13 octobre 2019

Premiers bilans, la Macronie est antisociale- 648ème semaine politique


La question se pose: de quel progrès social la Macronie pourrait-elle s'enorgueillir à mi-mandat ? La suppression de la Taxe d'habitation, dont 15% des Français étaient déjà exonérés ? Plutôt que sur la crise d'urticaire de Jupiter à cause d'une nomination avortée à la Commission européenne, il vaut mieux s'attarder sur quelques premiers bilans fiscaux et sociaux. 

La Présidence des riches confirme son statut.


Cirque médiatique
Le jeune monarque est furax, et c'est surprenant. Alors qu'il savait la candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne abimée par une instruction en cours pour emploi fictif, il a quand même poussé à sa nomination en faisant pression sur les trois chefs de groupes (libéraux, conservateurs et socialistes).

Quand des parlementaires mettent en échec les désirs jupitériens, Jupiter "ne comprend pas". "On m’a dit “votre nom est formidable, on le prend” et puis on me dit finalement “on n’en veut plus”. Il faut qu’on m’explique." Sa colère publique est froide. Il laisse les superlatifs accusatoires à ses sbires dont la jeune secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes, ex-cadre de la banque, Amélie de Montchalin: C'est d'abord une crise institutionnelle majeure pour l’Europe parce que sans commissaire français, la Commision ne peut pas se mettre en route". Quand le parlement européen exerce l'un de ces rares droits, c'est une "une crise institutionnelle majeure pour l’Europe"...  Voilà de quoi donner envie d'Europe, n'est-ce pas ?

Cette affaire est ridicule. Ridicule non pas pour l'Europe, mais pour l'un de ses prétendus promoteurs, Emmanuel Macron. Elle témoigne de son mépris pour le fonctionnement de ces institutions. A en croire le Canard Enchaîné, le monarque s'est aussi agacé froidement contre BFM qui n'a pas souhaité retransmettre les 3 heures trente de son premier débat sur les retraites. Plus large fut la couverture nécessaire de son hommage aux policiers tués par le terroriste islamiste à la Préfecture de Paris. Le ministre de l'intérieur, qui a rapidement confirmé son statut de benet du gouvernement en réagissant trop vite à l'attentat, tente de se justifier.

Ces élucubrations ne sont que l'écume d'une présidence des (ultra)riches qui abime le pays. La nomination avortée d'une libérale à la commission européenne amuse la gallerie médiatique. Les déboires de Rantanplan-Castaner font sourire ou inquiètent. Mais le travail de sape et de prédation contre la solidarité nationale suscite moins de commentaires.

Gâchis fiscal
Le Sénat s'est intéressé au premier bilan du ruisselement, la suppression de l'ISF et le plafonnement à un taux très bas des revenus du capital et de la spéculation (la fameuse "Flat Tax"). Et la conclusion est, provisoirement, sans appel: il est impossible de savoir si ces milliards de cadeaux aux plus plus fortunés et plus aisés du pays ont servi à grand chose..."Quand bien même des effets se seraient déjà produits, l’absence de données microéconomiques ne permettrait pas de les déceler avec certitude."
  • La réforme d’Emmanuel Macron a rapporté 1,7 million d’euros à chacun des 100 Français les plus riches (1,2 million pour l’ISF et 0,5 million pour la flat tax).
  • Sur l’ensemble des contribuables qui payaient l’ISF, le gain est en moyenne de 8.338 euros par personne. Mais cette moyenne est trompeuse: 5 % des foyers aux revenus les plus élevés perçoivent 57 % des gains dus à la réforme de l'ISF. Les Sénateurs, comme les auteurs d'un premier rapport pour le gouvernement, confirment que la réforme a été très favorable aux hauts revenus. Et pour la flat tax, les gains sont captés par les 15 % de foyers aux plus hauts revenus...
  • La flat tax a coûté 500 millions de moins que prévu grâce à un surcroit de distribution de dividendes: "Les premières données montrent que cette réforme a eu un effet conséquent sur les versements de dividendes." expliquent les auteurs du rapport pour le Sénat. En novlangue libérale, on dit que la réforme a "rapporté" 500 millions d'euros de plus que prévu. Ce qui est vrai, mais occulte l'élément le plus essentiel: l'instauration de la Flat tax a baissé les recettes fiscales et sociales.
  • Le coût de la réforme est de 4,5 milliards d'euros par an: 3 milliards sur l'ISF; et entre 1,4 milliard et 1,7 milliard d'euros pour la flat tax, sans tenir compte de la hausse des dividendes qui a été observée en 2018.
Autre "révélation" de la semaine, le CICE a plombé les comptes publics davantage sue prévu, pour une efficacité en matière d'emploi quasi-nulle. Entre 2016 et 2017, le coût du CICE est passé de 49,4 milliards d’euros à 55,3 milliards d’euros, soit une hausse de 11,3 %. Merci François Hollande... Macron l'a transformé en une baisse pérenne des cotisations patronales à compter de janvier 2019.

