5 octobre 2019

Pourquoi Macron est pénible - 647ème semaine politique

 

`

Le régime macroniste est une autocratie illibérale qui a besoin de temps à autre de ces pièces de théâtre jouées en "public" pour donner l'illusion d'une démocratie active et paisible.

Voici le Grand débat sur les retraites, tandis que l'accident écologique de l'usine Lubrizol près de Rouen a ravagé les exploitations agricoles environnantes. En coulisses pourtant, les arrestations, les jugements, la pression sur la moindre opposition; les non-dits sur la catastrophe de Lubrizol et un attentat islamiste au coeur de l'appareil de renseignement qui en dit long sur l'incompétence crasse du ministre Castaner.



Filtrages à Rodez (c) La Dépêche



Le Jupitershow reprend. Accrochez-vous.

Le jeune monarque aime les grands shows. Mardi, il en faisait des tonnes pour l'hommage à Jacques Chirac, un gars aussi sympathique que détestable politique. Après Simone Veil, Johnny Halliday puis Jean d'Ormesson, c'est le quatrième enterrement "people"  que Macron fait en grandes pompes.

Trop heureux du succès de son Grand Débat anti-Gilets Jaunes qui avait réussi à divertir l'attention médiatique et occuper les ondes de propagande macroniste pendant deux mois avant le scrutin européen, voici qu'il remet le couvert.

Macron a inauguré son "grand débat sur les retraites" à Rodez, "devant 500 citoyens réunis par le Groupe Dépêche". Les rues de la bourgade ont été vidées de leurs habitants. Les rues sont filtrées, les invités aussi. Une manif voisine, tenue à l'écart, ne rassemble pas grand monde. Depuis un an, combien de manifestants anti-Macron ont été arrêtés ? Le compteur des 6 premiers mois faisait état de près de 9000 personnes (à fin février). Et 2400 ont été placés en détention préventive à cause des différentes manifestations des Gilets Jaunes; ça calme les ardeurs, non ?

C'est le journal du coin qui gère l'opération.

Qu'un média local serve d'auxiliaire de propagande officielle ne choque plus.

Se mettre ainsi scène est une formule assurément gagnante: les questions sont posées par salve de 5 d'affilée, avant une réponse groupée du président. Cela empêche le droit de suite, si le président répond à côté, ou par une pirouette. Les questions sont minutées, mais le temps de parole présidentiel est sans limite. Macron ne lâche quasiment pas le micro, les questions sont finalement peu nombreuses.

Les contradictions orales au monologue présidentiel sont rares tellement les filtres à l'entrée de l'assistance venue écouter le monarque sont importantes (le simple port d'un Gilet Jaune vous vaut arrestation par la police). Elles sont si rares, qu'il suffit d'une égratignure verbale, d'un contre-argument qui chatouille pour que les médias l'isolent de son contexte (une longue péroraison présidentielle sur une réforme complexe et inégalitaire), et le monte en épingle pour mieux célébrer la répartie de Jupiter.

Qu'apprend-on de ce premier spectacle d'une longue séquence ? Pas grand chose. Macron ne sait visiblement pas combien coûte un hébergement en EPAHD, la salle grogne si fort quand il ment qu'il s'en tire d'une pirouette - "A 1500, 1700 euros/mois, vous avez un Ehpad... Euh ... Il faut qu'on repense notre système de dépendance. C'est un autre chantier."

Macron ment encore, sans qu'aucune question contradictoire ne lui soit posée ensuite sur le sujet, à propos des carrières de fonctionnaires (enseignants, infirmiers, policiers, etc): il explique qu'il faudra améliorer financièrement la progression des carrières si l'on dégrade en bout de course leur retraite. Or les rémunérations de la fonction publique sont ... gelées par son propre gouvernement... Qui ment ?

Macron est pénible dans ses oublis.

