Macron et la culture du viol en marche.



Il s'agit d'un immense bras d'honneur. A moins qu'on puisse simplement passer outre, passer à côté, ignorer cette énième péripétie de la Présidence des Ultra-Riches. C'est d'ailleurs dans une grande indifférence, à l'exception du petit cercle des éditocrates qui tournaient en vrille dans leur cage audiovisuelle comme des hamsters dans une roue, que le gouvernement nouveau de l'Acte III du quinquennat de cette Présidence des Ultra-riches a été annoncé.

Le dernier virage du macronisme est sarkozyste.






Macron a choisi un gouvernement très fidèle au sarkozysme clivant des années identitaires 2007-2012. Mais qui est surpris ? Macron n'allait pas nommer Mélenchon ou Hollande. Il n'y a que Ségolène Royal qui a été "appelée" par l'Elysée, au point d'amuser la galerie médiatique pendant les quelques heures qui ont précédé ces annonces. Il a même réservé des surprises pour amuser la galerie médiatique. En privé, il ne cache pas le stratagème: "les médias vont en parler pendant au moins une semaine" a-t-il confié à ses proches.

La nouvelle équipe gouvernementale, pour ces deux dernières années de Macron à l'Elysée, est pléthorique, machiste, et bien à droite pour rassurer le nouveau cœur de cible électoral de la Macron pour sa campagne de réélection.

Lundi 6 juillet, vers 18 heures, le secrétaire général de l'Elysée, suspecté de délit de conflit d’intérêts, non-respect des codes déontologiques, trafic d’influence quand il était administrateur pour le compte de l'Etat d'une société de chantiers navals où sa famille avait aussi des actions, annonçait la nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol, à la tête du ministère de l'Intérieur. Le jeune sarkozyste, réélu maire de Tourcoing et farouche opposant au mariage gay, sera en charge de l'ordre et des cultes. Comme Macron est sadique, il lui a même adjoint Marlène Schiappa, l'idiote utile de l'impuissance macroniste, qui a été exfiltrée de sa précédente fonction à l'Egalité Femmes-Hommes. Trois jours après sa nomination, Marlene Schiappa ne sait toujours pas quelles sont ses attributions: elles "sont en cours de définition" explique-t-on au ministère de l'intérieur. Quel mépris exceptionnel...

Mais ce n'est pas tout: Macron nomme Eric Dupond-Moretti à la Justice, avocat de Patrick Balkany et de George Tron et "qui défend le droit d’importuner" les femmes. A l’Environnement, Macron nomme Barbara Pompili, l'une des rares élues écologistes à être venu en défense du serial-agresseur Denis Baupin.

Pétition
Pétition


Darmanin, quand il prend les rênes du ministère mardi 7 juillet, a cette phrase de diversion ignoble: "Nous devons combattre de toutes nos forces l’islamisme politique qui attaque la République." C'est le même, note un Twittos, qui a manifesté avec les islamistes et les cathos intégristes contre le mariage pour tous.
"Est-ce qu'on peut imaginer un seul instant qu'un homme mis en cause pour un crime soit nommé ministre ? Le seul crime pour lequel on accepte ça c'est le viol, comme si le viol n'avait pas d'importance" Caroline de Haas, 10 juillet 2020
A la Culture, sans rire, Roselyne Bachelot. A la "Transformation de la Fonction Publique", Amélie de Montchalin, celle qui se félicitait en 2018: "Nous avons fait notre boulot de députés, il n’y a plus d’ISF."

Macron a suivi les conseils de l'opposition de gauche - il a viré Sibeth NDaye, Christophe Castaner, Muriel Pénicaud, Nicole Belloubet et même Brune Poirson. Ceux-là incarnaient la plus grande loyauté au monarque, et la plus grande incompétence à la fois.

Le Haut Conseil au Climat critique que les récents plans de soutien du gouvernement aux secteurs automobile et aérien soient "sans conditionnalité ferme concernant leur évolution vers une trajectoire compatible avec les objectifs nationaux."

