3 novembre 2019

Les valeurs actuelles de Macron - 651ème semaine politique

 

 

Macron parle dans Valeurs Actuelles, combien de castors, ces grands promoteurs du "barrage contre l'extrême droite" sont allés acheter ce canard de l'extrême droite ? La diversion est aussi belle que le faux barrage contre l'extrême droite que Macron remet en selle pour 2022. Le prix du gaz explose, le nombre de pauvres aussi, et les réductions de droits des chômeurs entrent en vigueur ce 1er novembre. 

 

Macron parle dans Valeurs Actuelles, vive Halloween !


Parlons valeurs
Emmanuel Macron a des valeurs, bien sûr, qui dépassent et orientent son action: dans son pamphlet publicitaire rédigé avec l'aide de quelques cadres de Havas en 2015 et sobrement intitulé "Révolution",le jeune monarque évoquait son social-libéralisme "enthousiasmant". Il applaudissait les "progressistes réformateurs qui croient que le destin français est d’embrasser la modernité". Il est attaché au libéralisme politique, la liberté individuelle, la concurrence, l'esprit d'entreprise, et la prise de risque. Plus récemment, il a embrassé la défense de l'environnement et même une laïcité conciliante comme nouvelles revendications.

On peut les lire et les relire dans les nombreuses adresses qu'il a livré aux Français depuis trois ans qu'il a fait irruption au premier plan de la scène politique nationale. Dans son dernier courrier, en janvier 2019, il évoquait encore la fraternité le travail louant "une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail".

Depuis deux ans et demi qu'il a tous les pouvoirs centraux de la République - présidence, assemblée nationale, on a pu mesurer l'écart entre les valeurs et l'action. Les valeurs de Macron sont apparues comme une bouillie recrachée en novlangue pour rhabiller la réalité de ce qu'il fait.
Le voici qu'il fait un long entretien qui fait beaucoup jaser dans les "propres" rangs macronistes à l'hebdomadaire de la droite la plus furibarde et la plus rance, Valeurs Actuelles. 





Ce choix révèle d'abord le caprice d'un homme. L'entretien a été réalisé dans l'avion de retour de la réunion, après quatre longues semaines de polémiques sur le voile, alimentée par Jean-Michel Blanquer ministre de l’Éducation nationale, à propos des sorties scolaires, l'irruption télévisuelle quotidienne d'un prédicateur d'extrême droite sur une télévision nationale propriété d'un oligarque dont le groupe apporte son concours logistique privé aux forces militaires en Afrique quand elles en expriment le besoin, et un attentat islamiste au cœur du renseignement français qui avait ridiculisé le ministère de l'intérieur. Macron a pris de court son propre entourage.

Ce choix révèle une fidélité, une relation personnelle de Macron et quelques proches avec l'hebdomadaire réactionnaire: pendant le quinquennat Hollande, Macron était la taupe élyséenne de Yves de Kerdrel, un ami rencontré à la Commission Attali sous Sarkozy, qui pris la direction de "VA" en 2012 (fut condamné pour provocation à la discrimination en 2015 puis pour diffamation en 2017). Sylvain Fort, ex-plume de Macron, fréquentait Louis de Raguenel pour préparer la campagne de Macron.

Dans cette interview, Macron reprend, et légitime ainsi, les propos de l'extrême droite: il caricature les manifestants contre l'islamophobie - "tiers-mondisme non-aligné aux relents marxistes.” Il qualifie les collectifs d'aide aux migrants de d'associations "droits-de-l'hommistes main sur le coeur". Il reprend le fantasme Blanquer, jamais étayé par des chiffres ni des études, sur les "enfants qui sont déscolarisés". Il s'attaque à l'AME: "il y a un sujet que personne n'a vu (...), ce sont les gens qui viennent avec un visa touristique, qui reste trois mois et ensuite se mettent à l'AME." Et le voici qui suggère un délai de trois mois de carence. Rappelons que l'AME ne concerne que 300 000 bénéficiaires. Et que les fins limiers du contrôle des abus du dispositif n'ont trouvé que 571 dossiers frauduleux l'an dernier...

