6 décembre 2014

396ème semaine: Sarkozy, Hollande, Le Pen, la politique pour les nuls

Sarkozy, Le Pen, Hollande

Pour qui se prennent-ils ? Les slogans de haine de Le Pen, les silences embarrassants de Hollande, l'hypocrisie de Sarkozy, la politique cette semaine n'est pas sortie grandie.


Nicolas II
La grande nouvelle de la semaine était forcément la prise de l'UMP par Nicolas Sarkozy.
L'homme a commencé par une drôle de manoeuvre, qui témoignait surtout d'une inquiétude personnelle. Sur ses 2 millions d'euros de revenus accumulés grâce à ses conférence payée par des banksters, Nicolas Sarkozy a discrètement et soudainement décidé de rembourser les 363 000 euros d'amende à l'UMP que le parti avait réglée à sa place après sa condamnation pour fraude au financement politique de sa campagne de 2012. Finalement, la crise du pouvoir d'achat n'est pas pour tout le monde. Le train de vie de l'ex-Président des riches reste hallucinant. Cumul de retraites, dividendes d'avocats, conférences sur-rémunérées, invitations gratuites dans des palaces, ... "Il mène une vie très simple" assure, sans rire, un de ses proches.

Ce remboursement soudain et inattendu n'a pas permis d'épargner à l'ex-trésorière de l'UMP, Catherine Vautrin, une mise en examen jeudi, pour "abus de confiance" dans cette affaire.

Dimanche soir, Sarkozy était sur TF1, cravate et costume noirs, le verbe mielleux, la posture conciliatrice, le regard un peu fuyant. Il l'avait gagné, cette présidence de l'UMP, mais ce n'était pas le triomphe attendu: deux tiers des suffrages exprimés, avec plus de 41% de d'abstentions. Pour une élection interne réservée aux plus motivés de la droite politique - les militants de l'UMP, ce score fait tâche: quatre militants sur dix ont choisi de ... ne pas choisir !

Il eut cette phrase étonnante de vérité, devant Claire Chazal: “Quand je ne pense pas quelque chose, madame, ça se voit”. Oui, cela se voyait cette fois-ci. Il souriait avec ses lèvres,  son regard était rageur quand Chazal l'interrogeait sur la percée de l'inconnu Bruno LeMaire. "Bruno, c'est du pipeau ! Il finira en slip kangourou" confia-t-il à ses proches en apprenant le score du rival.


Il propose de créer un "comité des anciens Premiers ministres".  La manoeuvre n'abuse personne. Seul Dominique de Villepin, le pire rival d'avant 2007, se précipite chercher un strapontin auprès du nouvel élu. Alain Juppé raille le "comité naphtaline"; François Fillon décline. Raffarin ne répond même pas.

Sarkozy a rapidement investi les locaux du quartier général parisien de l'UMP, rue de la Convention à Paris. Chaînes et radios d'information ont envoyé des correspondants permanents, gros micros en main, faire le siège des lieux. Sarkozy consulte, rencontre, négocie. Il prend soin de se faire photographier tout sourire avec ses pires rivaux de l'intérieur. Il "tweete" des mots doux et d'amour à ses adversaires d'hier. Cette agitation est théâtralisée à l'extrême.

Plutôt que d'assumer les désaccords, somme toutes mineurs, Sarkozy surjoue la fusion-réconciliation. Ce jeu excessif affaiblit davantage la crédibilité de la parole politique.

Dernière déconvenue, vendredi, Sarkozy apprend qu'Angela Merkel lui pose un lapin. Ou plutôt, elle a refusé l'auto-invitation de Sarkozy. Ce dernier avait un peu vite annoncé qu'il la verrait lors du Congrès de la CDU à Cologne, le 11 décembre. Il n'en sera rien.

Après des jours de négociations, Sarkozy nomme enfin son équipe. On dirait un gouvernement de IVème République dans les équilibres sont instables, les incohérences manifestes. Nathalie Kosciusko-Morizet à la vice-présidence de l’UMP ),  Laurent Wauquiez, un anti-mariage gay proche de l’extrême droite, récupère le secrétariat général. Christian Estrosi

Mercredi, Nicolas Sarkozy s'affiche avec son épouse Carla en couverture de Paris Match. Le Point préfère titrer sur une photo de Sarko avec ce titre prémonitoire: "ça va saigner".