Macron a justement conservé Bruno Le Maire à l'Economie, malgré le gaspillage de ces milliards d'euros en aides, prêts publics et subvention sans contreparties; le silencieux Jean-Yves Le Drian qui, aux Affaires Etrangères, couvre les complicités macronistes avec les dictatures islamistes; le ministre Olivier Dussopt, accusé de favoritisme, change d'attribution.

Jean-Michel Blanquer, responsable du fiasco de Parcoursup, de la réforme du secondaire, et de centaines de manifestations de professeurs, d'élèves et de parents, conserve l'Education Nationale. Une fuite dans la presse gâche cette confirmation: on apprend qu'il est en couple avec l'une des plus zélotes éditocrates de la Macronie: Anna Cabana, ex-RTL, officie à BFM et i24, elle loue sur les plateaux télévisés le génial Macron. Elle a même invité son mari Blanquer dans sa propre émission sans préciser aux téléspectateurs sa relation affective. La moindre des décences eut contraint Cabana à annoncer la couleur, et, surtout, à éviter de faire semblant d'interviewer son propre mari.

Qui s'étonnera du manque de confiance des citoyens dans les médias ?





La fronde
Il faut calmer la fronde. .. ou pas. Macron laisse Castex régler le sort du personnel soignant. Il y a urgence, la France franchit le seuil (officiel) des 30 000 morts. Partout dans le monde, le Coronavirus reprend de vigueur. Partout en France, les gens portent de moins en moins leur masque. Les gestes barrières sont oubliés. Quelques clusters réapparaissent. On enquête enfin sur les respoinsabilités des Buzyn, Philippe, Véran, et les autres. Interrogée par l'Assemblée nationale, Agnès Buzyn confirme son incompétence. Et que dire de  Jérôme Salomon, directeur de la Santé, qui a ordonné la destruction, mais pas le remplacement, de la quasi-totalité du stock de masques fin 2018 ? En prison ?

Peu à peu, pas à pas, à force de manif et de pression, le gouvernement cède: il avait fini par accepter d'augmenter les salaires, et pas seulement de proposer une médaille (sic!) et une prime aléatoire. Puis le voici qui augmente l'enveloppe. Les infirmières réclamaient 300 euros nets par mois; au dernier comptage, Castex était prêt à 180 euros, grâce à une rallonge surprise de 1,1 milliard d'euros


Il faut calmer la fronde. Les policiers, qui manifestaient, arme au poing et menottes au sol, ont eu la peau (politique) de l'incompétent Castaner. Les flics les plus furibards sont à peine calmés. Ils ont pourtant eu trois belles années poiur se défouler - "on a balancé plus de gaz lacrymogène en 3 ans qu’entre 1945 et 2017" explique un biologiste. Ils s'énervent encore contre Dupont-Moretti. Mais les autres se calment. Ils ont un ministre accusé de viols, mais visiblement, ils ne sont pas gênés. D'autres commencent à expliquer les manipulations gouvernementales.

Il faut calmer la fronde. Mais pas toutes les frondes. L'environnement attendra. La planète ne se révolte pas. Elle ne manifeste pas. Les écolos gagnent aux élections municipales, mais personne ne défile contre l'impuissance et l'incompétence politique. Le fond de l'action macroniste reste inchangé. Macron a déshabillé les propositions de la Convention Citoyenne sur le climat des mesures financièrement les plus ambitieuses - pas de taxe de 4 % sur les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d'euros; maintien de l'appel d'offres pour la 5G et ses  milliers d'antennes supplémentaires. Vendredi 10 juillet, le Conseil d'Etat condamne la France à 10 millions d'euros d'astreinte par semestre - 54 000 euros par jour - réserve de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air.

Pensée émue pour les incapables ou hypocrites de l'environnement de Macron depuis 3 ans - François de Rugy, Brune Poirson, Emmanuelle Wargon, Elizabeth Borne. Ils n'ont rien fait. On épargne Nicolas Hulot, qui a dénoncé l'imposture. Le Conseil d'Etat "constate que le gouvernement n'a toujours pas pris les mesures demandées pour réduire la pollution de l'air dans huit zones en France".


