1 juillet 2017

530ème semaine politique: cette colère froide contre Emmanuel Macron

Où il est question d'une accélération des caprices, d'une imposture qui prend un tour nouveau, de ces premiers jours d'un quinquennat qui ressemble fichtrement à la fusion des précédents. D'une colère froide qui alterne avec des moments de franche rigolade devant le ridicule narcissique de Jupiter. 




Manu 1er, caprice à Versailles.
Après l'échec d'un sommet européen du 24 juin, Jupiter a fait sa photo. Comme nombre de quadralescents, il poste ce selfie officiel sur son compte Twitter. Le cliché évoque une publicité d'après-rasage, ou une réclame pour Hugo Boss. L'Elysée annonce ensuite que Jupiter ne fera d'interview le 14 juillet. Cette tradition lancée par Valéry Giscard d'Estaing n'avait certes aucun intérêt. Mais la justification avancée par les services de Jupiter est ridicule. Ou inquiétante. Jupiter renonce à l'exercice car sa pensée serait "trop complexe".

Sans rire.

Sa "pensée complexe" s’accommode mal des questions de journalistes, fussent-ils adoubés par l’Élysée comme par le passé. 

Jupiter convoque le Parlement en Congrès à Versailles pour le 3 juillet. "Emmanuel Macron fait congrès, mais ne répondra pas aux questions des journalistes présentateurs de journaux le 14 juillet." explique indulgemment l'éditorialiste Bruno Roger-Petit, l'un des invités du dîner de pré-victoire à la Rotonde au soir du premier tour. Députés et sénateurs sont invités à écouter la parole présidentielle, sans pouvoir répondre, et avant même que le premier ministre Edouard Philippe n'ait pu faire son propre discours de politique générale. Les premiers à annoncer le boycott de ce caprice sont ... les centristes de l'UDI, pourtant si macron-compatible. Jean-Christophe Lagarde, leur président, dénonce la manœuvre à chaud. Les élu de la France insoumise, tout comme les sénateurs écologistes et quelques députés socialistes ne seront pas non plus présents.

Ce caprice de Jupiter coutera un demi-million d'euros aux contribuables. Rien que ça. Avant, le président élu se contentait de faire un lire un mot sur ses orientations aux parlementaires. Sarko, qui a fait voter une modification constitutionnelle pour permettre l'adresse directe du monarque aux élus de ses sujets, a usé une fois de la possibilité quand son quinquennat était déjà à bout. Hollande aussi, mais pour des circonstances dramatiques qui réclamaient de l'union nationale. Macron emboite les pas de Sarko, il n'a d'autre envie que de se montrer, et d'incarner ce quinquennat.

Ce caprice révèle aussi un trait de caractère aussi inquiétant qu'archaïque. Le progrès, nous explique-t-on, s'illustre dans la collaboration, le partage, le collectif, dont les échanges sont portés par les innovations numériques. Jupiter lui-même a tenté d'incarner ce changement, cette nouvelle version de la démocratie participative chère à Ségolène Royal il y a 10 ans. Porte-à-porte en tous genres, réunions tupperware, castings des candidats à la députation, etc., les premiers moments de l'histoire du mouvement En Marche sont un story-telling réussi sur un mouvement "populaire". L'effet de contre-balancier par le comportement capricieux, archaïque, monarchique du jeune monarque est désastreux.

L'image qui se dessine de cette macronista au pouvoir est celle d'une majorité d'élus où les classes aisées sont sur-représentées, où quelques brebis galeuses  qui trafiquent avec l'éthique sont protégées par l'indulgence du Roi, où une campagne financée comme une start-up fut organisée par un conseil d'administration pour aboutir à un pouvoir sur-concentré entre les mains d'un jeune Bonaparte.

La convocation du Parlement à Versailles est logique, à l'image de ce début de quinquennat.

La Vème République est monarchique, ce n'est pas nouveau. Le scrutin majoritaire aggrave cette caricature faussement démocratique puisqu'il suffit de remporter la première place, qu'importe le nombre de suffrages, pour remporter la quasi-totalité du pouvoir législatif. L'Assemblée a été élue par un processus démocratique mais elle ne représente pas le peuple, loin s'en faut. Et Jupiter ne fait preuve d'aucune humilité, d'aucune compréhension à cet égard.

Back to the Future?
La Macronista se dévoile enfin, tardivement. Un éditocrate s'étonne de l'inexpérience de nombre de députés. A l'Assemblée, les postes de direction se répartissent entre hommes, y compris et surtout dans la majorité macroniste. A l'étranger, le ministre Le Maire s'emmêle les pieds dans ses références antiques: "Emmanuel Macron est Jupiter. Je suis Hermès, le messager". Hermès, dieu de l'opportunisme chez les Grecs, Jupiter, Dieu tout puissant chez les Romains...

François de Rugy, l'homme qui a retourné sa veste fois en 4 ans, est élu président de l'Assemblée nationale par un groupe majoritaire au pas.

Richard Ferrand, dont le Canard Enchaîné continue de révéler les détails de ses affaires (l'embauche de sa compagne par les Mutuelles de Bretagne et ... une propriété publique du département dont l'élu présidait le conseil général), est élu à main levée, sans opposant, chef des députés macronistes.

La ministre du Travail est inquiétée dans une affaire de favoritisme.

La ministre de la Défense cache sa représentation pour la banque Edmond de Rotschild au conseil d'administration de Zodiac Aerospace. Et le député François Ruffin paraphrase Jean Gabin :"ce n'est plus un gouvernement, c'est un gigantesque Conseil d'administration!"

"Entre l'intérêt national et l'abus de confiance, il y a une marge." Jean Gabin, Le Président (1961), écrit par Michel Audiard.

