Pages

17 août 2019

Se réconcilier avec Macron ? 640ème semaine politique

 

 

Il est de plus en plus bronzé. Il reçoit Poutine et madame dans son Palais d'été pendant que ses fidèles trolls braillent leur haine de l'autocrate russe sur les réseaux sociaux. Quelle ironie de constater ce décalage absurde...


Le beau discours
A Saint-Raphaël, Emmanuel Macron, très bronzé, livre un beau discours en l'honneur des soldats africains qui se sont sacrifiés pour libérer la France. Il demande aux maires de France de nommer des rues en leur nom: "Ils ont redonné à notre pays sa liberté et sa dignité. Nous ne vivrions pas libres sans ces héros. La Nation leur en est à jamais reconnaissante." Il a raison, il a aussi raison qu'il est hypocrite. Il célèbre cette "part d'Afrique" de la France, il tait cette part d'Afrique qui se noie sous nos yeux, sous ses yeux, en Méditerranée. Il tait ses tortures infligées aux migrants. Il tait cette ibcapacité européenne qui rend l'accueil d'une poignée de migrants comme un effort surhumain.

Trois jours avant ce beau discours du jeune monarque, l'unique survivant d'une barque d'une quinzaine de passagers a été sauvé par les forces maltaises. Pendant deux semaines avant ce beau discours, un bateau de l'ONG "Open Arms" a dû patienter en mer, avec 147 migrants à bord, avant que France, Allemagne, Roumanie, Portugal, Espagne et Luxembourg ne se répartissent enfin la troupe de pauvres diables. Au moment même de ce beau discours, l'Ocean Viking, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, dérivait encore avec 365 réfugiés à bord, dont 103 mineurs, entre l'Italie et Malte.  Macron, bronzé, était nécessairement éloquent à propos du rôle des soldats africains dans la libération du pays, qu'il célébrait avec un Nicolas Sarkozy si ravi. Il était aussi éloquent qu'il sait être taiseux à propos de sa politique xénophobe.



A Biarritz en cette fin d'août, le jeune monarque reçoit pour un G7. Il a un "message féministe" à porter, apprend-t-on sur le site de l’Élysée. Il faut "favoriser l'émancipation économique des femmes". En France, il a nommé un gouvernement où tous les ministères régaliens, sauf la défense, sont occupés par des femmes; son chef de groupe à l'Assemblée est un homme, la présidence de l'Assemblée est tenue par un homme, tous les directeurs de cabinets ministériels sont des hommes. Macron a le féminisme politique qui fluctue. Il a bien une sous-ministre à l'égalité femmes-hommes qui fait très bien ce pourquoi elle a été embauchée: agiter les bras, faire des selfies, faire des discours creux pour faire croire qu'on agit. Marlène Schiappa sert utilement la Macronie à masquer l'inutilité de l'action gouvernementale. Prenez les féminicides, il suffirait d'instructions claires de prendre toutes les plaintes, d'instruire tous les cas; il suffirait de moyens humains et financiers pour établir des parcours de sortie des violences, plutôt que de réduire les budgets ; il suffirait de généraliser les mesures de prévention et d'éloignement des violents. Il suffirait d'un plan de formation. Bref, il suffirait d'autres choses que des mots et du brassage de vent.


Pour prouver la détermination féministe du jeune monarque, et occuper les visiteurs pendant l'inactivité politique de cette période de congés, on avait publié sur le site du Palais de belles formules du monarque sur l'émancipation des femmes et l'égalité des sexes, un florilège de très beaux discours, avec des photos de Macron parlant avec attention et sourire compatissant avec des femmes arabes et noirs, parfois voilées: "Il est temps que notre monde cesse de faire des femmes des victimes et leur construise enfin la place qu'elles méritent, celle d'être aussi des leaders !" (discours à l’Assemblée Générale des Nations Unies, le 25 septembre 2018). Oui, il est temps, n'est-ce pas ? Macron a raison, bien sûr. D'ailleurs, "la France agît de manière concrète", pour preuve, "d'ici 2022, 50% de l'aide publique au développement devra être affectée à des mesures en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes." (tiens, finalement, la hausse de la dite Aide au développement a été encore une fois repoussée...)... Fichtre... D'ici 2022... La cause des femmes est comme l'écologie, les ambitions sont d'autant plus fortes que les échéances sont lointaines.

