10 octobre 2016

Au Zenith, Sarkozy tourne à vide.

Il était au Zénith, un dimanche d'octobre. La salle est juste pleine. Bygmalion n'est plus là pour faire le show grandiose dont il avait l'habitude quand il dépensait sans compter et tout en fraude en 2012.

Nicolas Sarkozy rejoue une mauvaise partition, celle qui l'a fait échoué en 2012. L'homme du peuple, président des riches complexé, le prétendu défenseur des classes moyennes contre l'élite. Sarkozy suit la partition d'un autre outrancier milliardaire et hors sol, outre-atlantique.

Donald Trump.

Nicolas Sarkozy est notre Donald Trump et son meeting du 9 octobre n'y a rien changé.

Sarkozy cible l'élite. C'est un artifice. Il y vit. Il en vit, à coup de conférences rémunérées et, hier quand il était président, de rendus et autre renvois d'ascenseurs. Il la fréquente au Cap Nègre. Il la reçoit quand il part en vacances. Nicolas et Carla vivent dans l'un des quartiers les plus riches du pays. Et pourtant, le même Sarkozy s'exclame au Zenith: "Je ne cherche pas la bénédiction du petit Paris mondain"... Il ne la cherche pas, il l'a.

Sarkozy reprend le slogan de la France forte sans l'avouer: "La France est trop malade pour qu'on la soigne à doses homéopathiques".

Au Zenith, on retrouve le Sarkozy de 2012 et celui de 2007. L'extrême-droitiste furibard et le "petit Français au sang mêlé." On retrouve cette rage de vaincre qui l'emporte sur la cohérence politique et l'éthique personnelle: "Dans mes ancêtres, il y a les Gaulois et il y a Aimé Césaire." Le même explique, alors que la France de Hollande  accueille à peine davantage de nouveaux immigrés que celle de Sarkozy: " Je parle d’immigration, parce que nous sommes enfermés dans une logique folle, en accueillant toujours plus de monde, alors que nous les assimilons de moins en moins."

Au Zenith, Sarkozy exhibe des survivants. Voici Ingrid Bettencourt, extirpé des souvenirs comme un trophée. Il manquait les infirmières bulgares et, aussi, le colonel Kadhafi. 

Au Zenith, Sarkozy se fatigue de formules usées sur la modernité, lui qui encombre le paysage politique depuis 4 décennies. Pourquoi donc, comme d'autres, n'évoque-t-il plutôt son expérience et son bilan ? Parce que son bilan est honteux.
"La véritable modernité, c’est d’oser redonner la parole au peuple français. Il y a la modernisation pour l’élite et il y a la modernisation pour le peuple. Il y a la modernisation hors sol ou une modernisation enracinée dans notre histoire. (…) Peuple de France, allez dire que la majorité silencieuse a décidé de ne plus être silencieuse."
 Nicolas Sarkozy espère beaucoup de ce "grand meeting" à Paris.

On saura plus tard avec quel argent il a financé tout cela.


2 commentaires:

  1. Au moins, Sarkozy fait rire

    https://www.youtube.com/watch?v=_bTyK0nAD1I

    RépondreSupprimer
  2. tiens, rions aussi un peu avec Sarkozy

    https://www.youtube.com/watch?v=_bTyK0nAD1I

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.