Affichage des articles dont le libellé est Juan Politic. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Juan Politic. Afficher tous les articles

17 février 2019

De la haine en politique (615ème semaine politique)

 
Crédit

 

La politique meurt-elle de la haine ? Le déferlement de haines de toutes natures dans l'espace public, politique et numérique interroge. Il a des effets néfastes évidents: il bloque la constitution de majorités politiques alternatives, il abime le débat, il divertit de sujets plus graves telle la lutte pour le climat. Il incite à la légalisation de mesures répressives dignes de dictature.

A qui profite le crime ?

Le dévoilement numérique

Avec le mouvement #meToo en 2016/2017, la gente masculine avait fait mine de découvrir l'ampleur du harcèlement, des agressions et des humiliations que les femmes de tous milieux subissent. Plus récemment, il s'est trouvé des voix pour dénoncer l'anonymat sur internet au motif qu'il protégeait les haineux. Puis le cercle médiatique a commencé un autre ménage au sein des siens, et en particulier de la jeune garde trentenaire, après qu'on ait révélé l'identité d'un groupe Facebook de jeunes pousses médiatiques influentes qui sévissaient sur les réseaux sociaux contre les femmes, les homos et même les juifs. Ces haineux s'étaient baptisé "Ligue du Lol"D'autres racailles dans d'autres rédactions et écoles de journalismes sont également (enfin) dénoncées. Tous émargeaient dans l'élite médiatico-numérique.

Mais ce n'est pas tout. La perspective d'une légalisation de la PMA réactive les réseaux ultra-religieux. Ailleurs, les actes antisémites se multiplient, +74% en 2018, jusqu'à l'agression verbale de l'éditocrate d'extrême droite Alain Finkelkraut samedi 16 février en marge d'une manifestation des Gilets Jaunes. Les agressions homophobes ont également augmenté de 15% depuis novembre. Les violences policières atteignent des niveaux gravissimes: depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, on dénombre 193 blessures à la tête, 20 éborgnés et 5 mains arrachées, pour 442 actes au total. A cela, un nombre croissant de macronistes répondent que cette ultra-violence n'est pas si extrême, que les manifestants, mêmes les victimes innocentes et collatérales, l'ont bien cherché. La loi anti-casseurs adoptée il y a 10 jours, qui permettra à la police, sans contrôle judiciaire, d'interdire des manifestants, est l'un des aboutissements de cette dérive totalitaire.

Enfin, les militants politiques sont souvent devenus des trolls haineux qui ne cherchent plus à comprendre ni débattre.

Comment en est-on arrivé là ?

Depuis l’hystérisation du débat politique à l'aube des années 2000, la question se pose. La parenthèse Hollande avait débuté sous un calme relatif, grâce au licenciement consensuel mais sec d'un prédécesseur qui avait bâti son ADN politique sur le clivage systématique et la triangulation permanente. Nicolas Sarkozy raillait les pauvres, les Roms, les étrangers, "l'homme africain pas entré dans l'Histoire", les "racailles" en tous genres sauf évidemment celles qui travaillaient pour son compte et les financements de ses campagnes (lire à ce propos l'excellente enquête de Mediapart sur la Libye et les curieuses accointances Kadhafi/Sarkozy), dans l'espoir de chiper l'électorat de Marine Le Pen. A force de détruire les digues éthiques et républicaines, il a au contraire ouvert un boulevard à l'extrême droite. Quand la Firme (*) fut dissoute, la droite d'opposition ne fut pas plus calme.

Avec Hollande, ce  fut à peine différent. Il a souffert des outrances d'une droite furibarde qui contestait la légitimité de son élection, allant jusqu'à faire manifester des enfants contre le mariage homosexuel et "la fin de la civilisation" (sic!). Mais à gauche, Hollande a pêché par ses silences. Son ambiguïté politique, prémisse du macronisme inégalitaire, est devenue une trahison de premier ordre pour son flanc gauche, et un échec pour son camp. La politique est restée haineuse sous Hollande. D'un quinquennat à l'autre, les ravages des clivages, mais aussi le climat international, les centaines de morts du terrorisme islamiste sur le sol français ont entretenu un climat de violence. De l’exécution d'enfants juifs à l'école Ozar Hatorah de Toulouse en 2012 par Mohamed Merah aux cris "#JeSuisCharlie" après que la rédaction du journal satirique ait été décimée, de la boucherie du Bataclan au camion de Nice, le terrorisme n'a pas rassemblé contre lui: il a au contraire divisé, aliéné, et renvoyé les uns et les autres dans leur certitudes et leurs haines.

L'antisémitisme est ainsi sorti du bois plus fortement que jamais: on tue, on blesse, on agresse des hommes, des femmes, des enfants parce qu'ils sont juifs dans cette France du 21ème siècle. Et ces crimes et délits antisémites ne suscitent plus la même indignation républicaine qu'il y a 20 ans. Quinze partis de tous bord ont crié cette semaine, avec tribune et appel à manifester. Mais la lutte contre l'antisémitisme est doublement polluée, d'une part par son instrumentalisation, avec une indécence rare, pour fustiger l'islam, et d'autre part par les amalgames abrutis de quelques-uns qui s'indignent (à juste titre) de l'oppression de la Palestine par Israël mais la mélange avec une stigmatisation antisémite qui n'avoue pas son nom (NDR: au passage, rappelons que Macron lui-même s'est égaré dans l'amalgame, dès juillet 2017: antisémitisme et antisionisme sont deux choses bien différentes, il n'y a que les antisémites et les sionistes pour ne pas le voir).