François Ier
François Hollande reçoit pendant deux jours le couple royal de Suède. La reine tombe malade après le premier dîner. Le Petit Journal de Canal+ s'amuse. Hollande s'ennuie. Jeudi, il file au Kazakhstan, rencontrer l'ineffable autocrate Noursoultan Nazarbaïev, ancien grand ami de Sarkofrance. On se souvient des dîners complaisants organisés avec Claude Guéant. La République reprochable de Sarkozy s'accoquinait avec les pires autocrates du globe au motif du "bizness". La République (a)normale de Hollande poursuit le travail avec à peine davantage de discrétion. Hollande n'échappe pas à la photo-qui-tue, la tête coiffée d'une énorme chapka, un manteau de fourrure trop épaisse sur les épaules. Au retour vers Paris, il s'arrête à Moscou pour rencontrer Poutine. Se réfugier dans la diplomatie est sans doute la seule issue.

Hollande a perdu un conseiller, un de plus. C'est le cinquième proche débarqué de son poste pour des affaires d'argent depuis mai 2012. Cette fois-ci, l'homme va comparaître devant un tribunal. Faouzi Lamdaoui a démissionné mercredi, "pour se donner les moyens de se défendre ". La semaine précédente, Hollande avait accepté la démission d'un autre proche, Kader Arif, secrétaire d'Etat du gouvernement Valls, visé par une enquête préliminaire ouverte sur les activités des sociétés de ses proches.

Le même jour, Manuel Valls invite 80 parlementaires socialistes, triés sur le volet. Pas un de plus. Son service de com' fait savoir qu'il y a des déçus parmi les non-invités. La démarche est habile. On oublie l'essentiel: Manuel Valls n'aurait que 80 députés socialistes fidèles. Un sondage le qualifie de "personnalité d'avenir du PS". Dimanche, Valls sera sur TF1, une semaine après Sarkozy. Il y a des parallélismes symboliques tenaces.

Michel Sapin promet 3% de déficit public en 2017, pas plus. Il a même trouvé 3,6 milliards d'euros d'économies pour l'an prochain grâce à la lutte contre la fraude, quelques hausses de taxes sur les équipements ou les surfaces commerciales, et un "ajustement de prévisions" inespéré pour près de 2 milliards. Le gouvernement français négocie toujours et encore avec la Commission de Bruxelles. Ce feuilleton euro-fiscal est interminable.

Il y aura encore 6 milliards d'impôts supplémentaires l'an prochain.  L'Assemblée tente d'achever l'examen du budget 2015. Au passage, elle vote l'interdiction de la vente de cigarettes par internet. Le gouvernement recule tous azimuts sur la libéralisation des professions réglementées: Emmanuel Macron plie devant les avocats sur la création d'un statut d'avocat d'entreprise. Sa collègue de la Santé qui voulait autoriser la vaccination par les pharmaciens, cède aussi. Aux cliniques privées, elle revient sur l'interdiction des dépassements d'honoraires pour leurs services d'urgence.

A Marseille, la mairie distribue des "triangles jaunes" pour étiqueter les SDF.

Les Restos du Coeur font appel aux dons. Dans le Nord, un entrepôt a brûlé, détruisant quelques tonnes de nourriture indispensable alors que la campagne d'hiver débute. A Paris et à Lyon, quelques milliers de patrons mettent en scène leur ras-le-bol fiscal et administratif.

Le décalage est indécent.

Pierre Gattaz, le président du MEDEF, est forcément très verve. De meetings en manifestations, c'est "leur" semaine. Il est si rare de rare de voir des employeurs manifester dans la rue. Ces outrances ne font pas illusion. Emmanuel Macron rétorque maladroitement.cIl dénonce l'échec du ... Pacte irresponsable de François Hollande... Quel cri du coeur ! Il accuse les patrons de n'avoir pas créé les emplois promis en contrepartie des allègements de cotisations sociales que l'équipe a fait voter - 41 milliards d'euros sur 2014-2017. Macron est-il né de la dernière pluie ? Depuis les premières annonces, le pacte irresponsable, et plus généralement cette politique de "l'offre" est critiquée à gauche (et ailleurs) pour son absence de contre-parties demandées aux entreprises, son mauvais ciblage et, surtout, son inefficacité supposée.