Les valeurs d'Emmanuel Macron s'arrêtent-elles là où commence son ambition politique ? Il a besoin d'un duel final avec Le Pen. "Emmanuel Macron est le premier président de la Ve République à accorder une interview durant son mandat à un titre aussi marqué à droite." commente un politologue. En accordant cet entretien de 12 pages, écrit, relu et validé, "le président de la République, par des marqueurs sémantiques qui correspondent parfaitement au lectorat de Valeurs actuelles et à l'idéologie de ce journal, ne se situe plus au centre de gravité de LREM."
Ce n'est pas sans raison. Macron va porter l'argument là où il veut que le débat politique se clive, c'est-à-dire sur l'immigration et l'islam, pour mieux faire oublier son échec social et ses partis pris économiques. Sa seule issue politique pour faire oublier sa présidence des ultra-riches est de forcer un tête-à-tête contre l'extrême droite. La presse dominante emboite d'ailleurs le pas avec gourmandise. Ainsi le Monde, sous la plume d'Ariane Chemin et de , qui "décryptent" la tactique politicienne du jeune monarque, dans un article qui débute par un grossier mensonge: "Depuis 2017, les Français attendaient les réflexions d’Emmanuel Macron sur la laïcité, le droit d’asile, l’immigration, l’islam." C'est faux, même les sondages le disent.

Cette "minute d'allégeance à l'extrême droite" est un moment clé de cette séquence de rentrée. Macron est sorti de l'été en tentant de jouer sur un nouveau positionnement, la bienveillance et l'écologie - "J'ai changé" clamait-il sur le le site de l'agence de brand content "Konbini". Mais cela ne suffit pas. La grève réussie des syndicats contre son grand projet de réduction des retraites l'a fait reculer, très loin. Désormais, promet-il, sa réforme des retraites n'affectera pas celles et ceux avec déjà 15 ou 20 ans de carrières... En d'autres termes, rien de neuf avant quatre ou cinq quinquennats... L'ardeur réformatrice du président des riches serai-elle émoussée ?

Cachez cette présidence des riches...
Le 5 décembre, un appel à la grève général fiche la trouille en Macronie. La presse dominante, encore elle, commence son intoxication, comme ces sondages pour "prouver" que la grève est déjà impopulaire. Cette surimpression fasciste du débat politique par la Macronie n'est pas sans rapport.

Il faut divertir l'attention, souffler sur d'autres braises, faire oublier la police que l'on envoie matraquer à ciel ouvert et sans sommation contre les Gilets Jaunes pour leur 51ème acte. Il faut cacher cette guerre contre les pauvres. Son gouvernement envisage même de supprimer l'un des themomètres, l'Observatoire de la pauvreté et de l’exclusion sociale. 

Le gaz augmente (encore) de 3% pour 4 millions de foyers. Mais bonne nouvelle... les pensions de retraite sont revalorisées de ... 1%. L'allocation aux adultes handicapés (AAH) progresse de 40 euros par mois, soit +4,65%. Quel bel effort ! Merci messieurs. Le "pôle de gauche" de la Macronie peut espérer faire oublier le gel des autres prestations sociales qu'il vient de voter comme des godillot pour l'an prochain. Ou la hausse du nombre de pauvres que la réduction des aides au logement a provoquée.

C'est la Toussaint, 50% des demandeurs d'emploi voient leurs droits réduits à compter de novembre à cause des nouvelles règles d'indemnisation: 1,3 million de personnes sur les 2,7 millions qui bénéficient actuellement d’une indemnisation (sur 6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi). Les dégâts sont considérables. Plus particulièrement visés, les CDD, les intérimaires, les mi-temps thérapeutique, les jeunes et les temps partiels (majoritairement des femmes). Pour 850 000 personnes, les indemnités vont diminuer de 20% en moyenne avec la réforme. Comment Muriel Pénicaud, ministre du travail, le justifie-t-elle ? "On corrige une situation. Aujourd'hui, en alternant des contrats, on gagne plus quand on entre au chômage qu'au moment où on travaillait. Ce n'est pas logique." La ministre ment: ces 40% des chômeurs ne touchent pas plus que lorsqu'ils travaillaient. L’objectif annoncé de la réforme  est d'économiser 3,4 milliards d’ici fin 2021.

Et de quelles indemnités faramineuses parle-t-on ?
  • D’après l’UNEDIC (organisme qui gère l’assurance-chômage), 850 000 personnes verront leur indemnité baisser de 905 à 708 euros (-22%). 
  • Pour 280 000 personnes, l’allocation diminuera de 897 à 679 euros (-25%).
  • Pour 7 % des chômeursc(190 000 personnes), l'allocation sera réduite de 868 euros à ... 431 euros par mois (-50%).
Aujourd'hui, on paye moins de cotisations sociales sur les revenus de la spéculation et les dividendes que sur ceux du travail.