La haine contre le mépris

La politique est toujours haineuse sous Macron, à cause des frustrations qu'il a provoquées.   Le candidat-sourire avait tenté de dépasser ce climat, de réconcilier tout le monde en s'affichant a-politique et rassembleur. Macron a ainsi "absorbé" quelques hollandistes déboussolés, les socio-libéraux du PS et la quasi-totalité du centre droit, avant de glisser fermement sur les rivages de droite voire de la droite extrême. Son slogan "ni de droite ni de gauche" n'était ... qu'un slogan. Le mépris présidentiel et la violence inégalitaire de sa politique a généré frustrations puis haines: le jeune monarque s'est élire sur un hold-up - le chantage au Front national, et l'unification du bloc bourgeois,  mais applique un programme qu'il n'avait pris la peine de détailler lors de la campagne. Macron endosse avec une telle aisance le costume de président des riches qu'il en subit les foudres.

La haine nait du mépris de classe de cette France d'en haut pour le reste du pays. Jusqu'au coup d'arrêt des Gilets Jaunes, incarné par un lâchage de 10 milliards d'euros de revalorisation partielle du pouvoir d'achat, le quinquennat Macron a méprisé les "fainéants", les "réfractaires", "ceux qui ne sont rien": il a affaibli les droits des travailleurs (Ordonnances Travail), supprimé 200 000 postes de représentants des salariés (idem), accru la répression légalisée sans contrôle de la justice (état d'urgence, loi anti-casseurs), réprimé les réfugiés (loi Asile), gavé les ultra-riches (suppression de l'ISF, flat tax, exit-tax), réduit ou gelé les prestations sociales (APL, etc), abimé la planète en gelant ou reniant la quasi-totalité des engagements pro-climat du quinquennat précédent, décidé la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, fragilisé la SNCF en supprimant le statut des cheminots, puis les petites lignes, pour ouvrir le rail à la concurrence. Last but not least, Emmanuel Macron a soutenu et abrité une barbouzerie (in)digne: comme Sarko avant lui, il a son émissaire des basses œuvres. Alexandre Benalla, ex-responsable de la sécurité personnelle du couple Macron, a conclu des contrats de sécurité avec deux oligarques russes alors qu'il travaillait encore à l'Elysée. Il échappe toujours à la justice. On attend désormais de savoir si et comment il a contribué au financement de la campagne de Macron.

Bref. Le président des ultra-riches est haï. Macron est désormais haï, pas encore au point de Nicolas Sarkozy, mais la haine est malheureusement intense. Et ses proches, Griveaux, Schiappa et Castaner en tête, l'alimentent à coup de déclarations outrancières.

Les diversions macronistes

Macron sait qu'il lui faut éviter d'agréger les oppositions contre lui. En conséquence, il agrège la droite pour mieux "corneriser" ce qu'il reste de l'ex-UMP. L'adoption de la loi anti-casseurs proposée par la droite furibarde et l'un de ses porte-paroles les plus extrêmistes - le filloniste Bruno Retailleau, n'est rien d'autres que cela. La remontée de Macron dans les sondages se fait d'ailleurs à droite. La nomination d'Alain Juppé au Conseil Constitutionnel est une autre de ces manoeuvres, à la fois politique et monarchique. Politique, elle signe le ralliement du camp Juppé à la Macronie. Monarchique, cette nomination l'est assurément: le choix est porté par Richard Ferrand, zélé obligé de Jupiter dont chacun a compris qu'il était derrière ce "coup de maître". La France serait la république américaine qu'Alain Juppé aurait été questionné par des parlementaires avec une attention et une précision qu'il n'aurait sans doute pas supportées. Son passé d'ancien condamné pour emploi fictif l'aurait sans doute d'ailleurs disqualifié. Mais nous sommes en France et non pas en Amérique.


Pendant la crise, le gouvernement travaille pour déminer. Le grand débat finit par lasser, mais ministres et autres macronistes essayent d'occuper l'agenda médiatique avec autre chose. Quatre-vingt députés réclament le retour de la taxe carbone, mais en soignant les ménages les plus pauvres. La démarche est opportuniste, le 15 février, quelques milliers de jeunes viennent protester pour le climat et contre l'inaction gouvernementale. Le mouvement vient du Nord de l'Europe. En Belgique, ils étaient 15 000. Depuis l'automne dernier, la jeune Greta Thunberg a gagné sa notoriété en accusant publiquement les gouvernements du monde d'inaction et de crimes contre la planète. En France, une pétition sur cette "affaire du Siècle" rassemble plus de deux millions de signataires. Les 4 ONG qui la portent se sont vues opposées une fin de non-recevoir par les services de François de Rugy. Comme sur l'injustice sociale et fiscale, le gouvernement botte en touche: il répondra "dans les délais impartis" (sic!).

Autre diversion, les aides sociales. Lors de l'un de ces exercices de propagande gouvernementale, Édouard Philippe réclame des contreparties aux aides sociales.
"Moi, ma conviction personnelle c'est que compte tenu de l'importance de nos mécanismes de solidarité, compte tenu de nos finances publiques, compte tenu de la situation d'un pays qui est en croissance mais qui reste avec un taux de chômage élevé, il faut qu'on s'interroge sur ces contreparties, il faut que l'on regarde ce qu'on peut réfléchir avec nos concitoyens comme contrepartie au versement obligatoire" Édouard Philippe, 15 février 2019
Posons la question, en majuscules: QUELLES SONT LES CONTREPARTIES D'INVESTISSEMENT DANS L’ÉCONOMIE EXIGÉES EN ÉCHANGE DE LA SUPPRESSION DE L'ISF ET DE L'INSTAURATION DE LA FLAT TAX ?