Petite joie, la Justice délivre enfin sa mise en examen à Marine Le Pen pour abus de confiance "en sa qualité de députée européenne de 2009 à 2016 pour utilisation de fonds du Parlement européen". On lui réclame quelques millions d'euros pour emplois fictifs au Parlement européen. La même accusation qui vient de décapiter le gouvernement de ses ténors Modem.

Manuel Valls réalise qu'il n'est plus socialiste. Benoit Hamon lance son mouvement et quitte aussi le PS. Ces temps ont des moments touchants.



Back to the Past!
Mercredi, le premier collaborateur d'Emmanuel Macron présente la loi Travail en Conseil des ministres, ainsi que le projet de loi d'habilitation à réformer le droit du travail par ordonnancesLa France est moins rigide que l'Allemagne, en matière de licenciements individuels, rappelle Alternatives Economiques. Et "il est plus facile de faire un plan social en France qu’en Irlande, en Hongrie, en Allemagne, en Suisse, en Italie, au Mexique ou en Belgique," mais cela, Edouard Philippe ne le dit pas, bien au contraire. Sa ministre du Travail, sans doute prochainement mise en examen pour favoritisme quand elle a organisé une sauterie à Las Vegas sur fond public pour le ministre Macron en janvier 2016, déclare que le code du travail "n’est fait que pour embêter 95 % des entreprises".
"La loi, qui est au-dessus de tout, doit définir des grands principes, mais pas le détail de l’organisation et du temps de travail, ou encore de la formation." Muriel Penicaud, ministre du Travail.
Au 1er juillet, la consultation chez le médecin généraliste conventionné augmente de 2 euros. L'allocation minimale chômage de 0,65%. On espère que les chômeurs concernés ont une mutuelle.

Jeudi, la Cour des Comptes publie son rapport attendu sur l'état des finances publiques. Elle dénonce un dérapage de 8 milliards d'euros et le non respect des dernières promesses du président Hollande - ramener en deçà des 3% du PIB le déficit budgétaire. Aussitôt, Edouard Philippe s'affiche devant les journaliste. L'un de ses thuriféraires, éditocrate à Paris Match, exulte: "Edouard Philippe existe. Le Premier ministre en a apporté la meilleure preuve, hier, avec sa froide colère contre les 8 milliards de dettes laissées par François Hollande. La dramatisation était sûrement calculée mais la sincérité évidente." Philippe fustige les "manipulations" et l'"insincérité"du dernier budget de Hollande. A-t-il regardé où les principaux dépassements ont eu lieu ? L'agriculture (1,7 milliard - grippe aviaire, et union européenne), l'emploi (1,2 milliard - plan de formation de 500 000 chômeurs) et la défense (0,9 milliard).

Le premier collaborateur fustige l'ampleur de la dette publique, l'antienne est connue. Macron, l'ancien conseiller économique puis ministre de l’Économie de François Hollande, ignorerait donc le bilan économique de son ancien patron.

On croit rêver.

Des sources bien informées au gouvernement laissent aussitôt entendre que les principales promesses de cadeaux fiscaux du candidat Macron, à l'exception de la baisse des cotisations maladie et chômage au profit d'une augmentation de la CSG pour tous (et donc les retraités), seraient reportées à plus tard. Car les proches de l'ancien conseiller économique puis ministre de l’Économie de François Hollande osent nous faire le coup de la situation économique pire qu'ils ne l'avaient prévue. "Les promesses fiscales formulées pendant la campagne pour 2018 pourraient donc être repoussées d'un ou deux ans." nous explique-t-on.

Ces gens-là nous prennent pour des cons. Vendredi, Jupiter inaugure le campus de Station F. On lui a dressé une estrade, il est quelques têtes au-dessus de l'assistance, au centre. Micro en main, il peut se tourner pour déclamer. C'est un spectacle. Il loue l'esprit d'entrepreneuriat, il a raison. Puis il lâche cette formule, indécente:

"Une gare, c'est un lieu où l'on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien." Jupiter, 29 juin 2017.

Le même vendredi, les ministres et sous-ministres partent à Nancy en "séminaire de team-building". Ils vont réfléchir aux "gens-qui-ne-sont-rien".
 

---

Simone Veil, grande figure féministe, décède.  On oubliera sa participation aux manifestions contre le mariage gay pour conserver le souvenir d'une grande dame. Et les quelques tweets d'élu frontiste et et autre rageux rappeleront au contraire combien les combats de cette femme d'Etat qui a porté contre son camp politique la légalisation de l'avortement en 1974 méritent d'être poursuivis.



Ami(e) citoyen(ne), réveille-toi.


7 commentaires:

  1. Quelle joie en ces temps obscur, pouvoir encore et toujours compter sur votre plume

    RépondreSupprimer
  2. Quand les réflexes de classe l'emportent sur la maitrise de soi, Macron, au meilleur de lui même, dans cette pensée ferroviaire "cruellement" passée sous silence par les médias.

    RépondreSupprimer
  3. "Au 1er juillet, la consultation chez le médecin généraliste conventionné augmente de 2 euros." Non. Juste non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.lelynx.fr/mutuelle-sante/soins/medicaux/medecin-specialiste/tarif-augmentation-juillet-2017/

      Supprimer
  4. "Au 1er juillet, la consultation chez le médecin généraliste conventionné augmente de 2 euros. L'allocation minimale chômage de 0,65%. On espère que les chômeurs concernés ont une mutuelle."

    Vous êtes sérieux, là ? La mutuelle rembourse 30 % de ces 2 €, soit 60 centimes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ceux qui n'ont pas de mutuelles ?

      Supprimer
    2. Et bien, la consultation leur coûte 60 centimes de plus...Vraiment dissuasif ?

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.