Aujourd'hui, on paye moins d'impôts sur les revenus de la spéculation et les dividendes que sur ceux du travail dès que l'on paye plus de 12% d'impôt sur le revenu.



Ami castor, as-tu acheté Valeurs Actuelles cette semaine ?



Quand les macronistes n'aimaient pas VA


30 commentaires:

  1. Elle est tout de même bien curieuse, cette sorte de paralysie intellectuelle contemporaine qui nous pousse à considérer comme allant de soi qu'une personnalité X ou Y partage automatiquement les idées du journal auquel il vient d'accorder une interview. Le plus étrange est que le fait qu'un Macron puisse s'exprimer dans des journaux de différentes sensibilités politiques ne semble jamais remettre en cause cet intangible présupposé.

    Je me demande s'il ne faudrait pas y voir une nette régression du “sentiment démocratique”. En d'autres termes, un durcissement des intolérances, une incapacité croissante à prendre un minimum de distance idéologique. (Quand je dis : « Je me demande », il s'agit bien sûr d'une question toute rhétorique dont je possède déjà ma petite réponse personnelle…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas tout à fait ce que j'écris: il parle dans VA pour replacer MLP comme opposante politique unique face à lui.

      Supprimer
    2. Sur ce point, vous avez probablement raison. D'un autre côté, en l'état actuel des choses, on ne voit pas qui il pourrait avoir d'autre, comme opposant sérieux. Il n'a même pas besoin, je crois, de la "replacer" : elle y est déjà.

      Supprimer
  2. Ce n'est plus la République en marche, mais le macronisme de la fuite en avant. Le tournant sécuritaire d'un pouvoir qui se sait illégitime et s'enferme dans sa légalité, persuadé que cela suffit à réimposer l'ordre républicain...Valeur, chère de l'E.D. 😉

    RépondreSupprimer
  3. Aprés "valeurs actuelles"...une interview au journal "La Décroissance" ? (J'en doute)
    Nous sommes bien dans une fausse démocratie quand l'ostracisme et le mépris porte le masque de la tolérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieux de voir la réaction des lecteurs ( il y en a vraiment ?) du journal " la Décroissance " si Macron adhétrait à leurs thèses, qui impliquent nécessairement décroissance du montant des retraites, des salaires, fe la recherche de traitements efficaces pour les maladies qui n'en ont pas et dont le nombre de sujets atteints ne cesse d'augmenter ( Alzheimer, etc.)

      Supprimer
    2. Le président se trouve pieds et mains liés par les intérêts financiers qui l'ont soutenu au pouvoir et le tiennent. Il est autorisé à draguer l'électorat du RN (plus proche de sa conception d'Etat Léviathan) pas celui de la gauche radicale, faut pas déconner...:-)

      Supprimer
  4. Évoquer les sujets par le biais de la fraude, immigration, chômage, AME, aides sociales etc..pour mieux justifier ensuite les " punitions" collectives ..voilà la politique LaREM..assumée sans complexe..
    La descente vertigineuse des allocations chômage donne froid dans le dos ...
    Le "en même temps" n'est qu'un amalgame permanent.
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  5. Sophie de Menthon est une grande bourgeoise toujours très provocatrice, mais un peu de provocation ferait du bien à ce blog si manichéen...d'autant que celle-ci est assez bien venue ( on dira à au moins 70 % ):

    http://www.sophiedementhon.fr/dans-les-medias/face-au-public/item/738-assistanat-le-prix-de-la-gratuite-ne-fait-que-s-accroitre

    RépondreSupprimer
  6. À tous les naïfs, pour qui tout est facile, yaka mettre un peu d'argent, tout est de la faute de Macron, et Zemmour ne dit que des bêtises :

    https://amp.lefigaro.fr/actualite-france/a-chanteloup-les-vignes-une-violence-persistante-malgre-les-efforts-entrepris-20191103

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les violences persistent et alors ...rien n'est facile...oui il y a de l'argent qui se perd mais une grand partie des gens apprécient les efforts faits et en bénéficient ..l'argent depensé permet à beaucoup de gens de s'en sortir..c'est ça que ces racailles veulent détruire ..raison de plus pour poursuivre et rien n'abandonner ..ça coûtera mais tout a un prix !
      Sylvie

      Supprimer
    2. Et le fait que les racailles s'en prennent à un lieu d'art et de culture à Chanteloup les Vignes n'est pas anodin et prouve l'importante de ce lieu qui favorise l'épanouissement d'une grande partie de la population .
      Sylvie

      Supprimer

  7. Les violences à t subi autant d’avanies et de coups que depuis ces derniers mois. La chronique des faits divers regorge de ces affaires, en apparence mineures, qui traduisent mieux qu’un long discours le climat délétère dont les professionnels de la sécurité disent tant souffrir.

