31 mars 2019

Pourquoi Macron ne fait pas campagne pour les élections européennes

 

Le déni démocratique est total. A six semaines de l'élection du parlement européen, la Macronie n'a pas dévoilé son programme. Et voici pourquoi.


Les élections européennes sont importantes, qui pourrait le contester ?

Premièrement, l'Union européenne est en crise politique, avec la sortie possible ou probable du Royaume Uni dans les prochaines semaines. Le Brexit est un coup pour l'Union. Le miracle européen devient mirage. La sortie du Royaume uni semble inéluctable. Theresa May a mis sa démission dans la balance et, vendredi 29 mars, cela n'a pas suffit à lui faire obtenir une majorité d'accord sur son projet de départ négocié. Cette politique sacrificielle ne change rien à la farce. Le Brexit, obtenu sur fond d'abstentions et de surenchères xénophobes, ressemble désormais à un fiasco politique qui décrédibilise jusqu'à la démocratie parlementaire elle-même. Le Brexit est un épouvantail idéal pour Macron et quelques autres euro-béats

Deuxièmement, la quasi-totalité des gouvernements européens se sont alignés sur la doxa libérale: réduction de la dépense et des services publics, défiscalisation des foyers aisés et des grandes entreprises et, surtout, libre-concurrence. Le "projet européen" de Macron n’inclura pas de changement de ligne politique. Les "cadeaux sociaux" de Noël en France ont été arrachés par des semaines de luttes des Gilets Jaunes. Comment imaginer que la liste macroniste qui s'est auto-proclamée "progressiste" soutienne l'idée d'étendre le droit syndical alors que la loi Travail a "permis" de supprimer des milliers de postes d'élus du personnel et de renverser la hiérarchie des normes ? Macron est grandiloquent mais osera-t-il accepter de rogner le sacro-saint droit de la concurrence et réviser les règles des marchés publics pour favoriser les entreprises qui respectent les droits des travailleurs et l’écosystème (proposition LFI) ?

Dans son courrier fin février, qui sert de boussole à des macronistes déboussolés, le jeune monarque appelle à défendre la démocratie. Mais en France, il a réduit la protection des sources journalistiques et des lanceurs d'alerte; réduit les libertés publiques avec sa loi anti-Casseur et la légalisation permanente de l'état d'urgence; il a réduit le droit d'asile, réduit le pouvoir des syndicats. Il nie même les violences policières, comme encore cette semaine, où il a publiquement menti sur les circonstances de la chute d'une manifestante septuagénaire.

Macron promeut l'idée d'un "salaire minimum européen, adapté à chaque pays". Un salaire minimum sans plancher... bel oxymore, comme toujours. Macron promeut la "renaissance européenne", mais sur quelles bases ? En France, il s'est engagé dans une "rénovation" du modèle français en réduisant l'accès aux prestations sociales et sa fonction publique de 120 000 postes, et en introduisant de la concurrence partout où il le peut: dans les recrutements d'élèves de l'université publique (via la réforme Parcoursup), dans l'obtention du bac (avec l'introduction du contrôle continu et d'un grand oral), dans la gestion des effectifs de la Fonction publique même dans les services les plus régaliens tels le fisc; dans les transports (le rail, ADP); dans les hôpitaux (fermeture des établissements non rentables).

Troisièmement, l'Union européenne est invoquée comme un prétexte facile par les dirigeants libéraux tels Macron quand ils veulent faire passer la pilule. Tout autant que par les europhobes quand il s'agit d'expliquer que l'Europe est la cause de tous nos maux. Les élections européennes sont l'occasion de débattre de ces faiblesses démocratiques. Le prochain scrutin est symbolique, c'est un simulacre. Certes, les citoyens pourront voter et désigner leurs élus au Parlement. Mais le vrai pouvoir reste à la Commission, qui n'est pas désigné, seulement adoubée, par le Parlement, et au Conseil des chefs d’États européens. Des propositions d'amélioration sont sur la table :  créer un « mois parlementaire européen » pendant lequel les parlements nationaux se prononcent sur les textes européens avant leur mise en débat au niveau européen; ou faire désigner le président de la BCE par le Parlement. Mais peu de chance que le "projet européen" de Macron inclue des obligations de transparence sur les lobbys, comme la tenue d'un "registre des lobbys et lobbyistes, la publication de tous les rendez-vous des députés, commissaires ou fonctionnaires européens avec des lobbyistes"(proposition de la France insoumise). Le gouvernement Macron est truffé d'anciens lobbyistes, ministres ou membres des cabinets; Macron a durci le secret des affaires; sa loi sur la transparence parlementaire est suffisamment floue sur les lobbies en France.


