15 juin 2019

Comment Macron gouverne (toujours) avec le Parti Médiatique - 631ème semaine politique

 

 

Où il est question d'une évidence.


La rage xénophobe de cet animateur conservateur fait peine à entendre: ce vendredi 14 juin après midi, sur RMC, Eric Brunet demande à un policier, en direct, ce qu'il pense de ces "jeunes délinquants, toxicomanes, qui viendraient du Maroc mais pas seulement, qui ont moins de 12 ans et qui zonent, qui traînent dans les villes, qui sont ultra-violents, qui n'ont pas de parents, qui sont là." Brunet cite une "enquête" d'un grand reporter du Figaro, qu'il met en relation avec une question d'actualité, cette idée du gouvernement de rendre les moins de 13 ans pénalement irresponsables; ça y est, une fraction des médias de la droite furibarde ont peut être enfin un objet de polémqieu pour se désolidariser de ce "meilleur président de droite" que la France ait connu, comme le qualifiait l'ancienne conseillère politique de Nicolas Sarkozy.

Depuis le début du quinquennat, les médias ont épousé la recomposition politique: les médias dominants applaudissent ou soutiennent la Macronie - le Figaro comme le Monde, Europe 1 comme France inter, les éditorialistes de RMC comme ceux de France Culture, déploient un soutien sans faille, on va le voir, à la politique socio-économique, environnementale et même diplomatique de Jupiter. C'est un moment inédit sous cette Vème République, qui fait écho à ce rassemblement d'anciens socialistes avec des libéraux et des conservateurs pour conduire un programme plus à droite et socialement violent que le programme de Sarkozy en 2007 contre lequel ils s'opposaient à l'époque.

Ces médias dits dominants ne sont pas tous les médias: d'autres sources, plus fragiles, plus éparpillés, travaillent à couvrir la réalité que l'on voit moins souvent ou jamais dans les discours et traitements officiels - les ravages sociaux ou environnementaux, les échecs économiques de la politique de l'offre, l'hypocrisie de la diplomatie (Yémen), ou plus "simplement" le récit et l'explication des évènements loin de la com' arrangée et des présentations marketing prémâchées de l’Élysée.

Cette semaine, le premier ministre est, sans surprise, adoubé par 363 députés godillots de sa majorité. Un vrai suspense à l'Assemblée nationale ! A la conférence de l'OIT, Emmanuel Macron choisit de répéter, presque mot pour mot, l'un de ces fameux discours de Nicolas Sarkozy sur la crise, la folie de la finance, et le besoin de régulation et de changement de système.
"Faut-il attendre que la crise économique, financière, sociale et écologique se transforme en crisepolitique majeure à l’échelle planétaire, pour nous décider enfin à changer, au risque qu’il soit trop tard?Sarkozy, 15 juin 2009

"La crise endogène de notre capitalisme, l'accélération de la transition numérique et l'accélération du réchauffement climatique et de la raréfaction de la biodiversité nous conduisent à repenser très profondément nos manières de nous organiser, et rendre encore plus impérieux le multilatéralisme qui est le vôtre, qui est le nôtre dans ce monde, avec un combat : celui pour la dignité de l'homme et celui pour rendre ce monde habitable." Macron, 11 juin 2019
Devant l'OIT, les deux monarques, à 10 ans d'intervalle, jouent presque les gauchos.
"Je souhaite que l’OIT fasse des propositions concrètes pour mettre la promotion du travail décent au cœur des règles qui constitueront le fondement d’un ordre mondial plus respectueux de l’homme." Sarkozy, 15 juin 2009
"Je veux qu'on puisse continuer à défendre, en Europe en particulier, un véritable ordre public social avec toutes ses composantes." Macron, 11 juin 2019
L'intérêt de ce copié/collé presque parfait n'est pas dans le propos lui-même. Qui n'est pas d'accord avec le constat que le monde ne tourne pas rond, que les multiples crises s'additionnent, se renforcent, s'accumulent et s'aggravent ? Que cette grand crise environnementale, sociale, alimentaire, économique, financière mérite un changement de paradigme politique national, européen et mondial ?  Comme en 2009 quand un Nicolas Sarkozy ahuri par la Grande Crise braillait contre ses amis de la Finance, Macron s'étonne et gronde le "système". Mais l'intérêt de ce parallélisme est ailleurs. Comme Sarko, Macron surprend par son insincérité, par le décalage suffoquant entre ces paroles et la réalité de ses actions.