Elles n'existent pas. Il n'y en a pas. Le gouvernement a "rendu" quelque 5 milliards d'impôts aux 0,1% des foyers les plus riches de France, "comme ça".

Sans rien exiger en échange.

Troisième diversion encore, le plan Santé soudainement remis dans l'agenda médiatique. En Conseil des Ministres, la ministre de la Santé présente son plan "Ma Santé 2022", dévoilé en septembre dernier: 54 mesures ! Le plan Santé est assez exemplaire... de la méthode Macron pour éteindre l'opposition: il affiche de belles ambitions, il cache son agenda réel,  il justifie une réduction des moyens.

Sur le papier, il faudrait applaudir: "500 à 600 hôpitaux de proximité verront le jour à l’horizon 2022."  Vraiment ? Une fois n'est pas coutume, le JDD livre un bilan édifiant de la destruction du dispositif hospitalier français depuis une décennie et l'action sarkozyste désastreuse: -7% d'hôpitaux publics (1 458 sites en 2013, 1 363 en 2017), _4% pour les établissements privés à but non lucratif (680 en 2017 contre 712 sites en 2013). Pire, le nombre des cliniques à but lucratif a été divisé ... par deux en 20 ans (1 369 en 1975, 814 en 1996, 498 en 2016). Faible consolation, les services hospitaliers d’urgence sont stables depuis 20 ans... malgré une explosion du nombre de consultations aux urgences: 10 millions en 1996, plus du double vingt ans plus tard (21 millions): sous-effectif médicaux, inquiétudes des patients, désertification médicale, le diagnostic est clair et partagé.

Que fait Macron ? Il annonce donc la création de "500 à 600 hôpitaux de proximité à l’horizon 2022." Mais "en même temps", le budget public consacré aux hôpitaux publics est réduit de 960 millions euros en 2019. Et encore 1 milliard d'économies promises pour 2020. De qui se moque-t-on ? Mais mais mais... Macron va créer  4 000 postes d'assistants médicaux d’ici à 2022 ! En fait, il s'agit d'aides-soignants, d'infirmiers et de secrétaires médicaux qui auront bénéficié d'une courte formation supplémentaire. Mêmes les syndicats de médecins réclamaient plus, 5 fois plus (sic!), soit 20 000 embauches. Pire, 6 mois après les annonces gouvernementales de septembre, les syndicats de médecins découvrent la grosse ficelle: en échange d'un regroupement des médecin, l'Assurance Maladie demande que le nombre de consultations progresse de 3 à 6 consultations par heure par médecin.

L'arnaque du plan Santé est d'habiller la réductions budgétaire d'une prétendue augmentation des moyens. L'Ordre infirmier ne s'y est pas trompé: les assistants médicaux sont la « fausse bonne idée » du plan Santé, déclarent-ils cette semaine. Le 11 février dernier, ce sont aux médecins libéraux de jeter l'éponge et quitter la table des négociations.

L'espoir des Gilets Jaunes.

Contre les Gilets Jaunes, l'offensive médiatique et numérique est puissante. La presse, aux ordres, publie des sondages à répétitions pour témoigner à la fois d'un essoufflement du mouvement, ce qui est démenti dès le samedi suivant, et de l'impopularité du mouvement: "la majorité des Français souhaitent l'arrêt du mouvement" écrit le JDD le 16 février, s'appuyant à tort sur un sondage dont l'institut précise lui-même que la marge d'erreur du résultat affiché (52%) est de ... 3,1 points.  Silence radio sur cet autre enquête du même IFOP où quatre mesures macronistes récentes sont désavouées par les sondés: Parcoursup (55% de mécontents), le gel du point d'indice des fonctionnaires (63%), la suppression de l'ISF (68%) ou l'abaissement à 80km/h du maximum autorisée sur les routes nationales (71%).

Contre les Gilets Jaunes, les caricatures du mouvement ont été nombreuses, systématiques et précoces. Certes, quelques figures abusivement identifiées comme "leaders" ont alimenté en bêtises et outrances la machine à railleries. Le jeune Maxime Nicolle, RSAiste, s'est fait moqué par son complotisme par les mêmes qui crient au complot russophile contre Macron. Il fallut quelques semaines pour réaliser que Benjamin Cauchy n'est qu'un militant de Debout La France de Nicolas Dupont-Aignan. Et cette semaine, un certain Christophe Chalençon a ainsi été finalement attrapé en caméra cachée par des journalistes italiens en train de délirer sur les forces paramilitaires qui viendront à son secours s'il était tué.

Pourtant, ce mouvement des Gilets Jaunes ne s'est pas construit sur des bouc-émissaires:  aucune catégorie sociale ni communautaire ou religieuse n'a été portée comme bouc-émissaire des malheurs et du mouvement dans les cortèges des Gilets Jaunes: "les Gilets  Jaunes, certes ruraux et périurbains, ne s’opposent pas, pour autant, à  une partie de la population" notait l'éditocrate Thomas Legrand dans sa tribune du 14 février. "Dans leur expression publique du moins,  ils ne ciblent pas les citadins ou les étrangers." Tout a été fait pour caricaturer l'ensemble du mouvement en un groupe de revanchards racistes, homophobes et violents, même sur cette même station France Inter (sic!). Il n'en est rien. Avec une stabilité remarquable, les cortèges restent ultra-majoritairement concentrés sur les mêmes slogans, les mêmes mots d'ordre qui sont justement dans l'exact angle mort des "réponses" scénarisées par l’Élysée dans le grand débat: le pouvoir d'achat et la justice fiscale. "Si des  militants de l’extrême-droite tentent (comme ceux de l’extrême-gauche  d’ailleurs) de coloniser le mouvement" écrit encore Thomas Legrand, "le thème qui surnage, après 14  semaines, celui qui noircit les cahiers de doléance, domine la teneur du  grand débat, c’est l’injustice sociale et fiscale."