Pour l'an prochain, l'examen du projet de budget a permis de dévoiler que la Sécu va perdre 4 milliards d'euros à cause des nouvelles réductions de cotisations sociales décidées par Macron, pour l'essentiel non compensées par l'Etat. Ces 4 milliards de pertes proviennent de la baisse de CSG pour les retraités, des heures supplémentaires désocialisées depuis janvier, et de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat.

On connait la suite de cette histoire - quelques éditocrates s'inquièteront de cette Secu déficitaire. Et la Présidence des Riches prendra les "mesures nécessaires qui s'imposent", à savoir réduire les prestations sociales, les pensions et/ou les indemnités chômage. On argumentera, à raison, que les prélèvements obligatoires sont encore élevés. On mentira ensuite par omission, à dessein, en occultant que l'essentiel des dépenses "obligatoires" (santé, éducation, retraite, chômage) ne sont qu'une socialisation de dépenses qui de toutes façons existeraient dans un système privatisé. Aux Etats-Unis où la pré-campagne présidentielle fait déjà rare, le coût de la seule santé est de 17% du PIB . D'après l'OMS, les Américains dépensent plus de deux fois plus que les Français en soins médicaux par habitant.

Bref, Macron donne d'une main (9 milliards d'euros d'économies nettes annoncées pour les ménages) ce qu'il reprend de l'autre, comme  la réforme de l'assurance chômage (3,8 milliards d'economies),  ou la hausse non compensée de la fiscalité énergétique (+2,4 milliards), ou la réduction de ... 4,2 milliards du budget de la Sécu par rapport à la progression naturelle de ses dépenses (quelle coïncidence !), dont 830 millions sur les hopitaux, 920 millions en déremboursement de médicaments et 600 millions sur les actes médicaux. Par ailleurs, les prestations sociales

A propos du chômage, même le gouvernement s'attend à une forte hausse du nombre de chômeur en fin de droits - 375.700 bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique, soit +10 %.

Précarisation des salariés, premier bilan
Sur le terrain de l'emploi, deux études donnent un éclairage redoutable sur la politique de l'emploi de la Macronie. Les prud'hommes ont publié leur évaluation.

Et le gouvernement a aussi rendu public sa propre étude sur la mise en oeuvre des ordonnances Travail de l'été 2017, une évaluation qualitative", en ce sens qu'elle ne concerne qu'un échantillon faible d'entreprises, pour mieux évaluer les impacts de la loi dans les moindres détails.