Quand un jeune homme lui demande s'il ne devrait pas mieux cesser de faire des hashtags sur l'écologie et agir vraiment pour l'avenir de la planète, Macron se défend en expliquant qu'il va fermer ... 5 centrales à charbon. Rien sur ces accords de libre-échange qui favorisent la destruction de l'environnement ou le report à la Saint Glin-Glin de tous les objectifs de transition écologique. Il ose même transformer la trahison de l'une de ses promesses en une victoire écologique - "Si la France n'était pas là, on serait reparti sur 15 ans pour le glyphosate" explique-t-il ainsi, au lieu de rappeler qu'il avait promis de l'interdire, et qu'il a préféré décaler de 3 ans une éventuelle prise de décision sur ce pesticide controversé.

Macron est pénible dans ses mensonges.

Macron rappelle que la retraite minimale pour celles et ceux qui auront suffisamment cotisé va être portée de 970 euros à 1000 euros, quelle générosité... Rien sur l'âge pivot, puisque c'est l'objet du débat. Macron est-il hypocrite ? Oui, car il ne cesse de répéter que les gens devront cotiser davantage. C'est une façon d'enfermer le débat. Compte tenu du vieillissement de la population, le coût des retraites, à régimes inchangés, devrait atteindre 15% du PIB d’ici une trentaine d’années (contre 13.8% actuellement). Pour financer, on aurait pu appeler à contribuer les revenus du capital et le capital lui-même, Macron a choisi l’exact chemin inverse, en multipliant les exonérations et réductions de contribution sociale pour le patrimoine et les revenus des plus riches. Mais le monarque aime prêcher la fin des impôts en France et même ailleurs dans le monde, comme la semaine dernière à l'ONU. Sur les retraites, il préfère reculer l'âge de départ à la retraite - via l'augmentation de la durée de cotisations - et dégrader les régimes salariés plus favorables.

On l'écoute encore dans cet habituel exercice de mépris hors-sol quand il parle de pénibilité. "Moi j'adore pas le mot de pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible". Oui le travail peut être pénible. Pourquoi tant de hiérarques, tant de patrons, tant d'éditocrates, tant de cadres supérieurs et ex-banquiers passent leur temps à contester la pénibilité de travail des classes populaires ? Il y a 7 ans d'écart d'espérance de vie entre un ouvrier et un cadre sup. Combien de fois faut-il rappeler cette évidence ? Macron fait mine de le reconnaitre ("Il y a des risques au travail qui ne sont pas les mêmes, quand on travaille de nuit, ce n'est pas pareil, quand on est exposé à des risques chimiques, quand on est exposé à des activités qui provoquent des troubles musculo-squelettiques, il est normal qu'on ait des 'bonus', qu'on prenne sa retraite plus tôt.") puis lâche un bel aveu : cette prise en compte de la pénibilité sera faite "au cas par cas, et non plus par statut". Or c'est justement la définition de conditions objectives par métier ou statuts, et non une hypothétique évaluation purement individuelle sujette à contestation, qui permet une prise en compte des carrières pénibles.

Macron est pénible par sa distance avec la réalité des gens.



Non-dits et incompétences
En coulisses, la réalité est loin des agitations souriantes et filmées du jeune monarque. Le 21 septembre dernier, une directrice d'école à Pantin et un professeur de SVT à Valbonne se sont suicidés dans leur établissement scolaire respectif. A Rouen, le scandale écologique de Lubrizol dévoile ses secrets jour après jour.

Un préfet relaye des explications lénifiantes sur l'absence de danger avéré après la dispersion d'un nuage de suie chimique d'une vingtaine de kilomètres au-dessus de la ville après l'incendie de 5000 tonnes de substances chimiques. "L'explosion de l'usine Lubrizol inquiète. Les gens constatent des pluies noires." relaye Jean-Luc Mélenchon. "Certains disent que la fumée brûle la gorge. Pouvoirs publics et médias sont quasi muets. Un site Seveso ne peut être inoffensif". Une dizaine de communes sont confinées - la rive droite de Rouen, Bois-Guillaume, Mont-Saint-Aignan, Isneauville, Quincampoix, Saint-Georges-sur-Fontaine, Saint-André-du-Cailly, La Rue Saint Pierre, Cailly, Saint-Germain Sous Cailly, Canteleu, Bihorel et Bosc-Guérard-Saint-Adrien.