Le mouvement des Gilets Jaunes demeure l'une des rares manifestations populaires sans bouc-émissaire. Malgré les dérapages, violents, anecdotiques ou sur-médiatisés, le gouvernement aurait du applaudir et encourager cet œcuménisme sociétal.

Il est sans doute trop tard.

Adversaire macroniste, te sens-tu haineux ?







(*) surnom donné au petit cercle sarkozyste de la campagne victorieuse de 2007.

2 février 2019

613ème semaine: le complot Macron

 

 

Devant des journalistes, Macron livre un faux "Off" complètement "Ouf" et dingue sur ce qu'il révèle d'Emmanuel Macron: complotiste, paranoïaque, arrogant et hors sol. Mais l'Acte XII des Gilets Jaunes rassemble et bouscule. Et fait dériver le parcours si bien tracé du Grand Débat.

Merci les Gilets Jaunes

La "nouvelle politique de Macron" est un concept innovant en Macronista, mais simple à comprendre: il a suffit d'une dizaine de samedis de manifestations, de deux mille blessés et 11 morts, d'un stress au sommet élyséen au point de voir le jeune monarque craquer 10 milliards d'euros de concessions sociales mi-décembre. Et voici le résultat.


Elle est pas belle, la vie ? Grâce aux Gilets Jaunes, l'avenir est plus rose. Mêmes les réformes macronistes ont déraillées ou ont été suspendues. Macron réfléchit d'ailleurs à organiser un référer pour sortir de son impasse politique. Samedi 2 février, ils sont encore là un peu partout en France, et cette fois-ci surtout à Paris malgré les hélicoptères en position géostationnaires au-dessus des manifestants, les milliers de policiers, les barrages filtrants.

Si Macron avait écouté les Foulards Rouges, ce groupe de fidèles inquiets qui manifestèrent dimanche 28 janvier, la France mangerait encore du foin, pendant que la première Dame Brigitte dévoilait à quelques journalistes triés la nouvelle décoration "beige" des salons du Palais. Le timing est parfait pour cette Marie-Antoinette de la monarchie macroniste. Puis Macron put organiser un débat filmer, en bras de chemise.

Rassuré par l'occupation médiatique de son Grand Débat, Emmanuel Macron s'est aussi autorisé un voyage, une visite chez un autocrate, le président à vie. Avec Brigitte Macron, transformée en "femme-sandwich" pour la promotion du luxe français dans des pays où le salaire mensuel moyen atteint à peine le prix de ses lacets, il flâne dans le temple d'Abou Simbel. Et le voici qu'il se livre en "Off", d'abord à trois éditocrates, puis à la troupe entière  journalistes et éditocrates - agrégée pour ce voyage jupitérien. Macron parlerait-il de diplomatie ? A peine, tout le monde l'attend ailleurs. Il se lâche sur les Gilets Jaunes, les Français et la Fraaaance.


Le mépris

Comme d'habitude, Macron n'est jamais avare de déclarations méprisantes sur ce "peuple-qui-l'a-élu" que lorsqu'il s'en éloigne géographiquement: "Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu'un ministre ou un député !" s'exclame-t-il. Son argument est l'exact inverse de ce qu'il a promis dans le cadre du Grand "Débat": "Si on veut rebâtir les choses dans notre société, on doit accepter qu'il y ait une hiérarchie des paroles. Je ne crois pas du tout à l'horizontalité là-dessus. L'horizontalité d'un débat, c'est très bien. Mais il faut se poser la question « D'où tu parles ? Quelle est ta légitimité ? » Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité ou une responsabilité. Le citoyen lambda n'a pas la même. Il ne représente que lui-même." En annonçant le Grand Débat, le monarque avait au contraire fait mine d'ouverture. Bien sûr, l'affaire avait été encadrée dans 4 quatre questions pour l'essentiel biaisées par la vision conservatrice, élitiste et libérale macroniste. Après douze semaines de Gilets Jaunes, la motivation des sondés, à une écrasante majorité, à davantage de justice fiscale n'a pas changé.


Le télévangéliste

Mais Macron avait au moins fait semblant de vouloir écouter et prendre en compte: "vos propositions" écrivait-il dans sa Lettre, "permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international." Quelques semaines plus tard, patatras, le voile se lève. Le 18 janvier dernier devant des maires, Macron avait déjà tenu un propos similaire, en tentant de hiérarchiser les paroles, mais sur le terrain de la légitimité de l'expert dans son domaine. Cette fois-ci, il en remet une couche, plus méprisante: Macron lui-même confesse son mépris pour ces débats "horizontaux". Quelle fascinante autodestruction...

Face aux journalistes, Macron livre son constat, il évoque le "besoin de commandement", d' "âme des peuples", de "force organique".