Il faut calmer la fronde. Mais pas toutes les frondes.  Voici la réforme des retraites qui repart: "Il n’y aura pas d’abandon d’une réforme des retraites (…) Le système universel de retraites est juste."  Le système universel des retraites voulu par Macron a été étrillé par le Conseil d’État - "projections financière lacunaires". On sait que la réforme de Macron ne cherchait qu’une chose - réduire le coût des pensions. Le régime n'est pas déficitaire, mais le gouvernement a arrangé ses chiffres pour "prévoir" un déficit de 8 à 17 milliards d'euros  en 2030. On se souvient que le Conseil d’État avait révélé le pot aux roses - "une évolution défavorable des ressources liée à de moindres transferts entre entités publiques." En d'autres termes, la présidence des riches a dégradé les ressources publiques.




La révélation

Mais Macron s'accroche. Bizarrement, il s'accroche. Il veut terminer ce quinquennat à droite, dans la pire des politiques que le pays pouvait attendre. Le COVID lui a pourtant donné la plus belle des occasions pour virer de bord, et rassurer son flanc gauche après ces trois premières années de répression sociale et d'injustice fiscale.  Il ne l'a pas saisi, bien au contraire.

La pandémie et le confinement moyenâgeux qui a ruiné l'économie ont tout changé. Mais Macron n'en a pas profité. Personne ne lui reprocherait de dépenser, enfin, pour l'hôpital public à qui il demandait un milliard d'euros d'économies de fonctionnement chaque année. Personne ne lui chercherait des noises s'il annulait la réduction des droits des chômeurs, s'il dégelait les prestations sociales, s'il rétablissait les aides au logement, bref, s'il était enfin social et protecteur. Le COVID aurait pu provoquer un "choc de solidarité" , y compris dans les coulisses de l'Elysée. Macron a été forcé à financer un généreux chômage partiel pendant quelques semaines. Il a été forcé à dépenser des dizaines de milliards d'euros de déficit public. Il n'avait qu'à poursuivre l'exercice, et assumer d'être enfin un président protecteur.

Macron aurait pu devenir de Gaulle puisque nous étions en guerre contre un virus qui tue les hommes et l'économie.

Il a choisi la reddition sociale, la capitulation. Il a choisi de protéger les puissants.

Les choix de Macron sont incroyables, et très révélateurs d'une obstination, d'une conviction personnelle. Le "pragmatisme" "ni de gauche ni de droite" officiel est dévoilé: il s'agit d'un programme conservateur, machiste, réactionnaire.

Macron a choisi, aucun doute n'est permis.

Le macronisme est un sarkozysme.



Ami sarkozyste, on sait que tu là.


Commentaires

  1. Regardez bien.
    Ce sont les ‘élites' auto proclamées qui veulent nous faire croire à leur légitimité pour diriger les 'gueux' inaptes à toute compréhension du monde.
    La capacité de n'importe quel 'gueux' à savoir ce qui est juste et ce qui ne l'est pas est leur terreur absolue.
    Notre cible se précise.
    Les pppdrep "politiciens professionnels préoccupés de rester en place" sont une caste à éliminer totalement du champ politique et social.
    Tirage au sort parmi des candidats auditionnés, pour un mandat court non renouvelable.
    Cela a fonctionné 200 ans à Athènes.
    Cela fonctionnera partout.
    L’énorme majorité des gueux suscite sans difficulté des responsables opérationnels dépourvus de tout carriérisme.
    On découvre que dans la monstrueuse structure administrative et politique, la plupart des postes sont inutiles, et souvent nuisibles à toute démarche de progrès de l’humain.
    Un crétin ministre de mitterrand vient de dire : « on ne va pas tirer au sort un premier violon » … quel délicieux gougnafier.
    La rupture actuelle est limpide.
    D’un côté des élites apeurées, suppôts de la ploutocratie.
    De l’autre des gueux de plus en plus conscients de leur esclavage insupportable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « on ne va pas tirer au sort un premier violon »

      Il est trop habitué au pipeau et à la grosse caisse.