Mais "tout va bien madame la marquise"

Il faut attendre 5 jours pour que sous la pression médiatique et politique, la Préfecture publie enfin la liste des produits chimiques qui ont brûlé. Samedi 4 octobre, 10 jours plus tard, on apprend que c'est peut être le double de quantité qui est partie en fumée. Mediapart révèle aussi que "l’usine de lubrifiants, classée Seveso seuil haut et donc soumise à un système de contrôle fort, stockait des matières premières et des produits finis dans un entrepôt de logistique, qui pourrait avoir échappé à la réglementation des installations classées, et par là même aux contraintes de transparence et de surveillance qui lui sont liées."


Le champs avoisinants sont couverts de suie. Mais le préfet ne démissionne pas. La Macronie est indulgente avec les siens. On entend Sibeth NDiaye, la porte-parole officielle, expliquer qu'une odeur nauséabondes n'est pas nécessairement toxique. La Macronie est pénible dans ses explications qui n'en sont pas, et dans son inaction écologique. 

La Macronie préfère les spectacles bien huilées à ces irruptions désagréables et contradictoires de la réalité qui troublent l'agenda officiel. Ainsi, la Convention pour le climat, l'un des derniers gadgets macronistes pour habiller l'inaction d'un semblant d'activité en la matière, est enfin constituée: 150 citoyens tirés au sort étaient conviés ce 4 octobre à discuter des mesures à prendre pour la sauver la planète. Les castors avaient cru élire un président volontaire, doté d'un programme ambitieux, avec une majorité politique solide pour agir enfin et "réformer". Mais "Macron l'écolo" préfère botter en touche vers cette commission gadget.

Parmi les membres du comité de pilotage, une lobbyiste d'une entreprise d'extraction minière...

Sans blague.

"Rien n’est interdit" assure le premier ministre Edouard Philippe en ouverture de la Convention. 

Sans blague.

Personne n'est dupe.


Plus grave encore, à la Préfecture de Paris, un agent, habilité secret défense depuis 2003, radicalisé islamiste tue quatre de ses collègues. Le préfet ne démissionne pas. Le ministre non plus. "La question de ma démission ne se pose pas" explique-t-il sur TF1 comme une auto-absolution. Bien au contraire. Castaner avoue benoitement l'incompétence crasse de ses services - "Cet homme n’a jamais présenté le moindre signe d’alerte ni de difficultés comportementales." Sur les ondes de TF1, le ministre charge les lampistes - "ses collègues savaient qu’il s’était radicalisé mais n’ont pas fait remonter l’information à la hiérarchie."


Castaner est incapable mais loyal. Il ne sera pas démissionné.

C'est le propre des autocrates de préférer la fidélité à la compétence de leurs collaborateurs.



Ami castor, où es-tu ?


26 commentaires:

  1. 1- Pourquoi un travail pénible ou dangereux ne devrait-il être indemnisé qu'à la retraite ? Il devrait l'être lorsqu'il est exercé, par un salaire plus élevé ( ce qui entraînera davantage de points pour la retraite - mais dans aucun système de retraites, par répartition, par points ou par capitalisation- on ne peut prévoir le montant de la retraite dans 20 ans, parce que personne ne peut savoir ce que seront alors la situation économique du pays, le niveau du chômage, etc.)

    2- Il est confirmé que des collègues du tueur de la PP savaient que c'était un musulman qui s'était radicalisé et qu'ils ont préféré ne pas faire remonter l'information. Pourquoi serait-ce au Ministre, qui ne disposait pas de l'information, de démissionner, plutôt qu'à ces collègues ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un il n'est rien confirmé quant au fait que l'info n'a pas été remontée au sujet du fonctionnaire de police.
      Deux on reproche à Castaner son manque de rigueur et de sérieux dans sa façon de communiquer...quand on ne sait pas on se tait et quand on se trompe on n'accuse pas les autres..Castaner ne peut plus incarner l'autorité nécessaire à l'exercice de sa fonction. Les policiers ne vont pas tarder à s'en apercevoir.
      Sylvie


      Supprimer
    2. Sylvie

      Mais si, il semble bien que le dossier de Castaner était vide lorsqu'il a déclaré que rien n'orientait vers un attentat terroriste :

      Tuerie à la Préfecture de police : ce que révèle le rapport interne remis à Christophe Castaner
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/06/tuerie-a-la-prefecture-de-police-ce-que-revele-le-rapport-interne-remis-a-christophe-castaner_6014453_3224.html

      et il est impossible que le ministre ait immédiatement sous les yeux les dossiers de tous les personnels des forces de police, suspects ou pas !