Quatrièmement, l'échelon européen est sans aucun doute celui qui compte pour peser dans la lutte contre la crise écologique. Mais là encore, la Macronie se tait, ou plutôt elle brasse du vent. Elle a réussi à débaucher Pascal Canfin et Pascal Durand (qui ?). Et Canfin ose justifier son ralliement par la garantie de son indépendance vis-à-vis des insuffisances écologistes de la Macronie ... en France (sic!). On suppose que ces macronistes, historiques ou débauchés, ne remettront pas en cause le CETA; qu'il refuseront d'augmenter les objectifs de réduction des émissions ou de sortir des pesticides, des néonicotinoïdes et des OGM (proposition des listes LFI, EELV, PS et Generation.s.). Le "projet européen" de Macron ne prévoira pas non plus l'interdiction des perturbateurs endocriniens, ni des élevages en batterie, ni des sévices sur les animaux vivants (la récente loi EGALIM prévoit l'inverse !). Peu de chances qu'il s'oppose à la brevetabilité du vivant ou qu'il soutienne la taxation carbone du kérosène (Jupiter l'avait refusé en France, lui préférant une surtaxation du diesel). Peu de chances qu'il accepte de réduire les soutiens directs et indirects aux énergies fossiles, quand on sait que les 6 banques françaises habituelles des "fêtes à selfies" de la Finance Verte organisés régulièrement par Macron ont réduit leur financement des énergies renouvelables. Les macronistes sont-ils au moins favorable aux proposition actuelles du Parlement européen visant à interdire mondialement l’expérimentation animale dans les cosmétiques ?

Les élections peinent à mobiliser: l'abstention y est plus forte que sur les scrutins nationaux. Les sujets de débats contradictoires sont nombreux. Mais la Macronie n'y prend pas part. Elle ne dit rien, ou si peu. Elle tait son "projet européen". Le camp macroniste refuse de faire campagne: deux mois avant le scrutin, il dévoile sa liste composée de débauchages divers, de quelques médiacrates qui au moins assument leur opinion. Mais de programme, nulle part. "Il sera dévoilé dans le courant du mois d’avril." prévient-on sur le site officiel du parti présidentiel.

L'ADN politique de Macron n'est pas l'Europe mais la confiscation du débat démocratique par des campagnes aussi éclair que floues et caricaturales.

Fin février, les macronistes ouvrent un site internet, vide. Fin mars, un début de liste de candidats a été dévoilée. C'est la seconde contribution macroniste au débat pour ce scrutin européen. Et c'est bien maigre. Pour l'heure, le "projet européen" de la Macronie se résume à un courrier du jeune monarque qui nous encombre de gadgets si chers à la novlangue jupitérienne. La liste donne le tournis: "Agence européenne de protection des démocraties", "office européen de l’asile", "Conseil européen de sécurité intérieure", "Banque européenne du climat", "force sanitaire européenne", "Conférence pour l’Europe"... Ces gadgets sont utiles, ils ont des appellations pompeuses, ils rassurent les béats et les paresseux, ils font croire que l'on agit. Ils habillent la réalité.

Chacun de ces gadgets trouve sa contradiction dans l'actuelle politique de Macron: Jupiter repousse les délais de fermeture de nos centrales nucléaires hors d'âge, il repousse l'interdiction des pesticides; il gèle les prestations sociales; il précarise les salariés devant leurs employeurs; il durcit les conditions de l'asile politique; il réduit les libertés publiques; il nie les violences policières (Macron a été justement pris en flagrant délit de mensonge cette semaine quand il avança qu'une septuagénaire assommée jusqu'au coma par la police avait simplement "trébuché"). Macron renforce le secret des affaires et fragilise le statut des lanceurs d'alerte et la protection du secret des sources journalistiques. Il fait propager des Fake News par des internautes anonymes.

Macron cache son programme européen car le président des riches serait nu face à la réalité de ses objectifs. Impossible pour lui de s'abriter derrière l'argument d'une quelconque contrainte européenne. Il faudrait assumer que l'axe politique est réactionnaire.

Macron est un faussaire politique.

Cette semaine, au moment où la Macronie fait mine de lancer sa campagne européenne, sans programme, deux anciens conseillers élyséens font la tournée des plateaux radio-télévisés pour la promotion d'un ouvrage de novlangue. Ne riez pas du titre - "Le progrès ne tombe pas du ciel” - , les deux impétrants s'y croient. Le plus connu des deux, Ismaël Emelien, a été exfiltré de l'Elysée en octobre dernier. Ancien conseiller de l'autocrate vénézuélien Maduro, il a œuvré à l'élection de Macron (c'est le champion du "en même temps" et autres formules "ni de droite, ni de gauche") puis à la gestion élyséenne des premiers mois. La métaphore des "premiers de cordée" est de lui, d'après la légende. Quand l'affaire Benalla éclate, Emelien adopte une attitude de crapule: il transmet deux vidéos, l'une illégale, l'autre mensongère, à des trolls macronistes pour qu'ils défendent le garde du corps de Macron. "L’Elysée a utilisé une vidéo de la Préfecture de police obtenue illégalement et a ajouté des images d’une autre scène de violence, avant de les diffuser anonymement sur Twitter." résument deux journalistes du Monde.