      Supprimer
  2. "Macron et la culture du viol en marche." En arriver à écrire un titre pareil montre que tu as dépassé le fond....

    RépondreSupprimer
  3. OH OUI je suis là Juan ! Toujours là pour suivre ta déconfiture devant les progrès du SarkoMacronisme!!

    RépondreSupprimer
  4. " Macron aurait pu devenir de Gaulle"


    même pas en rêve, peut on imaginer un gravier à béton devenir une pierre précieuse ?

    Les convictions à Jupitre tout le monde les connait "gaulois réfractaires" "qui ne sont rien" "pognon de dingue" elles volent bas .. s'il en a d'autres qui relèvent le niveau, elles ne lui servent à rien, puisque ses patrons banquiers et bruxellois lui demandent d'appliquer bêtement un plan, pas de réfléchir..

    RépondreSupprimer
  5. La présomption d'innocence et le complot judiciaire n'est valable que pour Mélenchon et ses sbires écumants. "Culture du viol" rien que ça ... tu perds la raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1/ Ce qu'est la culture du viol est très bien expliqué dans un récent ouvrage (https://www.crepegeorgette.com/2016/04/08/culture-du-viol/) . Le sujet de la présomption d'innocence n'a rien à voir ici - c'est l'élément de langage de l'Elysée que tu copies/colles. Le problème est politique - on ne nomme pas qqn accusé de fraude fiscale au budget, d'agression à l'intérieur, etc. C'est aussi simple que cela.

      Darmanin a reconnu avoir demandé une faveur sexuelle en échange d'un service.

      Supprimer
    2. Il y a bien les élections à périodes régulières ou pas !!! Le peuple choisit celui qui lui semble le moins mauvais, il s'avère que ce soit le plus menteur qui l'emporte, celui qui présente le moins de crainte pour l'avenir.

      Je ne reviens pas sur Mélenchon qui me semble avoir fait une grosse erreur irrattrapable à mon sens, il devrait laisser sa place. Reste à dégotter le bon candidat digne de nos rêves les plus humanistes. Là je cherche ...

      Peut être Roseline qui a reçu l'appel du Général "Yvonne ne pouvant se déplacer" après avoir sauvé la culture, pourquoi pas la France ? En tout cas si cela se produit elle en aurait toute la légitimité. Macron n'avait qu'à bien choisir ses serviteurs ...

      Après faut attendre et voir, qui d'autre aura des idées pour son pays et son peuple, les deux années qui arrivent seront riches en idées nouvelles, rebondissements de toutes sortes. Mais avant il y aura la rentrée, ses files de chômeurs, qui sait des élections anticipées pour dénouer la crise sociale qui couvait avant, renforcée par les faillites d'entreprises ( surtout petites )

      Supprimer
  6. Je ne pense que la position de Darmanin soit tenable longtemps..
    Macron vient à nouveau de faire un pied de nez !
    Viol ou pas Darmanin a profité de sa position pour intervenir dans un dossier pour arriver à ses fins...
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  7. Même sous la Vème, le premier ministre présentait devant l'Assemblée, sa politique générale et sollicitait la "confiance" du Parlement, laquelle lui était acquise de facto, le gouvernement étant issu de la majorité, le Président n'intervenant qu'ensuite, si il le jugeait utile ou sur un sujet du " domaine réservé ", bien que celui-ci ne figure nullement dans la Constitution .
    C'est une première que le premier ministre et son gouvernement doivent répondre aux questions d'actualités alors que la ligne choisie n'a pas bénéficié du vote du Parlement .
    On appelle ça un dénie de démocratie et un profond mépris du Parlement ( y compris des députés de la majorité, mais bon : godillots un jour, godillots toujours ) !