Rappelons les reculs sociaux portés par cette réforme: primauté de l’accord d’entreprise sur l'accord de branche; création du "CDD de projet", suppression des CE, DP et CHSCT au profit d'une instance unique (le CSE), création de la rupture conventionnelle collective; assouplissement des règles qui gouvernent les licenciements pour motif économique telle que l’obligation de reclassement, l’ordre des licenciements, le périmètre géographique de l’appréciation du motif économique, plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Reprenant l'odieuse antienne de la droite, et de François Hollande, sur la prétendue "peur d'embaucher", Macron avait sabré dans le Code du Travail pour précariser davantage les salariés et améliorer le rapport de force en entreprise en faveur des employeurs. Le résultat de ces études est assez lumineux, les salariés ont bel et bien été davantage précarisés depuis deux ans:
  • Le nombre de contentieux prud'hommaux ont baissé de 15 à 20% par an (120 000 recours en 2018 contre 150 000 en 2016), malgré un contexte social toujours tendu.
  • Les saisies prud'hommales des salariés modestes sont en chute libre, alors que les cadres continuent de porter plainte autant qu'avant. En d'autres termes, "grâce" à la réforme Macron, seuls les contentieux à fort potentiel de gain, "le contentieux 'des riches'" est "rentable". Ce que l'on constate, c'est que ceux qui sont éjectés des conseils de prud'hommes, ce sont les pauvres et les précaires."
  • Le nombre de dossiers de harcèlement et de discrimination, deux causes qui échappent au plafonnement des indemnités imposé par Macron, a sans surprise explosé.
  • L’encadrement des indemnité est parfois contesté, voire pas appliqué du tout.
  • Les salariés préfèrent accepter des transactions modestes de peur de rien toucher aux prud'hommes.
  • En entreprises, le nombre de réunions des représentants du personnel a chuté. La réduction du nombre de représentants a aussi été facilitée par la possibilité de créer des établissements autonomes - "diviser pour régner". "Le passage au CSE renforce la logique de concentration et de centralisation" note les auteurs de l'étude de Matignon.
  • L'assymétrie des négociations sociales, en faveur des employeurs, s'est renforcée. "On ne peut donc pas dire que les négociations se soient produites dans un contexte d’équilibre entre les parties prenantes",
Le ruissellement se fait attendre, la crise non, et la précarisation du plus grand nombre non plus. Depuis l'élection de Macron, la croissance si chère à Macron et si chère pour le pays a reculé de 2,3 à 1,3% du PIB annoncé poru l'an prochain. Les macronistes accusent le monde extérieur, et parient sur une "reprise de la consommation".

Serait-ce la fin de cette "politique de l'offre" si vieille, si obsolète ?

Ami castor, où es-tu ?





44 commentaires:

  1. Eh ben ? Keski fout, M'sieur Arié ? Ça fait au moins une heure que le taulier a rendu sa copie, et toujours rien ? Je m'inquiète, je m'inquiète…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout serait à reprendre point par point, il faudrait que j'y passe la journée ( ah, j'adore cette baisse de recettes de la Sécu à cause d' une diinution de la CSG des retraités...mais des seuls retraités aux pensions les plus faibles, après l'avoir augmentée pour tous ! Et tout le reste à l'avenant. )
      Non: à ce niveau, j'abandonne

      Supprimer
  2. Diminuer les impôts des plus riches, en s'attendant à un ruissellement, ça a été expérimenté dans plusieurs pays, ça n'a jamais beaucoup ruisselé, et ça n'a fait qu'augmenter les inégalités. Voir les USA, où cette théorie fumeuse est appliquée depuis des années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Zap Pow
      Dans une économie globalisée,le ruissellement ne se fait pas nécessairement dans le pays où on a baissé les impôts des plus riches.

      Supprimer
  3. Très bon "résumé "..
    Que cache cette précipitation à démolir les régimes spéciaux des retraites sous prétexte d égalité...
    Quant au ruissellement il n'aura jamais lieu ...
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des privatisations sont dans les tuyaux, FDJ, EDF, hôpitaux...Tout pour l'actionnaire.

      "Un actionnaire, c’est-à-dire un homme bénéficiant de l’action des autres." (Robert Sabatier)

      Supprimer
    2. Mais qu'est-ce qui vous empêche de placet toute votre épargne en actions, puisque, d'après vous, un actionnaire s'enrichit sans risques et sans rien faire ? Vous nous cachez quelque chose, là !

      Supprimer
    3. @ Sylvie

      Quelle jolie façon vous avez d'avouer que l'égalité n'est plus une valeur pour les salariés, et que la seule chose qui les intéresse, c'est de maintenir, pour chaque profession, ses propres privilèges ! Les salariés Français ont glissé dans un régime corporatiste à la Salazar, "chacun pour soi !"