Il fait des efforts en formules grandiloquentes pour masquer son projet, l'institution d'un régime au service des ultra-riches: affaiblissement des salariés, surtout les plus "protégés" (SNCF, fonctionnaires); mise sous tutelle des collectivités locales (via la suppression de la taxe d'habitation); réduction des impôts pour les 0,1% d'ultra-riches (flat tax, ISF, etc); fusion des régimes de retraites pour en réduire le coût; gel des prestations sociales et sanctions des chômeurs; ordonnances travail rendre les travailleurs plus dociles.

Bref.

Le complotisme

Les propos ne sont pas filmés, mais largement relayés. Ce faux "Off" est surtout "Ouf", complètement dingue de ce qu'il révèle d'Emmanuel Macron: complotiste, paranoïaque, arrogant et hors sol. La démarche surprend pour qui pensait Macron plus habile. Cet exercice a tout de l'autodestruction. Alors que son Grand Débat occupait momentanément le devant de la scène éditocratique, voici que Jupiter alimente en bois de chauffe la machine à commentaires avec des propos délirants.

Source: JDD
"Drouet, c'est un produit médiatique, un produit des réseaux sociaux" s'exclame-t-il devant ce cercle privilégié. Et Macron, de quoi est-il le produit ? Une campagne grassement financée par un noyau d'un millier de riches donateurs, l'appui de bons publicitaires, le désistement du président sortant et un référendum anti-Le Pen pour s'autoriser ensuite à appliquer un programme pour ultra-riches que seule la révolte des Gilets Jaunes réussit à faire dérailler. De quoi Sarkozy est-il le nom, se demandait Alain Badiou. De quoi Emmanuel est-il le produit ?

Plus grave, plus surprenant, Macron dérive en plein complotisme: " L'envers du décor de cette crise a été très peu montré ". On dirait du Maxime Nicolle, non ? Ce dernier, l'une des figures apparentes du mouvement des Gilets Jaunes, est régulièrement décrié à cause de certains propos complotistes ou maladroits. Les éditocrates les plus influents le clouent régulièrement au pilori, trop heureux de pouvoir railler ce prolétaire mal éduqué selon eux. Mais s'indignent-ils des propos délirants du jeune monarque quand ce dernier dénonce les "influences extérieures" et "étrangères" du mouvement des Gilets Jaunes ? "Les différentes strates de Gilets jaunes, la déconstruction de ce qu'est le mouvement, de ses influences, la déconstruction de ses influences extérieures, ça, on l'a très peu entendu." Et il enfonce le clou : "dans l'affaire Benalla comme Gilets jaunes, la fachosphère, la gauchosphère, la russosphère représentent 90 % des mouvements sur Internet." D'où sort-il ces chiffres ? Comment justifie-t-il ses propos ? Emmauel Macron s'appuie-t-il à nouveau sur des analyses tirées du fichage des opposants comme celui révélé l'été dernier ?

Grâce aux Gilets Jaunes, Macron se révèle un peu plus.

L'autoritarisme

Le délire complotiste se poursuit ensuite contre Christophe Dettinger: "Le boxeur, la vidéo qu'il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d'extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n'a pas les mots d'un Gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan." Pourquoi être surpris qu'un homme qui va se rendre à la police pour une mise en examen certaine soit conseillé par son avocat ?

"Il n'a pas les mots d'un Gitan"

Du complotisme à l'autoritarisme, il n'y a qu'un pas. C'est Macron lui-même qui le dit. Chaque journée de manifestations des Gilets Jaunes a été émaillée de violences, souvent ultra-médiatisée, images de magasins cassés, de manifestants masqués qui lancent des projectiles sur les forces de l'ordre, Arc de Triomphe dégradé, etc. Inquiet des accusations d'incompétence, le gouvernement a sort le grand jeu, un fichier pour recenser les Gilets Jaunes, puis une "loi anti-casseurs". Sarko en son temps avait fait de même - jusqu'à interdire les cagoules, mais il n'avait osé dans ces dérives liberticides.

Car en effet, le projet de loi préparé par le gouvernement et défendu par Christophe Castaner est une loi qui permet la dictature, c'est-à-dire l'emprisonnement et l'interdiction de manifester pendant 3 ans, sans preuve ni contrôle judiciaire, sur simple décision de police, d'une personne ou d'un groupe de personnes, sur la base de ses intentions supposées ou de son appartenance à un groupe jugé "dangereux" pour l'Etat. Le projet adopté en première lecture au Sénat autorise ainsi les préfets de police:
  • à interdire des manifestations déclarées six heures avant, "si les circonstances font craindre des troubles d’une particulière gravité à l’ordre public"
  • à interdire "de prendre part à une manifestation déclarée ou dont il a connaissance à toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public", cette interdiction pouvant durer... 3 ans (sic!);
  • à ficher les personnes ainsi interdites de manifestation;
La rapporteuse LREM du texte anti-casseurs
La loi interdit également de "dissimuler volontairement, totalement ou partiellement, son visage afin de ne pas être identifiée dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l’ordre public".

A l'Assemblée, certains députés macronistes, se souvenant peut être de leur passé humaniste et républicain, toussent et protestent. Certains, tels Aurélien Taché, annoncent qu'ils ne voteront pas le texte.