    À Lingolsheim, près de Strasbourg, le 2 août, six policiers et pompiers ont ainsi été agressés par les victimes qu’ils étaient venus secourir. Dimanche dernier, un policier a reçu un coup de pied dans la mâchoire de la part d’un patient de l’hôpital d’Arras. La veille, un homme de 43 ans a dû être interpellé à Clermont-Ferrand. Il avait répertorié les noms de 80 policiers et gendarmes, menaçant de les tuer. Les synthèses nationales transmises au ministre de l’Intérieur, cet été, constituent un florilège d’«actes de rébellion», de «guets-apens», de «tirs de

    Nous devons être le seul pays au monde à abandonner à la violence ses serviteurs de l'Etat : policiers, pompiers, enseignants, personnels hospitaliers, personnels pénitentiaires, etc. Cette situation vient des années 80, de cette idéologie trotskiste et consorts qui consistait à décrédibiliser nos valeurs, à désintégrer notre société, notre culture, accusées du péché mortel de dérive bourgeoise, à mépriser la population pourvu qu'elle soit d'origine gauloise. On en voit le résultat désastreux et les mêmes continuent à nous donner des leçons avec en prime, maintenant, les attaques
    A Pékin, la dégradation d'un vélo est condamnée à 3-5 ans de prison ferme. Les prisons sont-elles surchargées?. Non, les vélos ne sont pas vandalisés.
    En France il n'existe plus de sanctions, la bestialité et la sauvagerie servent à fabriquer les caïds. Une société où tout est permis et l'ordre bafoué subit la régression de sa civilisation.



    RépondreSupprimer
  8. C'est la faute aux "trotskistes"...Lol ! Ici, c'est l'Enfer communiste, beurk! Vous devriez aller vivre en Chine...Cette doulce Chine..."A bicyclette"...Hi, hi, hi....
    Rien que pour vous, la voix d'un méchant trotskiste: "Le terrorisme devient le masque de toutes les menaces et de toutes les inquiétudes. Un gros mot, un gros concept, si gros qu'il écrase la politique et l'esprit critique. La terreur ne fait pas bon ménage avec l'exercice de la raison. Le terrorisme a une histoire. Le terme aussi. Dés les années 80, il est devenu un mot fétiche du vocabulaire américain. Il y aurait beaucoup à dire sur la manière dont il a remplacé, dans le partage manichéen du bien et du mal, le communisme. Sa menace imprécise, déterritorialisée, permet de justifier un exercice "anti-terroriste" de la violence d'Etat où la guerre disparait pour se muer en simple descente de police internationale, où le droit se dissout dans la morale, où l'humanitaire se confond avec le militaire." (Daniel Bensaïd)
    Ou encore:
    "Qui commande donc en réalité ? Les spéculateurs ? Les politiques ? A l’heure actuelle, je dirais que le pouvoir est détenu par les spéculateurs. D’une certaine façon, je pense que même si on dispose d’une autonomie politique ou du moins si on a la volonté d’en disposer, on est malgré tout sommés de traiter avec le monde de la finance et le capital. La véritable autonomie ne se résume pas à dire « je suis politiquement indépendant ». On peut avoir une certaine marge d’autonomie politique, mais on ne peut échapper au capital." (David Harvey)
    Sinon, méditez sur cette phrase de votre mentor: "[la France] C'est un pays qui se réforme moins qu'il ne se transforme dans des spasmes soudains." (Macron, été 2017 au journal "Le Point")
    Quelle clairvoyance! Les réformes macronistes ont provoqués un "gros spasme soudain": les "gilets jaunes"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons, tout ne va pas si mal que ça !

      https://www.boursier.com/indices/actualites/news/mi-seance-paris-le-cac40-au-plus-haut-depuis-12-ans-808680.html

      Encore une fois: Pourquoi ne placez pas toute votre épargne en actions en Bourse, au lieu de lui prérérer la pierre, pour laquelle l' ISF n'a pas été supprimé ?

      Supprimer
  9. Je ne comprends pas l'acharnement de ce monsieur Élie arie a mettre son commentaire. Ces arguments sont biaisés et fallacieux. Il contredit pour contredire. C'est idiot et du coup inintéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec des contradictions tellement argumentées, Unknown vous êtes, Unknown vous resterez .