La tournée promotionnelle de ces deux ex-conseillers est l'une des meilleures contrepublicités à la politique macroniste.

Amis macronistes, ne changez rien.


  







15 commentaires:

  1. " L'autocrate Maduro " ??? Là, Juan, vous venez de vous fâcher irrémédiablement avec Mélenchon !

    RépondreSupprimer
  2. Juan

    On aimerait quand même que vous commentiez cette information qui n'a pas pu vous échapper :

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/30/securite-routiere-ces-radars-qui-sauvent-des-vies_5443540_3232.html#

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé Doc ! C'est une manie chez vous : 3 fois que vous nous ressortez cet article du Monde...

      Supprimer
    2. Oui : j' attends ( et attendrai sans doute longtemps ) la réponse de Juan !

      Supprimer
    3. c'est dommage d'abimer les radars. Et vous Elie, vous avez qqch à dire sur les 500 estropiés à vie par les violentes réponses policières ?

      Supprimer
    4. Mais c'est quoi, cette réponse??? Quel rapport entre des machines placée là pour sauver des vies, et des policiers qui sont là pour maintenir l' ordre et pourraient en avoir terminé depuis longtemps si leurs instructions n' étaient pas d' éviter au maximum de faire des victimes ( syndrome Malek Oussédine) y inclus parmi ceux qui viennent leur casser la gueule ou les Black Blocs ? Vous croyez que Maduro ou Poutine n' auraient pas réglé le problème depuis longtemps à coups de tirs à balles réelles dans le tas ?

      Supprimer
  3. @ Juan

    Quelle mauvaise information ( si vous êtes de bonne foi) sur Agnès Buzyn ! C'est elle qui vient de mettre fin à la politique de fermeture des " petits hôpitaux de proximité ", et posé enfin la question comme elle doit l' être : " Quel hôpital pet faire quoi ?", car tout hôpital ne peut évidemment pas tout faire !!! Qui aimerait être opéré dans un hôpital où le bloc opératoire fonctionne 2 matinées par semaine, ou bien accoucher dans une maternité qui reste parfois 4 mois sans pratiquer un seul accouchement ?
    La réalité est que ces petits hôpitaux sont souvent le plus gros employeur de la ville ( et où tout le monde est quand même payé plein temps pour un travail à mi- temps , ou parfois moins), et que, quand il est question de réduire leur personnel à leur activité réelle, toute la ville défile pour protester, le maire avec son écharpe en tête; mais, quand ils sont vraiment malades, le même maire, et le personnel de l'hôpital (qui connaissent la réalité ) vont se faire soigner au CHU le plus proche...et ils ont bien raison ! Et vous en feriez autant !

    Irez- vous jusqu'à corriger votre fausse information ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici Elie,

      sur les fermetures: https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/fermeture-des-hopitaux-quels-sont-les-chiffres_3187165.html
      sur les propositions: https://www.marianne.net/societe/plan-sante-de-macron-derriere-les-hopitaux-de-proximite-la-fin-annoncee-des-petits-hopitaux

      Supprimer
    2. Juan
      Vos liens ne marchent pas; en tous cas, voici les déclarations du gouvernement, dans,la loi santé de 2019, sur les hôpitaux dits de "proximité " ( appelation qui ne signifie rien, tout hôpital est proche de quelque chose, et qu'il faudrait plutôt appeler" hôpitaux à faible activité "):

      https://www.gouvernement.fr/sante-500-hopitaux-de-proximite-et-4-000-assistants-medicaux-en-plus

      Vous pouvez ne pas être d'accord, mais ne faites pas dire à la ministre le contraire de ce qu' elle dit...

      Supprimer
    3. Doc,
      Pour les liens de Juan, il suffit de les placer en surbrillance et de cliquer droit puis "ouvrir" et ça roule tout seul.

      Ne me remerciez pas, c'est pour vous aider.

      Supprimer
  4. @ Juan

    Et si vous nous expliquiez pourquoi vous êtes incapable d'admettre ici le moindre mérite à Macron, alors que vous lui en reconnaissez certainement plusieurs - contrairement à la plupart de vos commentateurs qui sont de la pâte dont on fait les populaces sur lesquelles s'appuient toutes les dictatures ?

    RépondreSupprimer
  5. Je revendique mon appartenance à la pâte dont on fait les populaces mais je n'appuie aucune dictature, ni Hitler, ni Staline, ni la dictature de la finance. Ni dieu ni maître, je suis un insoumis.

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, un " macroniste de gauche ", maintenant !
    Si les circonstances s'y prêtent dans 3 ans et s'il joue bien sa carte, pourquoi pas ?
    Déjà, un atout pour lui : ces 2 machines à perdre que sont le PS et les Insoumis ne le soutiendront pas !

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-drian-lance-un-mouvement-breton-le-breizh-lab-20190404
    '

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.