Après le Code de la Honte qui ne ciblait que les réfugiés et migrants (allongement des délais d'incarcération, réduction des délais de dépôts de dossier d'asile, emprisonnement des enfants, jugements par visio-conférences), la légalisation de l'état d'urgence dans le droit commun (instauration de périmètres de protection de l’état d’urgence pour sécuriser des lieux ou des évènements; fermeture administrative de lieux de culte; assignation à résidence sans preuve ni juge), cette loi parachève un dispositif sécuritaire déjà puissant qui permet le passage en autocratie voire en dictature sur un simple claquement de doigt présidentiel. Rappelons aussi que Macron a insisté pour l'éventuelle réforme constitutionnelle ne retire pas au président de la République le droit de nomination du Parquet.
"Par hygiène démocratique du statut de l’information, (...) on doit aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat"  Emmanuel Macron, 18 janvier 2019
"Le complotisme nourrit l'autoritarisme." Emmanuel Macron, 31 janvier 2019
L'attaque présidentielle vise ainsi les réseaux sociaux, ces réseaux sociaux pour lesquels il souhaite la levée de tout anonymat: "les quotidiens, quels qu'ils soient, ne font plus l'actualité. Ils suivent les chaînes d'information en continu qui, de plus en plus, suivent les réseaux sociaux"... Les réseaux sociaux sont une irruption désagréable, un dérapage inacceptable, un artefact dans cette réécriture nationale. Ces Gilets Jaunes qui s'échauffent sur Facebook, en une multitude de groupes et de sous-groupes si pénibles à surveiller agacent Jupiter, ils n'ont rien à faire dans la startup nation.

Grâce aux Gilets Jaunes, Macron révèle un peu plus ce qu'il est.

Les prétoriens

Ce n'est pas la première fois que l'autocratisme macroniste se dévoile. Le projet de constituer une garde présidentielle qui échappe au contrôle des ministère de l'intérieur ou de la Défense, directement placée sous l'autorité du monarque, a été retardée par l'éclatement de l'affaire Benalla en juillet. Cette semaine d'ailleurs, Mediapart publie quelques enregistrements audio de conversations entre Vincent Crase et Alexandre Benalla qui prouvent la proximité des deux barbouzes avec Emmanuel Macron.

Mediapart révèle aussi les accointances russes du duo Crase/Benalla, entamées quand ils officiaient à l'Elysée. Virés de l'Elysée après la révélation de leurs méfaits en juillet 2018, ils ont constitué une société avec un prête-nom, Benalla s'est servi de passeports diplomatiques rendus par l'Etat pour oeuvrer en Afrique. L'objet de la prestation pour un oligarque russe"la protection des biens immobiliers en France de l'homme d'affaires, et de sa famille à Monaco".

La vie est belle, non ?

L'amalgame

Comme souvent en Macronie, on mélange tout, on noie la véritable cible des attaques dans un torrent de boue. Il faut discréditer, vite et puissamément. Les violences policières, richement documentées semaine après semaine, sont justifiées par la pire des excuses amorales et a-démocratiques: "les manifestants l'ont bien cherché", autre version du fameux "oeil pour oeil, dent pour dent", par le ministre Castaner lui-même.

 Cette forme de Blitzkrieg est habituelle, elle vise à taire le débat: assimiler Mélenchon à Le Pen, les Insoumis à l'extrême droite, les Gilets Jaunes à "50 000 ultra-violents", les chômeurs à des "fainéants", etc ... la tactique de l'amalgame grossier, aux antipodes d'une pensée présidentielle prétendument "complexe"

 Contre l'anonymat, on invoque les "les torrents de haine que déversent en ligne des auteurs protégés par un anonymat devenu problématique", et notamment plus récemment, les tombereaux d'insultes homophobes et racistes dont a été victime le chanteur Bilal Hassani, pour mieux justifier un pas de plus vers la répression des libertés publiques. Harceleurs et opposants gênants, l'amalgame est facile. 

Les éditocrates

Emmanuel Macron sombre ainsi: mépris, complotisme, autoritarisme et amalgame. 

Mais il livre une juste critique des médias sur un point au moins: les médias ont sombré dans le traitement par l'opinion, et non celui des faits. Les éditocrates ont gagné. Pour meubler des interminables tranches d'information, les chaînes gavent leurs audiences de commentaires, une caste d'éditocrates donne son avis éclairé chaque matin, chaque soir sur les principales radios et télévisions. Sociologiquement bourgeoise, politiquement libérale, cette caste construit un story-telling partiel et partial de la réalité. Une histoire qui promeut la libre concurrence entre les puissants et les fragiles, le marché libre et l'efficacité du privée. Une histoire qui fustige le "pognon de dingue" que coûte la solidarité nationale.

Ces éditocrates sont pris en cibles par les Gilets Jaunes et bien plus largement. Ils se nomment Jean-Michel Aphatie, Christophe Barbier, Alba Ventura, Bernard-Henri Lévy, Alain Duhamel, Laurent Joffrin, Nicolas Baverez, Ivan Rioufol, Philippe Bailly, Roland Cayrol, Nicolas Domenach, Elisabeth Levy. Ils ont l'accès facile aux médias dominants. Ils ont excusé l'affaire Benalla, fustiger les Gilets Jaunes dès les premières heures, reconnu tardivement les violences policières, applaudi aux réductions et gels des prestations sociales, justifié la loi Asile et Immigration.

Ils ne sont pas journalistes, ils commentent l'actualité comme tout un chacun mais ils ont l'avantage fiscal et moral de pouvoir brandir leur carte de presse. A force de donner leur opinion tout en se prétendant journalistes, ils ont contaminé le débat, et la presse. Leur discrédit populaire rejaillit sur l'ensemble des médias.

Les éditocrates sont détestables quand ils se prétendent journalistes.


Ami macroniste, ne change rien.