      Demander sa démission est une mesure purement symbolique qui ne changera rien à ce dysfonctionnement

      Supprimer
  2. Pour simplifier, pour les retraites ( extrait des Décodeurs du Monde ):

    Avec la retraite individuelle :

    Tous les travailleurs cotisent à une caisse et touchent leurs pensions une fois à la retraite,proportionnellement à ce qu’ils ont cotisé.Toutefois, ceux qui meurent jeunes (notamment les plus pauvres) auront accumulé beaucoup et en profiteront moins que ceux qui vivent plus longtemps.

    Avec une caisse commune (régime par répartition, système actuel) :

    Tous les travailleurs cotisent à un même système et touchent leurs pensions une fois à la retraite, en fonction de ce qu’ils ont cotisé.Ce système assure une forme de protection en garantissant une retraite quel que soit la période de retraite avant le décès.

    Avec un système par points :

    Les cotisations sont converties en points, qui eux-mêmes servent de base au calcul de la retraite.Ce système peut paraître plus simple, mais il ne règle pas tous les problèmes, notamment d’équité.









    RépondreSupprimer
  3. Lubrizol :uand le catastrophique principe de précaution si mal compris , relayé par les réseaux sociaux, diffuse des paniques irrationnelles :

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/lubrizol-des-premiers-resultats-tres-rassurants-sur-les-niveaux-de-dioxines-20191007

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Paniques irrationnelles"...LOL! Comment faire confiance aux propos d'Agnès Buzyn quand la plupart des membres (dont la ministre de la Santé) de ce gouvernement ont été pris en flagrant délit de mensonges.

      Supprimer
    2. Agnès Buzyn? Quel mensonge ?

      Supprimer
  4. « Une étude évalue, dans le secteur bancaire et de l’assurance, les mesures mises en place pour réduire le coût du travail. Le résultat est positif pour les actionnaires et négatif pour l’emploi."
    (...)Au vu de l’ampleur des sommes dépensées, les retombées apparaissent bien maigres. La CFDT banques et assurances a fait calculer le montant des allègements de fiscalité pour les entreprises du secteur et déterminer comment cette somme a été utilisée. Le sous-titre de l’étude en résume les résultats : « Pour 14 milliards, t’as plus rien ».
    Sont notamment pris en compte le Cice, les différents allègements et suppressions de cotisations sur la masse salariale ou encore les réductions du taux des impôts sur les sociétés (IS).
    Le secteur bancaire a ainsi économisé 9.7 milliards d'euros sur la période 2014-2018 et le secteur de l'assurance 3.8 milliards.
    (...) Or dans les faits, malgré cette manne fiscale, l'emploi a reculé dans le secteur bancaire de plus de 8000 salariés en à peine 3 ans.
    Le syndicat pointe l'augmentation des dividendes versés par les principaux groupes bancaires (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Natixis). Entre 1013 et 2018, ils ont plus que doublé, passant au total de 3.6 à 8.9 milliards d'euros.
    (...)L'étude fait également le point sur les allègements fiscaux à venir avec la transformation du Cice en baisse de cotistions pérennes et la diminution du taux imposition sur les sociétés. Deux promesses de campagne de Macron. Au total, de 2019 à 2022, ces mesures devraient représenter une économie de 9.6 milliards d'euros pour le secteur bancaire et 7.2 milliards pour l'assurance.
    (...) La CFDT appelle l'Etat à s'interroger sur "la question des allègements de charges sans cotre parties demandées, au moment où il recherche des revenus budgétaires supplémentaire"». (Justin Delèpine - A.E. oct 2019)

    RépondreSupprimer
  5. @:Sylvie, Alain Bobards et tous ceux qui ne cessent de nous répéter qu ' "avant, c'était tellement mieux,", ne loupez pas ce lundi soir le docu sur la France d'avant 1914 ( "La Belle Époque ") sur France 3 à 21 h


    https://www.francetvpro.fr/france-3/communiques-de-presse/une-si-belle-epoque-31940665