    Alain bobards

    RépondreSupprimer
  8. Après lecture de la présente chronique de Juan, toujours redoutablement juste, incisive, et factuelle, ce qui m'amuse beaucoup, ce sont les commentaires de la clique des supporters inconditionnels du Monarque, qui ont de plus en plus de mal à accepter que quiconque leur mette devant les yeux, et ose donner un nom à l'ignominie et aux vilenies commises par Macron 1er et ses sbires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Toujours redoutablement juste, incisive et factuelle"...Oui pour les gens déjà convaincus que Macron est un président illégitime, choisi par l'oligarchie néo-libérale, et agissant avec détermination à l'encontre de l'intérêt des français. Pour les autres, ceux qui ne savent pas trop quoi penser, pas sûr que la lumière vienne de ce blog. Chaque semaine, un texte radicalement sans nuance - tout ce qui ne va pas, c'est de la faute à Macron (mais avant lui Sarkozy, et dans une moindre mesure Hollande. Avant Marine Le Pen?)-, sans contradicteurs (où est passé Elie Arié?), des faits systématiquement escamotés (Darmanin, accusé de viol? Certes. Coupable? Objectivement, on n'en sait rien). Bref, penser que ce blog peut convaincre des non-initiés revient à imaginer qu'un agnostique puisse devenir catholique rien qu'en écoutant le sermon du curé à la messe du dimanche matin. Il faut prendre ce blog pour ce qu'il est, à savoir simplement l'expression du point de vue de son auteur, bien rédigé je le concède. A lire simplement avec d'autres blogs qui ont un point de vue différent. Frédéric

      Supprimer
  9. "...On a balancé plus de gaz lacrymogène en trois ans qu'entre 1945 et 2017...". Et on fait mine de se rendre compte que ce gaz est dangereux ?
    Voilà à quoi mène l'inculture historique dans ce pays, corrélé à son égocentrisme !
    On nous explique, en Histoire, que les premiers gaz de combat on été utilisés en avril 1915 à Ypres (en Belgique), détruisant un nombre incalculable de vies, en en mortifiant définitivement un nombre incalculable. Ceci est un fait. Mais ce n'est pas du tout la première fois que des gaz de combats on été utilisés lors de ce conflit.
    La toute première utilisation de gaz de combat l'a été le 31 janvier 2015, soit plus de trois mois avant la bataille d'Ypres. C'était à Bolimow, petit village polonais situé entre Varsovie et Lodz. Lors de la bataille du même nom, opposant Allemands et Russes. Les ingénieurs Allemands avait mis au point ce fameux gaz lacrymogène. Ils ont alors balancé plusieurs milliers d'obus contenant ce gaz sur les troupes russes.
    Résultat ? Plus de trois milles soldats Russes mis hors de combat (dont l'immense majorité par décès).
    Problème : les Allemands eurent près de dix fois plus de morts que les Russes.
    Pourquoi ? Juste parce que les ingénieurs Allemands n'avaient pas vu arriver un changement radical dans l'orientation des vents qui, brutalement, se sont mis à souffler d'ouest en est, dans un premier temps, à d'est en ouest. Le lacrymogène a ainsi submergé les troupes allemandes qui ont dénombrées alors quelques dizaines de milliers de soldats mis hors de combat.
    Alors, que l'on découvre aujourd'hui que le gaz lacrymogène est dangereusement mortel ? Ca fait plus de 105 ans qu'on le sait !
    Par contre, je veux bien reconnaitre que l'on vienne juste de découvrir la manière dont ce gaz agit sur un organisme animal...

    CanluCat

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci par avance de votre commentaire. Soyez poli, et ne trollez pas.

ARCHIVES

Plus d'éléments

Articles les plus consultés

Sauvez des vies ? Virez Macron.

593ème semaine politique: ce qu'a fait Emmanuel Macron pour les pauvres

Les sous-doués de l'Elysée: #Macronavirus, à quand la fin ?