On oublierait presque les accolades et gros contrats avec les plus grandes dictatures islamistes du globe. Quand l'Arabie Saoudite a fait tuer puis broyer l'un de ses opposants dans son ambassade en Turquie, Macron fut l'un des derniers et des plus gênés dirigeants occidentaux à s'en inquiéter. Même Trump, dont la boussole morale est pourtant source de railleries en France, fut plus courageux. Macron a la démocratie et le féminisme qui s'arrêtent là où commence le commerce. En avril 2018, le royaume saoudien est venu confirmer pour 18 milliards de dollars de commandes françaises. Cela méritait quelques accolades et quelques bises élyséennes.




La belle réconciliation
Le 17 août,  Emmanuel et Brigitte sont à Bornes-Les-Mimosas. Le jeune monarque en appelle à la "réconciliation." Oh oui, la réconciliation... C'est important en République: "Notre pays parfois se divise et nous avons vécu ces derniers mois des moments difficiles de division, parfois de violence, dont il nous faut savoir sortir. Il y a parfois des bonnes raisons d'être en désaccord et il faut les respecter, il y en a d'autres que l'on peut contester, il faut savoir toutefois les entendre." Cet homme a moqué "Jojo le Gilet Jaune", les "Gaulois réfractaire", les "fainéants" qui s'opposaient à la Loi Travail, les "gens qui ne sont rien", ou ces pauvres qui coûtent "un pognon de dingue."

Macron a raison, " il ne faut jamais oublier que quels que soient les désaccords, aux grands moments de notre histoire nous avons su nous réconcilier pour avancer." Pour taire certains "désaccords", Macron a lâché les forces de l'ordre, il a lâché les brides: deux morts, trois cents blessés dont 24 éborgnés, 5 mains arrachées. On n'avait pas vu cela depuis 50 ans.

Le jeune monarque, trop bronzé et trop souriant, donne des leçons de réconciliation. Il a fait voter une loi contre les lanceurs d'alerte qui dérangent le secret des affaires, les "Fake News"  qui ne ne collent pas avec sa réalité, une autre pour permettre à la police, sans jugement, d'interdire sans preuve le droit de manifester à un opposant. Une autre encore pour réduire le délai de dépôt de dossier d'asile. Macron a raison, la réconciliation est importante. Mais l'Histoire de France montre aussi que cette réconciliation nationale passe souvent par exclure les dirigeants qui se l'approprient pour survivre.

Macron a célébré l'immonde Pétain.

Macron a abimé, clivé, dégradé, descendu la République, et ce n'est pas fini. Il est bien temps de se réconcilier.

Mais sans lui, sans doute.

Le beau bilan
Cette semaine, la nouvelle que le chômage baissait en France a réjoui et soulagé les fans de la Macronie. La nouvelle était heureuse: Macron avait rendu des dizaines de milliards d'euros d'impôts et de cotisations sociales aux plus riches, aux ultra-aisés, aux grandes entreprises qui délocalisent quand même, et aux spéculateurs en tous genres. Il fallait que ça ruisselle au moins un peu. Pour financer tout cela, il avait annoncé un plan d'économies sur les services publics, demandé des "efforts" aux infirmières, aux chômeurs, aux actuels puis aux futurs retraités, aux bénéficiaires des allocations sociales qui furent toutes, sauf deux, rapidement gelées; aux fonctionnaires dont il poursuivit le gel des traitements. Bref, 28 mois plus tard, le ruissellement se faisait tarder. Pire, le nombre de créations d'emplois privés est divisé par deux en 2018 par rapport à 2017, et voici maintenant que l'économie française ralentit à cause des tensions internationales ....