    RépondreSupprimer
  6. @pépé Alain Bobards,Stanislas,Sylvie, etc.,

    Comme vous savez que je suis censuré en bas ( mais pas ici, bizarre...C'est un peu vexant, mais ça viendra peut-être ), si vous voulez m'apporter la contradiction, il serait plus simple de le faire ici, après vous être fait expliquer par un enfant de 5 ans comment on se crée un compte Google.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, Hélène

    Oui, bien sûr, quand il y avait tout un pays à reconstruire, et le financement pour ce plein-emploi assuré par le plan Marshall, c'était forcément mieux...mais ça ne pouvait pas durer éternellement, et on ne peut pas non plus s'offrir une guerre mondiale tous les 30 ans !

    PS- C'est vrai que je m'emm... ici; j' interviens surtout chez Didier Goux et chez Nicolas Jégou, où le niveau est quand même plus élevé !

    RépondreSupprimer
  8. Faut-il incarcérer les fraudeurs fiscaux ?

    https://www.lepoint.fr/debats/ce-que-signifie-l-incarceration-d-un-fraudeur-fiscal-pour-l-avenir-de-notre-justice-penale-06-10-2019-2339652_2.php

    RépondreSupprimer
  9. Pour répondre une fois pour toutes à toutes les idioties qui circulent ( surtout sur le Figaro ) sur l' AME ;

    Aide médicale d’Etat : « Tout le monde pâtirait d’une moins bonne prise en charge des migrants »
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/10/07/aide-medicale-d-etat-tout-le-monde-patirait-d-une-moins-bonne-prise-en-charge-des-migrants_6014531_3212.html
    via Le Monde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toujours sur l' AME ( mais comme c'est d' Agnès Buzyn, Juan n'en parlera pas ):

      https://www.valeursactuelles.com/politique/ame-agnes-buzyn-met-stanislas-guerini-en-porte-faux-111545
      https://www.valeursactuelles.com/politique/ame-agnes-buzyn-met-stanislas-guerini-en-porte-faux-111545

      Supprimer
  10. Juan,

    Et les Gilets Jaunes ( dont papy Alain Bobards était si fier de faire partie ), ils ne vous fatiguent pas et vous ne les trouvez-vous pas pénibles ?



    https://f7td5.app.goo.gl/oDGM3K

    RépondreSupprimer
  11. Aux simplets qui,comme Stanislas , croient que les journalistes ne peuvent être indépendants (s'ils s'en donnent la peine) des propriétaires de leurs journaux ( et bien plus indépendants que ceux des Médias d' Aude Lancelin ) :

    Les salariés de « L’Obs » veulent les mêmes garanties d’indépendance que celles du Groupe Le Monde

    https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2019/10/07/les-salaries-de-l-obs-veulent-les-memes-garanties-d-independance-que-celles-du-groupe-le-monde_6014598_3236.html

    RépondreSupprimer
  12. Victoire électorale, après 4 ans au pouvoir, des socialistes portugais ( qui sont des socio-libéraux, comme tous les PS européens ), "bons élèves de l' UE", mais soutenus par le PC et l'extrême-gauche portugais.

    À noter aussi que le Portugal, qui a un fort immigration de ses anciennes colonies, ne connaît aucun problème d' intégration.

    Partout ailleurs en Europe (dimanche prochain en Pologne- et peut-être en 2022 en France?) c'est l'extrême-droite qui l"emporte ou qui fait son apparition là où elle n'existait pas il y a quelques années.

    Peut-être que les Portugais ont des choses à nous apprendre - ou bien vaut-il mieux continuer à réciter son catéchisme de bon cégétiste des années 1950, comme papy Alain Bobards, pour choisir ensuite entre Macron et Le Pen ?