      Supprimer
  4. "Ce sont ces trois français, Jacques Delors, Michel Camdessus et Henri Chavransky, socialistes ou proches du PS, qui ont de manière décisive donné un sérieux coup de pouce à la mondialisation" (Rawi Abdelal de la Havard Business School - "Capital rules. The construction of global finance").
    Il y a quelques années Delors avait dit, lors d'une interview, qu'il avait réalisé pour l'Europe ce que les trusts lui ont demandé de faire. Donc plus de débats: « Lorsque j’ai lancé en 1984-1985, le projet de grand marché, la Table Ronde des Industriels a soutenu ce projet. Et aujourd’hui, j’ai lu le rapport, les industriels invitent les gouvernements à aller plus vite encore, et ce n’est pas moi qui leur dirait le contraire : nous avons bien besoin de cette poussée salutaire, sinon nous aurions tendance à ne pas aller au rythme où les événements vont. Cet avertissement est salutaire. Maintenant il faut aller à 140 à l’heure... »
    Aprés Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron passe la 5è vitesse...d'un véhicule sans freins.

    RépondreSupprimer
  5. Très bonne série de Tribunes Libres dans le Monde de ce samedi-dimanche, sur le thème " Le capitalisme est-il fini ?" annoncé en gros sur sa UNE. Sur 5 tribunes, une seule plaide pour le NON,(sur la base que si les Occidentaux sont maintenant hostiles à la mondialisation, c'est parce qu'ils en profitent moins qu'à ses débuts et moins que d'autres).

    Toutes les autres pour le OUI.
    Évidemment, toutes ces analyses raisonnent sur la seule base sur laquelle la question peut se poser, celle de l'économie globalisée, et il n'y est pas question de Macron : ce sont des articles sérieux !

    RépondreSupprimer
  6. Juan,

    Et si,au lieu d'écrire des billets si prévisibles, vous vous attaquiez à des questions qui posent vraiment problème ?

    https://www.causeur.fr/jeanne-bougrab-terrorisme-mesures-exception-151400

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs: peut-on dire de l'islam qu'il est une religion, dans la mesure où il n'accorde aucune importance à la foi ?

      https://www.marianne.net/debattons/billets/l-islam-n-est-pas-une-religion

      Supprimer
    2. Mais comment une question pourrait-elle poser un problème ?

      À l'inverse, un problème est-il capable de poser une question ?

      Supprimer
    3. Hé, ici on n'est pas sur un blog à prétentions littéraires ! (enfin, j'espère...)

      Supprimer
  7. Ah, pardon : j'oubliais que ce blog ne s'intéresse qu'à Macron :

    https://amp.lefigaro.fr/international/macron-a-trump-il-faut-faire-cesser-l-offensive-turque-au-plus-vite-20191012

    Sinon, que proposez-vous ? Une guerre contre la Turquie (armée de 700 000 hommes, quelques têtes nucléaires ) ?

    RépondreSupprimer
  8. Arié, cessez de poser des questions à la con! On n'est pas sur BFMTV !

    RépondreSupprimer
  9. En Pologne, le même scénario que partout ailleurs : les populistes religieux d'extrême-droite, déjà au pouvoir, remportent largement les élections aux dépens des démocrates libéraux :


    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/13/legislatives-en-pologne-victoire-des-populistes-en-vue-grace-aux-promesses-de-prosperite_6015352_3210.html

    Et en Hongrie, la "gauche"(?) ne remporte des grandes villes aux municipales qu'en s'alliant au Jobbik, parti ouvertemrnt néo-nazi et raciste,dont Orban n'avait pas voulu comme allié...

    RépondreSupprimer
  10. Passionnante, la démarche pragmatique et scientifique ( partir des faits, et non de l'idéologie et des idées reçues ) de la nouvelle prix Nobel d'économie Esther Duflo pour lutter contre la pauvreté...Aux antipodes d'un Martinez ou d'un Mélenchon ) :

    https://www.lepoint.fr/economie/prix-nobel-d-economie-esther-duflo-comment-vivent-les-pauvres-14-10-2019-2341123_28.php

    RépondreSupprimer


  11. Juan,

    J'ai trouvé cette interview de vous à Marianne, dans laquelle vous expliquiez combien il a été difficile pour vou, en 2007, de décider de bloguer 5 ans contre Sarkozy, à raison de 3 heures par jour pendant 5 ans, aux dépens de votre vie professionnelle et familiale.

    Et voilà que ça dure depuis 12 ans, que vous vous êtes engagé à continuer jusqu'à 2022 - soit 15 ans- et que vous continuerez ensuite, puisque ce n'est évidemment pas la gauche qui l'emportera en 2022.