Au Royaume Uni, le conservateur David Cameron s'est décidé à relever les impôts, notamment sur le revenu. La réduction des dépenses publiques et la généralisation des mini-jobs ont certes relancé la croissance, l'une des plus fortes de la zone européenne (+3%), mais au prix d'une aggravation du déficit budgétaire (à 5,3% cette année).

Marine Zéro
La victoire décevante de Sarkozy à la présidentielle UMP tranche avec le score nord-coréen de Marine Le Pen au FN. Lors du congrès du parti frontiste, la fille du patriarche a récolté 100% des suffrages des délégués, moins 17 voix. Nicolas Bay, un ex-mégrétiste, est désigné secrétaire général.  Dans le discours de clôture de Marine Le Pen, on ne compte plus les slogans anxiogènes, les mots de haine, les appels clivant. La présidente du FN est certaine d'être au second tour de la présidentielle de 2017.

Lors du Congrès, une video fortement applaudie fut diffusée sur les divers dérapages de Jean-Marie Le Pen au cours de sa carrière.

La France est malade de cette grippe frontiste.

Marine Le Pen a des soucis d'argent. Son recours à un emprunt russe, accordé par un oligarque douteux, a presque fait oublier ses affaires judiciaires. Car la justice s'intéresse, enfin, au financement de sa campagne présidentielle en 2012, et, notamment, à son micro-parti baptisé "Jeanne". L'enquête initialement ouverte pour "escroquerie en bande organisée" et "faux et usage de faux" sur les campagnes cantonales de 2011 et législatives de 2012 a été élargie au "blanchiment en bande organisée". En cause, d'après Mediapart, des soupçons de surfacturation d'un prestataire dirigé par un très proche de Marine Le Pen. Voici l'affaire Bygmalion du FN...

Rien que ça...

“Je suis là pour sauver la peau du peuple francais” explique Marine Le Pen.

Attention à l'équarissage.


Ami(e) citoyen(ne), accroche-toi.





Crédit illustration: DoZone Parody


16 commentaires:

  1. La Droite dans ses bruits de bottes.
    La Gauche à l'Est.
    On est bien barré pour un fiasco démocratique et républicon !

    RépondreSupprimer
  2. LA GAUCHE CAVIAR !!!!!

    Depuis qu'il est à l'Élysée, le président conserve les bénéfices de l'avancement de sa carrière dans la fonction publique, à la Cour des comptes. Il avait pourtant annoncé y renoncer, au même titre que les ministres et les parlementaires.


    Il vantait une «République exemplaire». Magistrat à la Cour des comptes de profession, François Hollande ne s'est pas mis en disponibilité de ces fonctions malgré son élection à la présidence de la République, en mai 2012.

    Depuis deux ans et demi, simplement «détaché», il cumule toujours ses points de retraite de fonctionnaire, comme l'a révélé l'hebdomadaire Marianne.

    Deux poids, deux mesures? Pour les ministres et les parlementaires, la règle est pourtant stricte depuis l'affaire Cahuzac. La loi sur la transparence de la vie publique, votée le 11 octobre 2013 et entrée en vigueur en octobre 2014, les oblige à se mettre automatiquement en disponibilité.

    Un fonctionnaire élu ou nommé au gouvernement «est placé d'office, pendant la durée de son mandat, en position de disponibilité ou dans la position équivalente prévue par son statut ne lui permettant pas d'acquérir de droits à l'avancement et de droits à pension», comme le mentionne l'article 24 de la loi.

    La loi n'oblige cependant pas le président à un tel régime. Mais François Hollande avait pris l'engagement de se mettre lui aussi en disponibilité de ses fonctions,

    ….Valérie Trierweiler nous apprend dans son livre qu’il ment en permanence….