En réalité, ces chiffre de l'INSEE sont une nouvelle exécrable: le chômage baisse parce qu'il y a moins d'actifs. Le taux d'activité des 15-24 baisse, celui des 25-54 également: "la part de ceux en âge de travailler qui sont totalement sortis du marché du travail (ils n’ont pas d’emploi et n’en cherchent pas) a augmenté cette année", explique Alter-Eco, "ce qui interrompt une tendance à la baisse quasi continue depuis 10 ans malgré la crise."

Pire, le "halo autour du chômage" augmente nettement au deuxième trimestre: quelque 1,5 million de personnes souhaitent un emploi sans être considérées au chômage, ce "halo" a augmenté de 63 000 personnes au cours du second trimestre 2019. Pour réduire le chômage, la Macronie a choisi de précariser les chômeurs en réduisant leurs indemnités et leur accès à l'indemnisation (alors que la moitié des chômeurs n'est déjà pas indemnisée), et de "flexibiliser" le travail privé puis public, avec la loi de réforme de la fonction publique publiée cet été, - CDD de projet, inversion de la hiérarchie des normes, réduction des instances représentatives des employés. Bref, il s'agit surtout de décourager les actifs, et de favoriser l'essor de ce micro-entreprenariat qui n'est autre qu'un retour à l'esclavage salarial des premiers temps de la Révolution industriel. Rares sont celles et ceux à avoir ainsi retenu que la nouvelle loi LOM cache une nouvelle protection juridique des multinationales contre d'éventuels recours aux prud'hommes contre cette fraude à la Sécu et au droit des salariés que constitue l'auto-entreprenariat.

La Flat Tax rapporte davantage que prévu (400 millions d'euros de plus que prévu), davantage même, d'après de savants calculs, que l'ancienne imposition fiscale et sociale des dividendes. Sans rire... Sans blague ! La Flat Tax rapporte davantage car étant proportionnellement moins lourde au portefeuille des actionnaires, les entreprises ont décidé de verser davantage de dividendes: "l'allégement de la fiscalité a bien  relancé les versements de dividendes , entraînant par conséquence des recettes plus généreuses" explique le quotidien Les Echos, auteur du fameux scoop. L'année 2018, récompensée par les versements en 2019 fut à ce titre un nouveau record (+24%).

Les beaux amis
Le 15 août, Emmanuel Macron avait invité Nicolas Sarkozy aux cérémonies du débarquement de Provence, lequel Sarkozy avait évidemment accepté. François Hollande a préféré bouder. Il faut reconnaitre que Macron est une créature née du quinquennat Hollande, qui s'est fondu dans les habits de Sarko. Le jeune monarque adore Sarko. Il a endossé son programme, puis lui a piqué son électorat. On peut comprendre son double respect. Mais Sarko le lui rend bien. A Saint-Raphaël, il était là et souriant, bronzé aussi.

C'est avec prudence et délicatesse, nous promet-on, que Macron aborde la rentrée. La réforme des retraites visera à réduire les pensions car à force de chômage persistant et d'exonérations massives de cotisations sociales (CICE, flat tax), les régimes sociaux sont moins bien financés, la croissance de leurs recettes ne suit pas la progression de leur dépenses. Les macronistes travaillent donc "avec délicatesse" à cette réforme. Ils ont même renommé les termes qui fâchent et stressent.

La novlangue fait des merveilles. Ne dites plus "âge de départ", mais "âge d'équilibre", c'est plus joli, et cela ne met pas le jeune monarque en contradiction avec ses propos publics devant des journalistes lors de l'une de ses rares conférences de presse. En mai dernier, il avait promis de ne pas toucher l'âge de départ à la retraite (mais lequel ?) ni la durée de cotisations. Finalement, la réforme prévoit d'affecter les deux... Macron est champion. Partez quand vous voulez à la retraite... mais en deçà de l'âge d'équilibre désormais de 64 ans, il vous en coutera une décote... Qu'importe si depuis quelques années, l'âge en bonne santé ne recule plus.