    RépondreSupprimer
  13. Dites Elie ...vous pourriez pas vous calmer un peu ...Juan, Stan, Alain et d'autres disent des choses très intéressantes et vous aussi ...quelle importance de ne pas toujours être d'accord ...vous croyez pas qu'il est possible de nourrir le debat sereinement sans dénigrer ...l'important n'est pas d'avoir raison ni de convaincre mais de partager ...parfois ça peut changer le cours des choses !
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sylvie

      Vous voyez bien que ça ne peut rien changer: je ne suis pas plus macroniste que Juan ( et même moins, à titre personnel, puisque je me prends dans la gueule toutes les mesures anti-retraités, tout en étant au-dessus du seuil qui permet de les corriger un peu...), mais je ne supporte pas cette mauvaise foi manichéenne qui décrédibilise le contenu de ce blog, cette censure des contradicteurs contrastant avec la tolérance envers des givrées comme petite plume perdue ou Euterpe, cette absence totale de sens de l'humour ou du 2ème degré qui a fait virer Didier Goux, etc.

      Supprimer
    2. Sylvie, post-scriptum

      Vous noterez aussi :

      - le refus de Juan de répondre à toute question de fond que j'aborde ici,

      -l'abandon rapide de cette écriture inclusive, que j'avais prévu depuis son apparition,qui aurait marqué la fin de toute tentative d'enseignement de l'orthographe ...et que j'ai toujours pratiquée sous forme classique des parenthèses : " vos ami(e)s" etc. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire incompréhensible ?

      Supprimer
    3. Sylvie, dernier post-scriptum

      Plus que l'élimination de Didier Goux, qu'on peut continuer à suivre sur son blog, je regrette celle de lancien, car elle illustrait la démarche d'un non -intello, uniquement basée sur ses expériences de sa vie personnelle, l'amenant vers le discours et peut-être le vote FN sans se sentir le moins du monde facho ni inspiré par aucune idéologie, et qui est celle de tant d'électeurs,et sera peut-être celle de la majorité d'entre eux en 2022.

      Supprimer
  14. Étonnant revirement anti-macroniste de l'Express, auprès duquel le blog de Juan,c'est de la gnognotte.( Je suis d'ailleurs assez d'accord avec cet article )

    Macron, le Roi-Oseille

    https://f7td5.app.goo.gl/HNqWpf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Suite)
      Ce qui est intéressant, c'est que ne considérer l'individu que sous l'angle de sa productivité économique comme le fait Macron, l'amènera nécessairement à la conclusion logique : les retraités ne servent économiquement à rien, ne serviront plus jamais à rien, et sont une charge improductive pour la société; l'idéal économique serait qu'ils meurent le jour de leur retraite, et on voit bien qu'il ne se gêne pas pour taper dessus ( par contre, on ne touchera pas au système de soins des actifs, qui peut les rendre de nouveau productifs une fois guéris).

      Il est intéressant de voir que 45 % de nos amis Belges considèrent qu'il ne faut plus soigner les gens de plus de 85 ans.Bon, ce sont des Belges...Mais ont-ils forcément tort? À 85 ans, on n'est plus économiquement productif, et on consomme beaucoup plus de soins que le reste de la population ....Voilà donc une solution qui sauverait les 2 branches principales de la Sécurité Sociale ( retraites et assurance-maladie).

      Le plus drôle est que, bien avant Macron, j'avais vu venir cette évolution... prévue, comme toujours, par des écrivains bien avant que par les politiques :

      http://lucien-pons.over-blog.com/article-mort-aux-vieux-le-film-soleil-vert-devient-realiste-113978567.html


      Supprimer
  15. @ Alain Bobards

    Non, votre argument ne tient pas la route : dans un système de retraites par répartition,les retraités viennent parfois ( pas toujours, ce n'est pas obligatoire! Et dans des proportions dont ils décident eux-mêmes ) en aide aux jeunes ...avec l'argent que les jeunes leur versent pour leurs retraites ! ( toujours, et avec des montants fixés par la loi: tout cela est obligatoire !)
    Ce que vous défendez, c'est le système dit "compassionnel " par George W. Bush.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (suite) D'ailleurs, en y réfléchissant : est-ce tellement idiot ? J'ai 81 ans, et si j'avais une récidive de mon cancer, je ne me soignerais certainement pas : quel intérêt de passer les quelques années qui me restent avec les charmes de la chimiothérapie dans le cadre enchanteur d'un service de cancérologie ?

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.