Macron a fait pire que Sarkozy pour aider la Finance, cette finance dont il dénonce aujourd'hui les excès: il a plafonné les cotisations sociales à 17,8% (sic!) et  l'impôt à 12,8% sur les revenus dela rente et de la spéculation. Macron a dérégulé plus que Sarkozy (Travail, transport, construction, environnement).  Macron a affaibli l’État davantage que Sarkozy: il abîme jusqu'à la Justice (voir à ce propos l'excellente analyse de Regards); il privatise la "première frontière de France", les barrages hydroélectriques et le rail; il allège les conditions d'aménagement du littoral; son écologisme est de façade. Il amuse la galerie avec une réunion ministérielle pour obtenir le tri sélectif dans les fast-foods (une obligation légale !), mais il repousse les engagements écologiques de la France. Il veut taxer le diesel des petites gens, mais il épargne le kérosène des vols petits-courrier (les Français prennent l'avion... une fois tous les 7 ans en moyenne). Il évoque la biodiversité, "une ambition française" (sic!) mais réduit les pouvoirs du Conseil national de la protection de la Nature et pérennise l'emploi de pesticides violents comme le RoundUp. Il célèbre nos forêts nationales ... et privatise en douce leur gestion.

A l'Assemblée, son premier ministre célèbre le service public, une "promesse républicaine" , mais il réduit les postes de profs et les effectifs de contrôle de l’évasion fiscale; il va fusionner les minima sociaux pour les conditionner à l'exercice d'une activité. Il augmente brutalement les tarifs réglementés de l'électricité. Il laisse les urgentistes s'asphyxier (il faut trois mois de grèves pour que la ministre Buzyn daigne recevoir des personnels qui ne réclament que davantage de moyens pour bien faire leur boulot, et une obole de 70 millions d'euros supplémentaire...).

Devant l'OIT, Macron célèbre "l’histoire d’ouvriers, d’employés qui ont pu obtenir par convention la limitation de la durée du travail dans la journée et dans la semaine". En France, il s'apprête à allonger de deux mois la non-indemnisation des chômeurs issus de petits boulots, il a supprimé 200 000 postes de représentants des salariés; il a accordé aux employeurs le droit de ne pas respecter les conventions collectives de secteur; il a généralisé le travail le dimanche, laissant des employeurs "libres" de virer les salariés "libres" qui refuseraient de sacrifier le repos dominical. En 2009, au plus fort de la crise, Sarkozy avait créé "l'offre raisonnable d'emploi" qu'un chômeur devait accepter sous peine de radiation. En 2019, Macron durcit le même dispositif.

Cette hypocrisie est le signe d'une indécence de classe.

Jupiter fait mieux que Sarkozy, en pire. Il a de meilleurs alliés. Il est aidé par un Parti Médiatique. Non pas tous les médias, loin s'en faut, mais un petit ensemble d'éditocrates et de journalistes spécialisé(e)s, dont la porosité avec la France des riches n'a d'égale que leur réflexe pavlovien à brandir leur carte de presse comme preuve de professionnalisme. Ce Parti médiatique témoigne d'un soutien idéologique et politique quasiment sans faille à l'égard d'Emmanuel Macron. Sarkozy avait rapidement fini par les agacer avec sa vulgarité Bling Bling, ses mauvaises manières de faux parvenu. Macron ne cesse de les séduire avec ses bonnes manières, ses belles formules, ses citations de la littérature classique.

Idéologique, ce soutien est permanent: aucune des mesures phares de la Macronie n'a été critiquée par le Parti Médiatique. Les défiscalisations du capital dénoncées comme coûteuses et improductives par les économistes atterrés ? Rien à y redire. Les ordonnances Travail qui fragilisent les employés, notamment les plus précaires et les femmes ? Applaudissements. Le gel de la quasi-totalité des prestations sociales, la réduction des aides au Logement, ou le plan d'économie d'un milliard par an sur les hôpitaux ? Applaudissements à nouveau ! La timidité voire l'inaction coupable en matière de lutte immédiate contre le réchauffement climatique ? Rien à redire, les éditocrates tombent dans le panneau. La loi Asile et immigration dont la xénophobie a été dénoncée par 400 ONG (sic!) et que Macron songe déjà à durcir ? Rien, pas un bruit, pas un mot de protestation. Le renforcement des lois liberticides (état d'urgence normalisé, loi anti-casseurs, etc) ? Un frémissement timide à propos de la loi sur le secret des affaires (réflexe quasi-corporatiste). La répression contre les manifestations des étudiants et lycéens au printemps puis celle, plus inouïe encore, contre les Gilets Jaunes depuis l'automne ? Rien à critiquer à premier abord, ils préfèrent multiplier les reportages sur les plus violents, les plus abrutis. Il faut la publication sur les réseaux sociaux de dizaines de mains arrachées, de crânes défoncés, de visages éborgnés pour que certains (Aphatie), pas tous (Barbier) s'indignent enfin.