On vit plus vieux, mais plus mal.

Le monarque est jeune, il est bronzé. Il fait la bise à Sarko, il accueille Poutine dans l'intimité de sa résidence d'été.

Qu'importe le reste.




23 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La censure, maintenant, Juan ?
      Vous rendez-vous compte que cela ne fait que confirmer le contenu de mon message censuré ?
      Elie Arié

      Supprimer
  2. Essayons autrement...Article de Libération : "Comment le président français a marqué des points au Kremlin " :

    https://www.liberation.fr/planete/2019/08/18/comment-le-president-francais-a-marque-des-points-au-kremlin_1745934

    Elie Arié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si Arié Unkown n'est pas Macron finalement ?
      En tout cas son combat "seul contre tous" à la mérite de la persévérance (... mais malheureusement que celui-là).

      Supprimer
    2. Non, je suis plutôt hostile à Macron, je ne voterai pour lui qu'en cas de nouveau duel avec une Le Pen.
      Mais ces billets manichéens exclusivement à charge et parfois faux ( voir commentaire censuré 😁 )me rappellent les réquisitoires de Vichinsky lors des grands procès staliniens.

      Supprimer
    3. Ah bon, c'est fini la macromania?
      "Fini les "gazou"! Terminé les "gazou-gazou"!
      https://www.dailymotion.com/video/xqdwg6

      Supprimer
  3. Salut, Doc ! Et les autres itou...

    "Non, je suis plutôt hostile à Macron, je ne voterai pour lui qu'en cas de nouveau duel avec une Le Pen."

    Non, Doc ! Il est indigne d'être "plutôt" hostile à Croncron !
    On est hostile tout court ou pas, et donc favorable dans ce dernier cas.

    Comment choisir entre la peste et le choléra ? Entre le Monarque et la Bête Immonde ???

    Doc, ça ne va pas tout ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah là là, cette façon de raisonner par clichés !
      Le choix entre la peste et le choléra est vite fait; la peste est facilement guérissable par beaucoup d'antibiotiques, le choléra par aucun .
      Les Bêtes Immondes sont Immondes, il y a eu d'excellents Monarques.

      Supprimer
  4. Juan,

    Autre erreur dans votre billet : les illustrations à première vue amusantes sur le ruissellement.

    Bien sûr qu'en réalité le ruissellement marche, et à toujours marché (social-démocratie, Trente glorieuses, etc.; mais ce qui a changé, avec la globalisation, c' est que le ruissellement ne se fait pas dans le pays du profit ! Les IPhones s'achètent en Occident et au Japon, mais se fabriquaient en Chine où ils créent les emplois.

    Élie Arié

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai le "ruissellement" fonctionne: 46 milliards d'euros distribués aux actionnaires du CAC 40 sur les 6 premiers mois de 2019.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Archiloque
      Et bien,puisque c'est si facile, pourquoi n'achetez-vous pas des actions,dans la mesure de vos moyens ?

      Elie Arié

      Supprimer
    2. @ Archiloque
      Et bien,puisque c'est si facile, pourquoi n'achetez vous pas des actions dans la mesure de vos moyens ?

      Supprimer
    3. La théorie du ruissellement prône que l'argent des plus riches va vers les plus pauvres quand les riches paient pas où peu d'impôts. Or l'histoire des nations montre que c'est l'inverse qui est vrai, la redistribution des richesses vers les plus pauvres est le fait de fortes impositions sur les plus riches, comme à l'époque des "30 glorieuses". De nos jours les écarts de revenus augmentent dans des proportions jamais vues au fur et mesure que baissent les impôts des plus riches.