    Franchement: compte tenu des résultats, est-ce que ça valait la,peine ?
    .
    https://www.marianne.net/politique/juan-sarkofrance-chroniquer-sarkozy-m-pris-3-heures-par-jour-pendant-5-ans

    RépondreSupprimer
  12. (suite)
    Mais il n'y a pas qu'elle ! les 2 autres co-prix Nobel d'économie ont mené des expériences passionnantes, très simples, et aboutissant à des résultats allant tout à fait à l'encontre de nos fausses certitudes jamais remises en cause ;

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-prix-nobel-deconomie-2019-decerne-a-la-francaise-esther-duflo-et-deux-americains_fr_5da42af7e4b087efdbb13253

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que je serai moins con à son âge...

      Supprimer
    2. intéressant, ..je pars de zéro, derrière la ligne, pas vraiment le souvenir de m'être penché sur un prix Nobel ou autre d'économie, ni récemment, pire: je n'y avais jamais pensé,
      à votre avis, d'être comme Greta une gonzesse aussi traitant de sujets merdiques, est-ce une coïncidence ? (je reste une bille)

      Supprimer
  13. Réforme des retraites : quelle est la meilleure solution, pour le long terme ? Analyse très claire :


    https://f7td5.app.goo.gl/7ShLn1

    RépondreSupprimer
  14. "Le "Prix de la Banque de Suède en mémoire d'Alfred Nobel" récompense des travaux expérimentaux sur "l'allègement de la pauvreté globale"" selon la phrase du Comité Nobel... Lol, ça fleure bon l'idéologie néolibérale pour de soi-disants scientifiques sans idéologie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evaluer objectivement et sans a priori ce qui marche ou ne marche pas dans la lutte contre la pauvreté = "idéologie néolibérale " et " pseudo-scientifiques " ?

      Supprimer
  15. Vous êtes idiot ou quoi ?
    E. Arié ne fait que troller , coloniser le blog .
    Personnellement je pourrais m'en passer et nul doute qu'il y aurait d'autres comentateurs pour participer .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand pn n'a rien à répliquer, on s'en prend à la personne du contradicteur.

      Supprimer
  16. Ce commentaire répond au premier de Didier Goux .
    Quand quelqu'un a si peu de limites ,est si envahissant et tend à imposer , tel le sparadrap du capitaine haddock, ses points de vue systématiquement contraires.
    Qu' E.Arié crée son blog et je me ferais une joie de l'ignorer car rien de ce qu'il écrit depuis tant d'années ne m'intéresse tant c'est convenu et correspond au MST , tout ce qui nous est asséné partout dans tous les médias publics ou privés sans qu'il ne me soit possible d'y échapper , pourquoi l'appeler ?
    Il vous manque , il vous amuse ? Moi pas !
    Elie Arié est un néolibéral convaincu , admiratif de la mondialisation et serviteur fidèle du système .
    Ses opinions ,ses réponses obsessionnelles , qui confinent au harcèlement vis à vis de Juan , ne m'intéressent pas .
    Il devrait être possible d'y échapper !
    Un peu d'oxygène !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'expliquer quelles sont mes opinions, mais vous n'y êtes pas du tout.

      Supprimer
    2. Je ne saurais mieux dire ; ignorer ce sénile docteur grand défenseur d'un système digne du moyen âge

      Supprimer
    3. Aux 2 précédents : je laisse Juan lui-même vous expliquer ce que je pense, dans un article datant de 2012 :

      https://www.paperblog.fr/5493414/le-declin-de-la-france-ou-la-lecon-de-pessismisme-d-elie-arie/amp

      Supprimer
    4. Et j'ajoute, à l'intention de malbrough et de Belgique cette pensée de Georges Courteline :

      " Passer pour un imbécile aux yeux d'un idiot ( dans ce cas particulier: de 2 idiots) est un plaisir de fin gourmet "

      Supprimer
    5. @ Jean-Marie Belgique

      Le Moyen Âge, période de libéralisme économique ! Celle-là, il fallait l'oser !