Le Parti Médiatique applaudit souvent au respect de l'ordre et sert systématiquement les plats libéraux de la Macronie sur les plateaux. Il a peur quand les gueux en jaune manifestent avec cette même trouille qu'un Jupiter barricadé à l'Elysée. Il revendique, parfois, son indépendance d'esprit quand les barbouzeries élyséennes éclatent au grand jour, comme avec l'affaire Benalla. Mais sur la politique économique, sociale, et environnementale, silence et acquiescement. Il ne grogne que lorsqu'on supprime sa salle de presse à l'Elysée (ne riez pas) ou quand on le boude au Palais. Il fait le tri dans ces indignations contre l'exercice du journalisme: il proteste quand une poignée des siens sont questionnés par les services secrets, mais il refuse tout soutien à un journaliste militant qui se fait frapper, déboiter l'épaule puis enfermer et à nouveau brutaliser en garde à vue parce qu'il couvrait une manif de sans-papiers. Rarement, il râle contre la politique économique du gouvernement. Quand il le fait, c'est parce que Macron dévie de sa trajectoire de président des ultra-riches, comme par exemple quand Macron cède à la pression sociale et octroie 11 milliards d'euros de dépenses sociales supplémentaires grâce aux Gilets Jaunes.

Politique, ce soutien du Parti Médiatique l'est tout autant, et tout aussi régulier. Ces éditocrates ont œuvré à amalgamer les principales oppositions dans le même sac du "populisme totalitaire", à tuer tout débat sur les propositions, les programmes ou les idées. Ils s'amusent ou raillent gentiment les colères pourtant violentes et méprisantes du monarque, quand la moindre des colères de Mélenchon est ultra-commentée comme la preuve irréfutable d'un totalitarisme vénézuelien. Loin d'aider à motiver l'électorat, ils découragent par le relais appuyé des slogans défaitistes du libéral-conservatisme: les oppositions ne sont pas "sérieuses", pourquoi se déplacer ? Il minore l'abstention pour maintenir un semblant de légitimité à cette mascarade.

Ces éditocrates ont réduit le débat politique à son minimum pour mieux délégitimer les oppositions à la politique de classe du clan macroniste. François Ruffin a beau s'indigner du vide de leurs questions, du creux politicien de leurs développements; il a beau réclamer que l'on parle planète, pauvreté et santé, rien n'y fait. Les éditocrates ne dévient pas. Tout récemment, ces mêmes éditocrates ont même laissé filer la comète Loiseau, une "experte de l'Europe", avec une indulgence qui ne s'est brisée que lorsque les bêtises de cette tête de liste macroniste devenaient trop crasses et voyantes, comme cette semaine quand elle s'est politiquement immolée devant une quinzaine de journalistes ébahis en insultants et moquant un à un tous les chefs de parti de son propre groupe libéral au Parlement européen.

Exception faite des zélotes du Figaro et de Valeurs Actuelles, Sarkozy avait du mal avec cette presse. Macron n'a pas ce handicap. Il peut compter sur Bruno Jeudy, Jean-Michel Aphatie, Robert Namias, et Christophe Barbier et consorts. Il peut s'appuyer sur une presse dominante qui remet pas en cause les fondements libéraux et conservateurs de sa politique; des médias qui, bien entrainés depuis des années, recyclent chaque semaine la novlangue libérale: est ainsi requalifiée en "conservatisme" la défense des chômeurs précaires ou des étudiants boursiers; en "pragmatisme humaniste", la réduction du droit d'asile au risque de la mise en esclavage, la noyade en mer ou l'épuisement en montagne des migrants. Et l'orgie défiscalisées des riches est devenue un "soutien à l'investissement".

Si les discours, et leur décalage avec les actes, se répètent de Sarkozy à Macron, Jupiter a toujours l'avantage d'un appui idéologique et politique manifeste de la part des médias économiquement les plus puissants.

Belle démocratie.



Ami sarkozyste, où es-tu ?




18 commentaires:

  1. Joli lapsus révélateur, Juan : non, c'est le prix de l'électricité réglementé qui a été augmenté...et non, comme vous l'écrivez, celui du gaz, qui,lui,a été diminué...Mais, ça, c'est votre inconscient qui l'a dit à votre place !

    ( PS- Ce commentaire n'est pas du grillage...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du trollage (comme vous m'en accusiez), pas du grillage !!!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Depuis 2005 le prix du gaz a augmenté de 75%....Il baisse un petit peu en juillet avant de remonter dans quelques mois.:-)

    RépondreSupprimer
  3. Quant au problème des urgences, une excellente et brève vidéo l'explique très bien :

    https://youtu.be/59dp3y4nMhI

    RépondreSupprimer
  4. Merci Juan pour ce très bon billet hebdomadaire.
    Et comme il faut s'y attendre, le chien de garde se précipite dès que vous lancer l'os à ronger.