      Supprimer
    4. Archiloque, vos propos vont faire "ruisseller" les "objections attendues et mille fois entendues" des néo-cons que Régis Debray formulaient ainsi: "Si vous n'acceptez pas le désormais fameux "Actionnaires de tous les pays, unissez-vous!", vous ne serez pas seulement un puritain ranci mais un être de ressentiment, indécrottablement tiers-mondiste et populiste, sinon derechef maurrassien. On ne sait que trop où conduit l'animosité envers les riches et l'image d'Epinal du sans-grade, de l'obscur et du petit Blanc: à la dictature et au fascisme." (2008)

      Supprimer
  6. @eli: vous devriez aller voir ailleurs. je n'ai même plus envie de répondre tellement vos arguments n'en sont pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Juan
      Mes arguments se bornent à vous faire remarquer que ce qui a si longtemps fonctionné au niveau national fonctionne toujours, mais au niveau mondial depuis que l' économie s'est globalisée.
      Vous ne prenez jamais en compte, dans vos analyses, la globalisation, qui est, pour l'essentiel, un immense transfert des richesses de l' Occident vers le Pacifique ( à chacun son tour...)

      Elie Arié

      Supprimer
  7. « Pourquoi un barbier péruvien, tout aussi efficace que son collègue norvégien, gagne-t-il 10 fois moins? »...« pourquoi les pays se spécialisant dans l’agriculture ont non seulement une agriculture beaucoup moins moderne que celle des pays avancés, mais qui plus est, il y sévit disettes et famines? », l'économiste Erik S Reinert a expliqué que la "mondialisation" (colonialisme justifié par l'innovation et la spécialisation - Smith & Ricardo) laisse croire qu’une nation peut se développer indépendamment de la nature de ce qu’elle produit : vous deviendrez tout aussi riche en vous spécialisant dans l’exportation de bananes que dans la production de voiture. Ce qui est faut car les pays qui s'enrichissent jouent la carte de l'industrialisation diversifiée avec "ouverture des marché" ou "protectionnisme" comme ça les arrange.(surtout quand ils disposent d'une armée et d'armes trés puissantes). A ce petit jeu la multitude des petites nations n'ont que leurs matières premières à vendre et hors grosse production pétrolifère (sous protection des puissants), ils s'appauvrissent. Cet appauvrissement génère un exode de population vers les pays riches, amplifié des phénomènes de réchauffement climatique et de géopolitique. La globalisation de ces dernières décennies n'est qu'un avatar relooké du système capitaliste du XIXe siècle (tansfert de richesses d'un lieu à un autre se terminant en grave crise mondiale) et qui est en train de subir un retour de bâton, genre "Grande transformation", voir Polanyi. De "tragédies" en "farces" ou l'inverse, l'histoire se répète...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Robert Spire

      Analyse intéressante, mais je ne crois pas à la dernière phrase: l' Histoire ne se répète jamais, parce que le contexte, même s' il paraît inchangé, est est en réalité toujours diférent ( " On ne se baigne jamais deux fois dans la même rivière ", Epictète,), et les mêmes mécanismes débouchent toujours sur des situations inédites.

      Elle Arié

      Supprimer
    2. Certe le monde évolue sur le plan sociétal, mais les diktats du marché récompensent depuis longtemps la rente avant le travail. Cette situation, aux graves conséquences, n'est pas inédite même dans sa période atténuée des dites "30 glorieuses".

      Supprimer
    3. @ Archiloque
      Le marché n'est pas un diktat, c'est un travail qui exige un savoir-faire ( est-ce que.le lance ce produit ? quelle clientèle je vise? à quel prix ? qui seront mes concurrents ? Je cherche à être moins cher qu'eux, ou plus cher mais de meilleure qualité ? etc.). C'est tout sauf une tente, puisqu'on peut aller dans le mur!

      Supprimer
    4. C'est cela...Bernard Arnault gagne 800 euros à la seconde à la sueur de son front.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.