15 août 2015

432ème semaine politique: les minions préparent leur rentrée !

Crédit illustration: DoZone Parody

Ils sont mignons, et c'est affreux.

 

Pour cette dernière semaine avant les premières rentrées politiques,  nos mignons de la République font encore parler d'eux. Mais n'imaginez pas que les vacances furent l'occasion d'aborder les sujets de fond. Nos mignons, et leurs commentateurs préférés, préfèrent parler tactiques et stratégie, alliances et croche-pattes. 

 

Bref, ils vivent dans un monde parallèle. 

C'est affreux.



En France, la politique fait peine à voir.

Comme nous sommes le 15 août, les chrétiens font parler d'eux. Pour le coup, ceux d'Orient sont en passe d'être exterminés par Daech. Même Jean-Luc Mélenchon rappelle combien les défendre est un combat laïc. Mais c'est bien la seule actualité politique sérieuse qui réveille un peu les esprits.

François Hollande est en vacances. Il laisse la place à Sarkozy pour une indécence médiatique, un mélange "people et politique" dont seul l'ancien monarque a le secret. Après son "interview-confession" dans l'hebdo de la droite furibarde Valeurs Actuelles début août, le voici en couverture de Paris Match avec son fameux maillot de bain jaune trop grand, enlacé avec Carla Bruni-Sarkozy. Le plus drôle est le montage évident et grossier qui permet à Sarkozy d'être aussi grand que son épouse Carla sur le sable blanc. La presse britannique s'en délecte. Les deux sont en vacances dans le domaine de Murtoli, en Corse, qui offre plage privée et quelques milliers d'hectares de terrain sauvage à ses clients, pour quelques 30.000 euros la semaine, au beau milieu d'un parc protégé. TRACFIN, l'organisme chargé de traquer le blanchiment d'argent sale, s'intéresse justement au propriétaire des lieux. Sarkozy a toujours un timing judiciaire parallèle à son timing politique.

L'opération médiatique a une autre visée, afficher la "jeunesse" de Sarkozy quand son principal rival Alain Juppé fête ses 70 ans ce 15 août.

Voici où en est la politique. 

L'ancien monarque fera campagne à droite, pour chiper la victoire aux primaires de l'UMP l'an prochain, tandis que Juppé, qualifié de "septuagénaire de gauche" par Sarko, qui publie un ouvrage programmatique en septembre, veut mordre l'électorat centriste prétendument déçu par Hollande. Avez vous entendu parler programmes, propositions ou même bilan de l'ancien quinquennat ? Non, et c'est bien normal. Au mieux, une presse alimente le procès des peurs identitaires

A Paris, la maire Anne Hidalgo accueille la ville de Tel Aviv à Paris Plages. Hidalgo fait mine d'ignorer la signification politique de cette opération estivale. Et cela déclenche des sarcasmes et des indignations chez quelques pro-palestiniens. La bêtise dépasse l'entendement quand on lit un député socialiste, Alexis Bachelay, comparer Tel Aviv à Pretoria. En vacances dans le Sud de la France, le premier ministre apporte son soutien à l'opération parisienne. Et il défend aussi les traditions taurines - la corrida catalane et la course camargaise -, "une belle habitude".

Son ministre de l'agriculture peine à éteindre l'agitation des éleveurs de porc.  Et les derniers chiffres de la croissance française, malgré une décennie bien libérale et une politique de l'offre très assumée depuis trois ans par l'équipe Hollande, sont encore une fois décevants. Pourtant, ne croyez pas qu'il y aura un quelconque changement de cap, Manuel Valls nous l'a assuré dès vendredi: "Les à-coups d’un trimestre sur l’autre n’ont pas grande signification économique". C'est nul, mais ne changeons rien.

Au coeur de l'été, d'autres mignons, de vrais poussins, parviennent à faire parler d'eux. L'été est aussi ce moment où l'actualité est suffisamment creuse pour qu'elle se compose d'évènements surprenants. Une quarantaine de députés de tous bords co-signent donc une tribune pour s'indigner du broyage des poussins . Il y a quelques semaines, le sarkozyste Frédéric Lefebvre avait déposé un projet de loi contre l'abandon des animaux de compagnie.  L'été, tout est possible.

Ailleurs en Europe, on débat du fond. 
Et la question du positionnement des forces de gauche se pose plus clairement.