26 janvier 2019

612ème semaine politique: comment Macron veut pulvériser le débat politique



Emmanuel Macron continue son show, une tournée baptisée Le Grand Débat, que l'on rebaptisera Grande Campagne puisqu'il s'agit de cela, pour les prochains scrutins, en faveur de la propagande macroniste. 



#1 Succès médiatique
Nul ne sait encore si la Grande Campagne est un succès populaire mais tous les médias dominants assurent qu'elle en sera une. On annonce 800 meetings, peut -être plus, les premières tenues attirent entre 80 personnes (à Paris, dans la belle salle du Conseil de Paris, vendredi 25 janvier) et 300 personnes, rarement plus.  Soyons généreux, prenons 300 participants en moyenne par débat, soit au final 300 000 personnes, peut être 500 000.

Pourtant, les moyens médiatiques sont démesurés:
  • Tous les éditocrates multiplient les commentaires sur l'exercice, la forme et pas que le fond. Ils applaudissent des deux mains.
  • Les chaînes d'informations accordent une antenne disproportionnée à cette Grande Campagne - BFMTV diffusait en direct les images du premier ministre en écoute silencieuse dans une salle à Sartrouville.
  • Les réponses de Macron sont sur-relayées que les commentaires critiques des anonymes. 
  • Emmanuel Macron lui-même fournit le show et nourrit la bête - Le 25 janvier, les caméras élyséennes sont encore là pour filmer la "venue surprise" de Jupiter à Bourg-de-Péage. 
  • La veille, le service public se plie à l'agenda présidentiel et consacre une émission entière à la Grande Campagne. 
Au final, c'est bien une overdose biaisée: des louanges à la tonne sur le Grand Débat, les grands ébats. Et des attaques en règle sur le mouvement des Gilets Jaunes.


#2 Le moment Hanouna
Le summum du ridicule n'est pas loin avec cette émission spéciale co-animée par l'animateur le plus condamné de France pour dérapages sexistes et homophobes, Cyril Hanouna et la secrétaire d’État à l'égalité Femmes/Hommes Marlène Schiappa, sur C8, vendredi 25 janvier. Cette dernière, peu avare en bêtises, s'exclama, joyeuse: « Un atelier du , ça peut être n’importe quoi. » Et effectivement, ce fut le cas.
"Marlène Schiappa sera derrière moi avec un paperboard et elle notera toutes les idées qui nous seront soumises."  Cyril Hanouna, animateur de soirée.
Dès le lendemain, la presse dominante s'empresse de titrer sur les 7 propositions que l'émission a "fait émerger". Les mêmes qui raillaient, moquaient les propositions des Gilets Jaunes car elles n'émaneient pas de la représentation nationale ni du programme présidentiel s'extasient devant cet exercice télévisuel pour une raison simple: il est contrôlé à la source.

L'émission est un semi-flop: 1 million de téléspectateurs, mieux que la moyenne de la chaîne, mais un score deux fois moins élevé que l'émission de la veille sur France 2 pourtant considéré comme un échec. 98% des Français ont choisi une autre activité que de regarder ce cirque.

Sur le fond, on devrait se réjouir puisque la plupart de ces propositions heurte la doxa libérale de Jupiter,  mais en même temps Mme Simplette n'a rien promis. Et pour cause...

#3 Faux Débat
La Grande Campagne est une initiative d'Emmanuel Macron, nul ne le conteste. C'est écrit sur la page d'accueil du site. Cet exercice de riposte fut contraint par la crise des Gilets Jaunes et est dénoncé comme tel par Chantal Jouanno. L'ancienne "écolo de droite", sarkozyste des débuts fustige la manipulation. Et pourtant, elle en a de l'expérience, en matière de déébats publics. C'est même son boulot que d'en piloter 80 par an. Elle en voit des débats publics depuis la Commission nationale du débat public qu'elle préside. Pourquoi une manipulation ? « Le principe d’un débat public, ce n’est pas de poser des questions aux Français, ce sont les Français qui vous posent des questions, eux qui s’expriment, eux qui disent ce qui leur tient à cœur » explique-t-elle. Macron choisit, arbitre, anime un débat censé le confronter aux doléances du peuple.

Les citoyens peuvent se poser trois questions: combien de temps peut-on participer ? Deux minutes. Combien de propositions seront retenues ? Aucune si elles contredisent la politique décidée par Macron.  Combien de thèmes sont possibles ? Quatre, quatre seulement, sélectionnés par l'Elysée. Le débat est encadré par des "fiches" et des "kits" préparés par la communication élyséenne.


#4 One-man-show Macron
Emmanuel Macron lui-même se pointe dans une réunion de la Grande Campagne. Jupiter avoue son renoncement à interdire le glyphosate. Trahison écologique ? Cette substance néfaste, principe actif du Round up récemment condamné aux États-Unis, est tellement utilisée par l'agro-industrie que Macron recule. Deux jours plus tard, Corinne Lepage rappelle à Jupiter sa responsabilité qui sera pénale: "nul doute que les juges français auront donc à se poser la question de la responsabilité des pouvoirs publics dans cette inaction sanitaire."

Macron répète aussi la même formule-choc de sa tournée provinciale. Interrogé sur le rétablissement de l'ISF, comme lors de ses 2 rencontres filtrées avec les maires la semaine précédente, le jeune monarque réplique avec arrogance et raccourci: "Est-ce qu'il y a deux ans, quand il y avait l'ISF, on vivait mieux et il y avait moins de SDF ? Non." La réponse, qui ne vint pas puisque le droit de suite aux élucubrations présidentielles est interdit lors de ces shows ultra-contrôlés était simple: Est ce qu’il y a 2 ans, quand il y avait l’ISF, il y avait plus d’argent dans les caisses de l’Etat pour financer la solidarité ? Oui.


