviver une polémique contre la droite et le FN en particulier, mais je note qu’elle a fait pschitt.
    « … une France à la hauteur de son histoire et capable de porter un grand projet, un destin. » (Hollande).
    Pour ce qui concerne la hauteur de l’histoire de la France, qu’Hollande ouvre les yeux et réagisse en cessant ses attaques contre sa souveraineté, sa grandeur, il est en train de la rapetisser au pas de charge. Question grand projet, je suppose qu’il fait référence au découpage régional, qui ne ressemble à rien, n’a aucune justification, aucun sens si ce n’est de vouloir faire disparaître notre pays. De plus, comme les lois de décentralisation de 82 ont fait exploser les dépenses des collectivités locales en créant des doublons, qui ne profitent qu’aux élus, elles vont alourdir les dépenses. Ce pouvoir est nullissime et irresponsable.

    Ces tentatives de diversion, cette poudre aux yeux ne trompent personne. Les prochaines élections seront une déroute pour les socialistes et ce sera tant mieux pour la France et pour les Français, issus de l’immigration ou pas.

    RépondreSupprimer
  4. «Si Martine Aubry veut être de gauche...»

    Sur BFM-TV, dans la matinée, Ségolène Royal après Le Foll est également montée au créneau.

    Ses relations avec l'ancienne première secrétaire du PS n'ont pas toujours été au beau fixe depuis le congrès de Reims de 2008, où, estime-t-elle, Martine Aubry lui a volé le parti.

    A l'aube d'une nouvelle bataille interne au PS, la ministre de l'écologie n'hésite pas à dénoncer les «postures politiciennes» de la maire de Lille.

    «C'est facile quand on n'est pas aux responsabilités de dire ‘y a qu'à', ‘faut qu'on'.

    La loi Macron va dans la bonne direction, je la soutiens», assure-t-elle.

    «Si Martine Aubry veut être de gauche, la seule question qu'elle doit se poser, c'est ‘est-ce que la décision est bonne pour l'emploi, pour l'activité économique et pour le bien-être' et la réponse est ‘oui'».

    «Donc, allons dans cette direction et ne prenons pas de postures politiciennes qui sont complètement décalées par rapport à ce qu'attendent les Français», juge Ségolène Royal.

    Pour en revenir à Hollande, son discours sur l'immigration manque de courage; A défaut d'une majorité des 3/5 ième au Parlement et au Sénat qu'il fasse un référendum.......des forces de police, face au musée, refoulaient au loin des manifestants anti Hollande.

    Quel triste spectacle de voir un Président de la République aussi détesté !!!!.

    Va-t-il s'expliquer sur sa retraite de 36 000 euros dénoncée par Marianne...?.....Des fuites nous informent (cour des comptes) que nos retraites risquent de baisser et que 64 ans sera l'âge de départ en retraite.......

    le mensonge et le manque de courage sont les causes de l'impopularité d'Hollande: ces défauts seront sa perte.

    RépondreSupprimer
  5. ALAIN JUPPE............Le droit de vote des étrangers

    «Un projet de réforme» qui «ne répond à aucune attente des Français»

    Dans un billet publié sur son blog et intitulé «Diviser pour mieux régner», Alain Juppé a fait part à son tour de son «hostilité» à «un projet de réforme» qui «ne répond à aucune attente des Français» et «les divise inutilement».

    «M.Hollande renoue avec la bonne vieille tactique des chefs du PS depuis François Mitterrand: agiter le chiffon rouge du vote des étrangers pour re-mobiliser la gauche de la gauche, tout en faisant monter le Front National», a critiqué le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de l'UMP en 2016.

    En fait, Hollande a peur de lancer un référendum pour connaître le verdict des français.......le courage n'est pas une de ses vertus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semble bien qu'aux "perfusés" au "Hollande/bashing"... rien ne peut convenir...
      Chaque intervention (et quelque soient les sujets) de ce dernier, passe par la moulinette du : "Il n'a même pas évoqué tel ou tel problème de notre société (mise en coupe réglée... par qui ?) !"
      Quant au vote des étrangers : combien de fois faudra-t-il répéter que c'est une absurdité ?
      Si un étranger vivant depuis longtemps en France ne demande pas la nationalité française (et je peux le comprendre !)... il n'y a aucune raison de lui accorder quelque droit de vote que ce soit !
      S'il ne souhaite pas intégrer "l'association France", il n'a pas à intervenir dans le vote de ses "Assemblées Générales" (les élections) !
      Il n'y a pas discrimination, c'est simplement logique !!!
      Cet appel du pied de personnes... qui n'en demandent pas tant... constitue un racolage stupide et indigne !!!

      Supprimer
    2. @ Dandut

      Parce que ce gugusse a des vertus ?

      Supprimer
  6. J'allais oublier de saluer la formule amusante de Juan : « une fois n'est pas coutume, il fallait applaudir à ces quelques mots, sans doute sans effet. »

    Autrement dit, soit Hollande trahit ses promesses en faisant le contraire de ce qu’il a déclaré en 2012 et dans l’opposition, soit il fait des déclarations, qui sont sans effet. Quand il va quitter le pouvoir en 2017, notre bien aimé Président à la cote de popularité aussi élevée qu’un été sibérien va pouvoir se consacrer à l’écriture d’un beau livre : « la politique pour les nuls par un nul ».

    RépondreSupprimer
  7. Faudrait faire un musee des services publiques a la vitesse ou ils disparaissent, et puis dans un autre genre un musee des banques ou les pauvres se presseront le dimanche si ils ne travaillent pas, bien sur :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et un musee de la CONNERIE, pour les bobos.....

      Supprimer
    2. On pourrait y mettre les socialistes empaillés, enfin, ceux qui ne l’ont pas été de leur vivant, hi, hi ….

      Supprimer
  8. Personne n' a demande a Flanby si le musee etait gratuit pour les chomeurs et les sans-papiers ?
    Domage....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.