Ainsi la Grèce parvient-elle à un accord avec ses créanciers européens et internationaux pour un troisième plan d'aide de 86 milliards d'euros. La presse conservatrice européenne se félicite du pragmatisme d'un Alexis Tsipras qui était décrit il y a 3 mois à peine comme un dangereux gauchiste révolutionnaire. Hollande félicite avec une formule assez curieuse: "c'est une preuve que l'Europe est capable d'avancer sur la base des principes de solidarité et de responsabilité. C'est aussi un aboutissement pour la Grèce qui a fait les efforts attendus, en votant ce troisième programme ce matin. (....) Cette étape décisive a pu être atteinte grâce à la détermination d'Alexis Tsipras qui s'est engagé sur la voie des réformes courageuses et dans le respect de ses principes de justice. La France sera à ses côtés."

Où est la solidarité européenne ? Evoque-t-on la solidarité quand une banque fait saisir des biens d'un foyer surendetté ? A Athènes, Tsipras a perdu le soutien de 49 de ses députés Syriza, soit un tiers de son effectif élu au parlement en janvier dernier. Dans Politis, un blogueur français se félicite d'une résistance qui "s'organise". Vraiment ? Mais où est la majorité politique de demain en Grèce ?

Comme souvent, il faut répéter qu'il est trop tôt pour juger d'une politique. La France a connu les mêmes déboires en 2012: la gauche mélenchoniste est tombée dans l'opposition au soir de la victoire contre Sarkozy, sans rien attendre. A-t-elle capitalisé ensuite sur la déception grandissante de l'électorat de gauche à l'encontre de Hollande ? Non. En Grèce, Tsipras fait face à des banques en faillite et un pays ruiné. Pour Tsipras, depuis le premier jour de sa victoire législative, la question des alliances politiques reste primordiale.

En Espagne, Podemos est confrontée au même questionnement stratégique. Dans les colonnes de Mediapart, un journaliste espagnol s'inquiète de "la dangereuse dérive de Podemos". Parce que le nouveau parti, victorieux aux élections municipales de mars dernier dans des communes symboliques comme Madrid ou Barcelone, s'allie avec d'autres plus centristes, Andrés Herrero s'inquiète: "la plupart de ces propositions loin de se développer, raffiner et concrétiser, se sont affadies, en même temps que Podemos dérivait vers le centre, modérant son discours pour élargir son électorat." Dans les sondages, Podemos serait grignoté sur sa gauche. Mais il est concurrencé sur sa droite par l'autre nouveauté politique qu'est Ciudadanos, quatrième force politique du pays dirigée par Albert Rivera. Ensemble, Podemos et Ciudadanos pèseraient près de 40% des intentions de vote.

Au Royaume Uni, Jeremy Corbyn est en passe de remporter la direction du Labour. Ce député, inconnu jusqu'alors, socialiste et antimonarchiste dans un pays ravagé par le libéralisme thatchériste puis blairiste, remporte tous les sondages de popularité au sein des militants du parti. La principale riposte de ses concurrents, notamment de Yvette Cooper, soutenue par Toby Blair et créditée de 8% dans les sondages (sic!), est qu'un positionnement "trop à gauche" ferait perdre les élections au Labour.
"Si Jeremy Corbyn l'emporte, cela ne signifiera pas une défaite comme en 1983 ou 2015. Cela entraînera une déroute, peut-être l'annihilation". Tony Blair
On oublierait presque que les Travaillistes viennent de se faire laminer par les Conservateurs aux précédentes élections législatives de mai dernier.  A quoi bon voter Labour si ces derniers pratiquent le même libéralisme que leurs concurrents conservateurs ?



Ami citoyen, reste en vacances si tu le peux.









2 commentaires:

  1. Pour ce qui concerne « la crise du porc », il est évident que les socialistes ne feront rien, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas les moyens. Ils ont abdiqué face à l’UE en lui remettant les clés du pouvoir à et ils sont aujourd’hui dans l’impossibilité d’intervenir sur ce marché. Les prix étant libres et les aides et subventions interdites par l’UE, il ne leur reste plus qu’à implorer les grands groupes pour qu’ils diminuent leurs marges – abaissement invraisemblable de la part d’un pouvoir élu – ou à invoquer les cieux à l’image des Indiens qui dansaient pour faire tomber la pluie. Salut les artistes !

    DemOs

    RépondreSupprimer
  2. "Hollande promet de nouvelles baisses d'impôts «si la croissance s'amplifie en 2016»

    Foutages de gueules ......
    J'en ai marre !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.