      Supprimer
  17. Macron peut-il perdre sa majorité à l'Assemblée ? ( Il n'y a pas toujours besoin de nouvelles élections pour cela, c'est déjà arrivé en Allemagne et en Italie )


    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/10/15/la-lente-erosion-du-groupe-lrm-a-l-assemblee_6015522_823448.html

    RépondreSupprimer
  18. @ Juan

    Franchement, rien que votre première phrase, vous trouvez que c'est sérieux ? Je la copie-colle :

    " De quel progrès social la Macronie pourrait-elle s'enorgueillir à mi-mandat ? La suppression de la Taxe d'habitation, dont 15% des Français étaient déjà exonérés ? "

    Et en exonérer les 85% restants ; ça ne représente rien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ! me concernant. En effet, citoyen français demeurant-souscripteur, je persiste (!) à payer l'impôt local.
      (le pseudo, l'intitulé désigne parfois qql autre option, inclus des plus monstrueuses)
      "Je" ne ramène pas à moi (aurait dit Marguerite Y) n'étant pas l'unique résident de la localité; là bourg.
      A moins d'y voir une espèce (€) de privilège ?! car la cité frontalière abrite (du verbe conserver) des vieux donc nantis (perso, crédit en cours) et mécréants (pas d'église, rare n'est-ce pas, seule une salle officie le verbatim culte muslim)
      Bref, conclure avant de trop m'égarer: snob mais économe, je vais compter sur moi-même (vieille pratique) pour comprendre, elle est déjà appréhendée, et résoudre peut-être cette anomalie.
      Sinon, doté de ce gratifiant pourcentage (0,001 % et qqls) m'essayer au loto !




      Supprimer
    2. Moi, je gagne à chaque tirage du loto les sommes que je n'y ai jamais jouées.
      Si les malheureux qui croient pouvoir devenir riches comme ça faisaient le calcul de tout l'argent qu'ils y ont perdu...

      Supprimer
  19. Quand la Française nouvelle prix Nobel d'économie s'en prend à Macron ( faudra choisir, les gars !) :



    https://f7td5.app.goo.gl/w9FFn7

    RépondreSupprimer
  20. @ Juan

    Toujours dans le cadre de "la politique antisociale de Macron " dont traite ce billet :

    https://www.liberation.fr/france/2019/10/15/agnes-buzyn-veut-encourager-les-plus-pauvres-a-se-soigner_1757707

    RépondreSupprimer
  21. Peut être aurez vous l'occasion d'en parler par la suite Juan ..
    C'est un sujet difficile à traiter car soit on est traité d'islamophobe soit de naïf favorisant l'islamisation.
    Et dans l'espace entre les deux où est passée notre humanité ..
    Un enfant avec sa classe était sûrement heureux de sa sortie de classe et d'être accompagné de sa maman . Il était dans un lieu hautement symbolique garant de la stricte application de la loi.
    Cette sortie de classe a été transformée en cauchemar par un membre du RN qui pour le coup aurait dû être virer du conseil et sanctionner par son parti .
    Et de quoi parle t on sur les plateaux et en assemblée , non pas du traumatisme de cet enfant mais du port du voile d'intégrisme et même de radicalisation .
    Est on au minimum capable de parler laïcité sans dire n'importe quoi ni en stigmatisant dęs que le RN en donne l'alibi.
    Quant à Mr Blanquer je ne lui reproche son opinion mais de mal choisir le moment de la donner quand il aurait dû en faire abstraction et soutenir cette mère et son enfant ...parce que oui elle avait le droit d'être là avec son voile !
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sylvie : Mea culpa ! Je me suis trompé, elle avait effectivement le droit de porter son machin, c'est une question qui relève du règlement intérieur de cette assemblée.

      On a mélangé ça, dans la discussion, avec le droit des mères accopagnatrices de sorties scolaires de porter leur machin "à condition de ne pas faire de prosélytisme "...ce qui n'est pas facile à démontrer @

      Supprimer
  22. Quelles sont les personnalités politiques les plus riches de France ? Quelques surprises !

    https://f7td5.app.goo.gl/rc7sw3

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir tou-te-s

    C'est vrai que Doc Arié est pénible car envahisseur de ce média. Libéral, certes, ses copier-coller du Figaro, du Monde et de bien d'autres en apporte un certain parfum. Soutien des libéraux ultra, sans aucun doute., il le proclame tous les jours.

    Lâchez nous, cher Doc, et les débatteurs sérieux viendront plus nombreux dans ces colonnes.

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.