      Supprimer
  10. Et le mépris en plus, sacré Elie !

    RépondreSupprimer
  11. Alors : on est anti-islamophobe comme Mélenchon aujourd'hui et Ruffin il y a quelques jours,ou islamophobe comme Mélenchon il y a 4 ans, Ruffin aujourd'hui (et moi, toujours) ?

    https://www.ladepeche.fr/2019/11/06/ruffin-tacle-melenchon-et-la-marche-contre-lislamophobie-le-dimanche-je-joue-au-foot,8526545.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça continue ! Chez LFI, sur l'islamophobie, personne n'est d'accord : ni Quattennens (qui serait venu s'il n'était pas occupé ailleurs, qui a signé l'appel mais n'est pas d'accord avec son contenu 😁) , ni Obomo, ni Mélenchon d'hier, ni Mélenchon d'aujourd'hui, ni Ruffin d'hier, ni Ruffin d'aujourd'hui...

      https://www.bfmtv.com/politique/appel-contre-l-islamophobie-quatennens-nepartage-pas-les-valeurs-de-certains-signataires-1800455.html

      Supprimer
    2. Et une belle conclusion sur l'slamophobie, pour ceux qui ont été de gauche et qui croient l'être encore :

      https://www.marianne.net/debattons/billets/manifestation-contre-l-islamophobie-quand-la-gauche-perd-son-honneur

      Votre avis, Juan ?

      Supprimer
  12. Tiens : un article de blog de Juan avec lequel je suis d'accord !!!

    https://sarkofrance.wordpress.com/2012/09/12/les-blogs-sont-des-bistrots/

    RépondreSupprimer
  13. Où en est la France, du point de vue de son système de santé, par rapport aux autres pays développés ?
    Une réponse brève et objective de la toute dernière étude de l' OCDE, organisme qu'on ne saurait taxé de gauchiste ;

    https://www.20minutes.fr/sante/2645655-20191107-esperance-vie-acces-soins-prevention-systeme-sante-francais-bon-eleve-ocde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le même rapport, mais mieux analysé, à mon avis :

      https://f7td5.app.goo.gl/bSwJ9C

      Supprimer
  14. @ Juan


    Macron juge l’Europe au « bord du précipice » et l’OTAN en état de « mort cérébrale » .

    Vous pourriez en parler, non ?


    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/07/macron-juge-l-europe-au-bord-du-precipice-et-l-otan-en-etat-de-mort-cerebrale_6018363_3210.html
    via Le Monde

    RépondreSupprimer
  15. Et voilà pourquoi les blogs politiques ne font plus le poids :

    Tout comprendre aux publicités politiques sur les réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/11/06/tout-comprendre-aux-publicites-politiques-sur-les-reseaux-sociaux_6018271_4408996.html

    RépondreSupprimer
  16. @ petite plume, Bobards, etc.

    Amusantes, les réflexions des gens qui donnent leur avis sur mes commentaires ici,

    -qu'ils ne lisent jamais, disent-ils, mais sur lesquels ils n'en pensent pas moins,
    -opinions évidemment défavorables, mais postées dans un espace sur lequel ils se savent à l'abri de toute réponse en raison d'une censure qui ne les dérange pas plus que ça :-))),

    - et mes commentaires dont beaucoup sont des citations des leaders de LFI sur l'islamophobie et "les lois laïques liberticides "...et même un billet de Juan lui-même :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ mêmes :
      Encore des propos de Macron qu'ils seront forcés de condamner ! (Ah, si Hollande avait pu en dire aurant...et pas seulement pendant son mandat, mais depuis Maastricht !) Qu'il est dur d'être un suiveur inconditionnel de Juan, et d'être aveugle sur nos propres contradictions, sans lesquelles il n'y a pas de réflexion possible...mais qui est ici pour réfléchir ?



      Macron sur le déficit public: la règle des 3% du PIB est «un débat d'un autre siècle»

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/macron-sur-le-deficit-public-la-regle-des-3-du-pib-est-un-debat-d-un-autre-siecle-20191107

      Supprimer
    2. @ bobards, petite plume, etc.

      Conclusion : que je soie là ou que je soie censuré, certains sont toujours, aussi **** .
      Mais qu'attendre d'autre des commentateurs inconditionnels d' un blog devenu absurdement manichéen?
      Et qui n'ont jamais réfléchi à la phrase de Sartre : " Penser , c'est penser contre soi " .

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.