    RépondreSupprimer
  5. « Qualifier une compagnie de gouvernement privé n’est en aucune façon une métaphore. Un business est un gouvernement parce que, dans les limites de la loi, il est autorisé à […] faire des règles pour la conduite de ses affaires. Pour la plupart des gens, les règles qui affectent le plus leurs vies sont celles dictées par leurs employeurs. […] Ces règles déterminent, pour chacun, où il doit travailler, ce qu’il doit faire, qui va lui donner des ordres, à qui il va pouvoir donner des ordres, ses promotions, sa discipline, le montant de ses revenus, la période et la durée de ses congés. » (1951 - Beardsley Ruml, économiste, ancien conseiller du président Américain Hoover et ex-PDG d’une grande chaine de magasin)
    Autant dire que si demain une dictature venait à émerger, nous y serions prêt, l’entreprise a amplement commencé le travail d’éducation.

    RépondreSupprimer
  6. @ Juan

    " Ce n'est pas le désaccord qui gêne, mais la façon dont il s'exprime "

    Ça vous dit quelque chose ?

    RépondreSupprimer
  7. "Le Monde soutient Macron " Il vous arrive de le lire ?
    Encore aujourd'hui : ( début de l'article,ouvert aux non-abonnés )

    Pourquoi le projet de budget de la zone euro est un désaveu pour Macron

    A supposer qu’il soit approuvé par les 28 Etats européens, il ne sera probablement pas de nature à révolutionner l’économie européenne.



    « Une mini-révolution », « une belle journée pour l’Europe », « une percée », un « engagement tenu » : assez étrangement, c’est avec le champ lexical de la victoire que le ministre Bruno Le Maire a salué la défaite en rase campagne des espoirs européens de son président Emmanuel Macron.(...)

    Mérite d'être lu en entier .









    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant d'être un support d'une certaine catégorie, Le Monde était un journal d'information et il a encore de beau reste comme le prouve cet article.
      Mais une hirondelle ne fait pas le printemps, et le paté d'alouette sur la recette : autant d'alouette que de cochon, un de chaque, n'invalide pas les remarques faites sur le déséquilibre dans la publication des points de vue.

      Supprimer
  8. L'avenir : les rêves de Juan et de ses commentateurs, et des prévisions plus argumentées : on est mal barrés !

    Ce qui deviendra irréversible si Trump est réélu en 2020

    https://f7td5.app.goo.gl/Du4YL

    RépondreSupprimer
  9. Juan,

    Et si vous abordez ce sujet-tabou, dans votre prochain billet ?

    http://m.leparisien.fr/amp/politique/ces-insoumis-tentes-par-le-rassemblement-national-18-06-2019-8095602.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous en voulez un autre de sujet tabou. Parlez nous des ventes d'armes pour l'Arabie Saoudite surtout après les dernières révélations de l'enquête sur l'assassinat du journaliste J. Kashoggi. Votre gourou va-t-il suspendre ces ventes ? Va-t-il, comme avec les gilets jaunes, faire preuve d'une incroyable fermeté ? Quel suspens intenable !!!

      Supprimer
  10. valeurs actuelles ne soutient pas Macron !
    et d'ailleurs cela me désole!!

    RépondreSupprimer
  11. Avec sa récente déclaration à Genève, Macron se veut être le champion du "capitalisme libéral" contre Trump, le champion du "capitalisme autoritaire." Autoritaire ou libéral, un capitaliste reste un capitaliste qui poursuivra jusqu'à l'absurde et l'intolérable cette "liberté" de prendre aux autres pour maximiser continuellement les profits. Il n'y a donc pas de différence fondamentale entre ces deux Présidents qui pour maintenir l'utopie de l'économie de marché, chacun à leur manière, disent n’importe quoi sans se préoccuper du vrai ou du faux. L'important est d'occuper le terrain en harcelant ses ennemis de "bullshit". (Harry Frankfurt: On Bullshit, 2005. En français: De l’art de dire des conneries)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien qu'on m'explique, entre le capitalisme d'État de ma Chine et le retour au protectionnisme de Trump, où se trouve le libéralisme dans le monde d' aujourd'hui

      Supprimer
  12. oui ce qui m'énerve au plus haut point c'est tout ces gens de droite qui ne soutiennent pas MACRON
    tu peux leur expliquer leur erreur Juan ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Soyez poli, et ne trollez pas.