    Un journaliste de Marianne nous révèle qu’il aura la meilleur retraite de la 5ième république : 36 000euros mensuel……..A côté, Sarkozy est un petit joueur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agit pas d' UNE retraite, mais de l' addition de toutes les retraites des différents mandats qu' il a exercés : c'est un effet automatique du cumul des mandats , et il n'est pas le seul .

      Supprimer
    2. Il ne s'agit pas d'une retraite.......mais "l'addition est salée "

      Des mots simples :......scandaleux, hypocrite, tartufferie...

      Où sont les valeurs socialistes ?.....
      .
      ...Elles n'ont jamais existées. sauf dans les beaux discours...je hais la finance !!!!

      j'ai encore dans les oreilles : "je vous assure Mesdames, Messieurs les parlementaires que je n'ai pas de compte en Suisse.".....et celui à l'île de Man avec 2 millions d'euros au nom de Madame...... !!!!

      .....Une broutille exonérée d'ISF et qui a échappé à l'impôt sur le revenu ainsi qu'à la TVA.

      Braves gens, votez pour nous......au PS nous sommes les plus honnêtes, et les plus humanistes...nous haïssons la finance!!.
      .

      Supprimer
    3. @Dandut: votre haine vous égare. Ouvrez donc un blog et relatez les cumuls d'indemnités de Marine Le Pen et son micro-parti, le train de vie de Sarko, etc. N'oubliez surtout personne.

      Supprimer
    4. "Votre haine vous égare"........heureusement, ce sentiment ne m'habite pas grâce à mon éducation chrétienne assez lointaine.

      Néanmoins, je suis un homme.....Je ne connais pas les émoluments de Marine Le Pen, faites nous les connaître;

      Gaulliste depuis toujours, je n'ai jamais voté pour le Front national.

      LA HAINE........je la rencontre souvent dans vos propos; ....et.que pensez des déformations de visages dans certaines photos que vous publiez........comme en légitime défense, la riposte doit être à la hauteur de l'attaque.......sans rancune !!!!

      Supprimer
    5. @Dandut
      Vous dites :

      "et.que pensez des déformations de visages dans certaines photos que vous publiez"

      S'il s'agit des photomontages que je propose à Juan pour illustrer ses billets, je tiens à faire valoir ce qui suit :

      Pour le présent visuel, j'ai utilisé une image source tiré d'un film de Chaplin. J'y ai accolé les visages de Sarkozy, Le Pen et Hollande tout en essayant de respecter au mieux l'ambiance et le style de l'image source.
      Je vais chercher sur google image les visages mais en aucun cas je ne les déforme. Ils sont telles quels. Je garde (au mieux) les proportions, les orientations (exemple : le visage hors chevelure doit ête au moins aussi grand que la taille des mains (essayez vous verrez que votre main est aussi grande que votre visage pris du menton au front), ensuite je tache à ce que l'ensemble soit homogène.

      Si vous trouvez que les visages sont déformez, c'est juste l'instant précis de la prise de photo et à ce sujet, Hollande n'a jamais aussi ridicule (et ridiculisé) par celles et ceux qui le photographie.Concernant Sarkozy, c'est le personnage à lui tout seul qui s déforme. Concernant Le Pen (fille) dans le cas présent, la photo est telle quel et reflète bien l'actualité : elle se pourlèche sans n'avoir à faire grand chose du bordel ambiant politique, je n'ai rien déformé.

      Sans rancune.

      Ervé
      @Croisepattes


      Supprimer
    6. .....que penser des déformations de visages ......

      Les représentations ici, d'Hollande, Sarkozy et Le Pen, ne sont pas une atteinte à des personnes physiques; ce n'est qu'un montage humoristique bienvenu dans ce monde tristounet........ce n'est pas hélas, toujours le cas .

      Supprimer
    7. tu as un metier a cote, rassure nous Croisepattes ?

