2 mars 2017

Les 6 preuves de la mort politique de François Fillon




François Fillon est convoqué le 15 mars "aux fins de mise en examen", par trois magistrats instructeurs du pôle financier, pour "détournements de fonds publics, d’abus de biens sociaux, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives devant la Haute autorité de la vie publique."
 Marine Le Pen, étudiée dans le cadre d'une affaire d'emploi fictif plus importante encore, a refusé de prendre ce risque. Elle refuse publiquement de se soumettre à la justice.

Aussitôt la nouvelle de la convocation connue, Fillon en a appelé à la "France". L'homme promettait il y a peu d'abandonner la présidentielle s'il était mis en examen, il a renoncé à cette promesse. Pire encore, il appelle à une manifestation de soutien
"Je ne céderai pas, je ne me retirerai pas !" Fillon, 1er mars 2017
1. Fillon est un candidat a-moral. Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre le grand écart entre ses promesses électorales et sa propre réalité. Rappelons le sujet: des juges enquêtent sur un soupçon d'emploi fictif, rémunéré sur fonds publics, de son épouse Pénélope Fillon. Fillon a depuis reconnu avoir embauché sa fille étudiante pour l'aider à rédiger un bouquin (enrichissement personnel) en 2007, puis son fils également étudiant (plus cher que sa fille; c'est un garçon n'est-ce pas ?), toujours sur fonds publics. Y-a-t-il une limite dans l'a-moralité chez ce prêcheur de rigueur pour les plus pauvres que lui ?

2. Fillon est un boulet pour la droite. La cascade de défections qui ont suivi la déclaration d'obstination de Fillon témoigne que Fillon est aussi un sujet d'inquiétude à droite. La primaire de droite avait désigné le candidat vainqueur de la présidentielle de 2017, c'est le story-telling que l'on nous a vendu. C'était sans compter l'a-moralité du candidat choisi, les rancoeurs des autres, et l'électorat fluctuant.

3. Fillon n'a pas compris que cette affaire était grave. Elle a occulté sa campagne. Elle lui fait perdre la campagne-qu'il-ne-pouvait-pas-perdre. En s'obstinant, l'ex-droite gouvernementale confirme qu'elle n'a pas compris.

4. Fillon adopte une attitude sarkozyste irresponsable et indigne: s'en prendre à la justice, attaquer la séparation des pouvoirs, en appeler à "la rue contre les juges" quand on se prétend candidat à la présidentielle est irresponsable et indigne. Fillon adopte l'exacte même attitude que Marine Le Pen. On connaissait les convergences programmatiques. Ces derniers dépassent désormais le cadre initial. Fillon braille tout haut ce que l'extrême droite aux portes du pouvoir réclame à voix basse.

Honte à lui, "collabo".

5. Fillon n'incarne plus seul la droite gouvernementale. Emmanuel Macron lui a chipé le concept. L'ampleur des ralliements centristes et juppéistes, et le programme économique du candidat Macron qui se dégage peu à peu devraient achever de convaincre les indécis qu'il en est autrement. L'affaiblissement de Fillon profite à Macron. On attendra le ralliement de l'UDI, pas évident pour des raisons de haine anti-Bayrou.

6. Imaginons que Fillon "s'en sorte", c'est-à-dire que son meeting du dimanche 5 mars contre les juges rassemble une foule immense, qu'il réussisse enfin sa campagne, qu'il parvienne à se qualifier au premier tour, qu'il remporte le second tour. De quel président aurons-nous hérité ? D'un président qui aura affaibli la Justice comme jamais, qui aura donné le pire exemple, celui d'une racaille.

Ami filloniste, réveille-toi.


4 commentaires:

  1. Dans son discours d'hier, Fillon a eu des accents du Pétain du 17 juin 1940. A plusieurs reprises, il a parlé de "sa personne".
    Quand on connait le parcours du bonhomme dans les 15 dernières années, hors bien sûr de l'affaire en cours, il y a de quoi se faire du souci.
    Réforme des retraites bâclée et néfaste, les "caisses de l'Etat sont vides" avec en réaction des cadeaux fiscaux aux plus aisés (la plus grosse ristourne au plus riche a coûté 50 cts à chaque français nouveaux-nés compris) et le pire endettement que notre pays ait connu la dette publique étant passée de 64 à 90% de 2007 à 2012.
    Ce personnage est vraiment un boulet pour sa "famille politique" et le serait tout autant si par le plus grand des malheurs, il était élu. Il se croit encore en 1994, lors des soupçons sur Chirac qui a valu à Juppé quelques déboires et condamnations.

    RépondreSupprimer
  2. ( je crois que pour Marine Le Pen, il ne s'agit pour l'instant que de la publication d'images trop violentes de Daech )

    Il y a quand même des choses qui me dérangent ( peut-être à tort ) dans l' histoire Fillon :

    1- La Justice n'est- elle pas exceptionnellement rapide?

    2- Que fait-on de la présomption d'innocence , du moins à l'égard des textes de loi tels qu'ils sont ? Si cela se terminant par un non-lieu dans 6 mois, ne serait-ce un peu gênant pour la démocratie ?

    3- C'est bien le programme de Fillon qui l'a largement emporté, aux primaires de la droite; et ce n'est qu'à cause des sondages que celle-ci cherche à changer de cheval : les sondages qui l'emportent sur le vote des sympathisants, est-ce une bonne chose, pour la démocratie?

    3-

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Elie,
    Pour le 1, non la justice n'est pas exceptionnellement rapide. C'est le PNF qui a été saisi et c'est sa façon de travailler pour geler tout ce qui peut l'être afin de pouvoir mener une enquête rapide et aussi complète que possible. Pour faire connaître la suite, il a mis 4 jours de plus que dans l'affaire Cahuzac.
    En ce qui concerne le 2, il y a au moins un point pour lequel Fillon n'est pas en accord avec les textes. De sa propre déclaration, le travail effectué par ses enfants n'était pas conforme à son mandat de député puisqu'il s'agissait de la préparation de notes pour le programme de Sarkozy. Ce qui est interdit. Pour madame, les renseignements sont trop parcellaires pour en parler même si on peut avoir une opinion sur la chose.
    Quant au 3, ce n'est pas parce que son programme l'a emporté aux primaires qu'il doit obligatoirement l'emporter et nous faire subir 5 ans supplémentaires d'une politique aussi catastrophique que celle que nous avons connue de 2007 à 2012. Fillon était déjà à la manœuvre. C'est le clone de Sarkozy en plus policé mais ses idées et options sont les mêmes.

    RépondreSupprimer
  4. On pensait ne pas connaître pire que Sarko......on se trompait....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.