      Supprimer
    8. @ Dandut. C’est pas gentil d’écrire des choses pareilles sur les grands léchants mous que sont les socialos(auds). Tu n’es pas d’accord avec les mecs qui sortent Sarkozy ou Le Pen de leur boîte quand on attaque les pratiques scandaleuses de Monsieur Hollande et je suis comme toi. Le fait qu’il y ait des tricheurs, des voyous ou des profiteurs n’exonère pas ce Monsieur et ses amis de leurs responsabilités, de leur connivence.
      Comment peuvent-ils être crédibles en cumulant des droits à retraite quand des millions de types et de nanas se retrouvent au chomedu ? Tu me répondras, si tu esgourdes quelque chose à l’affaire : « et nous, comment pouvons-nous accepter de continuer à vivre en monarchie et à nous laisser piétiner ? ». J’ai entendu une réponse tout près de moi (comme Joan of Arc) : nous sommes des truffes. Exact, mon gars, nous sommes des truffes et fiers de l’être. Ceci dit, c’est pas grave parce qu’au moment du décompte, nous finirons tous dans la case « populistes ». Hé ouais ! comme dirait Jean-Pierre Bacri, que je me permets de citer, excuse-moi Jean-Pierre, toucher cinq ou six retraites en même temps ne pose aucun problème à nos éminences. Ca devrait, pourtant ! surtout quand on voit la médiocrité des résultats et que d’autres n’ont que leurs yeux pour pleurer.
      Bon, j’arrête là, je voudrais pas atteindre le point Godwin.

      Supprimer
  3. "Comité des anciens Premiers ministres" : il faut reconnaître que c'est très bien joué ; il savait qu'ils refuseraient tous ( sauf Dominique de Villepin, prêt à accepter n'importe quoi pour tenter d' exister politiquement à nouveau ) ; du coup, c'est Sarkozy qui apparaît comme celui qui tente de rassembler, et Fillon et Juppé comme ceux qui ne jouent que leur carte personnelle .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comité des anciens premiers ministres........En effet, le coup est bien joué et met Sarkozy à l'abri de reproches ultérieurs;...le premier qui dégaine sans respecter l'idée du rassemblement serait grillé.

      Néanmoins la route est longue, Sarkozy devra se ménager et être en retrait; il doit laisser à ses proches, le soin de déstabiliser ses adversaires à gauche (Hollande est hors course): ceux-ci, très divisés présentent de nombreuses faiblesses.

      Les prochaines élections en 2015 risquent de faire éclater le parti socialistes dans les fédérations nous disent les politologues.

      Wait and See.....
      .

      Supprimer
  4. D'ici 2017, la justice aura terminé de déblayer le chemin de François Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ancienne ministre de la francophonie Yamina Benguigui, au gouvernement dans les équipes de Jean-Marc Ayrault entre mai 2012 et mars 2014, va être citée à comparaître devant un tribunal correctionnel,

      Elle est soupçonnée d'avoir fait des déclarations de patrimoine et d'intérêts incomplètes lorsqu'elle était au gouvernement.

      La semaine dernière, c'est Faouzi Lamdaoui, le conseiller égalité et diversité de François Hollande, qui avait démissionné de sa fonction, mercredi 3 décembre après des soupçons d'abus de bien social qui couvaient depuis mai 2012. Il a lui aussi été cité à comparaître devant le tribunal correctionnel.

      Plusieurs proches du chef de l'Etat ont mis à l'épreuve depuis le début du quinquennat la « République exemplaire » promise pendant la campagne par le candidat socialiste.

      A l'Elysée, l'exemplarité en berne

      Tous, ou presque, ont été contraints à la démission – ou, au moins, à la mise en congé du Parti socialiste
      • Yamina Benguigui (mars 2014)
      • Faouzi Lamdaoui (décembre 2014)
      • Kader Arif (novembre 2014)
      • Thomas Thévenoud (septembre 2014)
      • Jean-Marie Le Guen (juin 2014)
      • Aquilino Morelle (avril 2014)
      • Jérôme Cahuzac (décembre 2012)

      .....Après 2017 Hollande touchera une belle retraite de 36 000 euros mensuel.......Vive le socialisme !!!



      Supprimer
  5. Effectivement il faut s'accrocher après toutes ces circonvolutions et révélations qui montrent que technocrates et conseillers sortant des grandes écoles ont encore beaucoup à apprendre sur la réalité française et le quotidien des citoyens. Si on apprenait que certains ont fait l'école buissonnière ou copiés sur leurs voisins lors des examens, même pas ça m'étonnerait ...:)

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.