#5 Divisions de l'opposition
La campagne macroniste s'appuiera aussi sur l'irruption d'une liste "Gilets Jaunes" menée par une infirmière au chômage, un ex-référent macroniste de l'Oise et le soutien de Bernard Tapie, une liste contestée par des Gilets Jaunes. La division était inévitable. Mais cette récupération fait assurément le jeu du parti présidentiel tant elle divise encore davantage l'opposition.

Le macronisme est d'abord une opération de fragmentation politique à répétition. Sociologiquement minoritaire, cette über-classe ne s'en sort qu'en pulvérisant l'opposition en de multiples parties braillardes et apparaître ainsi seule en tête, par défaut. Une vingtaine de pourcent des foyers suffisent ainsi à tenir le pays, par défaut.

#6 Macron à droite
Macron progresse dans les sondages. La Grande Campagne lui fait du bien... à droite et au PS. L'effondrement de Laurent Wauquiez, clown sarkozyste propulsé par défaut à la tête des Républicains, profite à Macron. Les commentaires de la presse dominante font croire que ce réveil sondagier tient aux mesures sociales. "Manifestement, les annonces de décembre n'ont pas laissé les Français insensibles" commente un éditorialiste de RTL. Dans le détail, Macron ne progresse que dans les 6% de sympathisants socialistes et chez les sympathisants LR, plus nombreux.


#7 Le ruissèlement en échec
La publication du bilan du chômage en 2018 suscite des commentaires enthousiastes au flash de 19h de la radio publique France inter, vendredi 25 janvier. Alléluia ! De quoi se réjouit-on ? D'une baisse du chômage au dernier trimestre. Vraiment ?
  • Au 31 décembre 2018, le nombre d'inscrits à pôle emploi s'établit à 5 605 000 personnes en France métropolitaine (6 millions si l'on ajoute les DROM-POM-COM), en baisse de 0,3% sur 12 mois (-15 000). 
  • Dans le détail, le nombre de sans-activité baisse de 50 000, mais celui des travailleurs à temps partiel (catégories B et C) progresse de 35 000, pour l'essentiel chez les femmes et les plus de 50 ans. 
  • Sur un an, 544 000 personnes sont sorties des catégories A,B et C de pôle emploi (chômeurs en recherche active) au dernier trimestre, soit 0,3% de moins que l'année précédente. 
  • Pire, ce résultat masque que le nombre de radiations pour défaut d'actualisation a bondi de 5% sur un an (+2,8% au dernier trimestre). Radier pour faire baisser les statistiques, la méthode est connue.
Ces résultats sont aussi à, mettre en rapport avec le coût du "ruissèlement": la réduction des cotisations sociales (qui a déstabilisé les comptes sociaux) a été entamée voici 5 ans, et amplifiée par Macron, pour un coût total avoisinant les 120 milliards d'euros sur la période (100 milliards entre 2014 et 2017, puis à nouveau 20 en 2017): 120 milliards pour laisser filer le chômage de plus de 434 000 inscrits entre 2014 et 2018 dans les catégories A,B,C... Au bout de 5 ans, a-t-on le droit de parler de fiasco ?


#8 Baisser les indemnités chômage 
Dans son one-man show, Macron répète avec gourmandise cette mauvaise formule: le chômage indemniserait trop bien, et cela découragerait l'emploi. N'est-ce pas plutôt le faible niveau des salaires en France qui est en cause ? Mais qu'importe. L'argument lui-même tient mal la réalité: il faut deux années de cotisations chômage sans interruption pour être indemnisé pendant deux années maximum. Et 44% des chômeurs ne touchent aucune indemnisation. Le nombre de chômeurs de plus d'un an a progressé de plus de 140 000 sur 12 mois, pour frôler les 2,9 million. Alléluia!

#9 Le Pen ment
Quand Macron n'est pas sur l'estrade de sa Grande Campagne, il signe un traité à Aix-La-Chapelle avec la chancelière Angela Merkel. Ce fut l'occasion d'un concours d'intox. A l'extrême droite, Marine Le Pen raconte n'importe quoi, avec l'aplomb qu'on lui connait: " Je n’ai pas envie de partager le siège de la France au Conseil de sécurité [de l’ONU] (…). Nous faisons par ce traité un pas supplémentaire vers cela ." Le traité dit au contraire l'inverse. Il ne s'agit pas de partager le siège de la France, mais de consacrer "l’admission de la République fédérale d’Allemagne en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies" comme "une priorité de la diplomatie franco-allemande." Un sous-fifre de l'équipe de Dupont-Aignan renchérit avec un autre mensonge en déclarant que l'Alsace et la Lorraine allaient "repasser sous gestion allemande" et que "la langue administrative serait l’allemand". Faux et archi-faux... L'extrême droite se retrouve, aveuglée par sa xénophobie, vomissant ses mensonges.

#10 La supercherie européenne
En face, Macron n'est guère mieux. Il en fait des tonnes sur ce micro-traité. Le jeune monarque fait de grandes déclarations sur le manque de démocratie en Europe. Mais il s'accommode fort bien de cette Constitution pyramidale de la Vème République qui l'autorise à signer des traités qui engagent la France. Et justement ce traité engage la France dans une autre bêtise qui est aux antipodes des gargarismes macronistes en faveur de la revalorisation démocratique de l'Union européenne. En effet, le traité d'Aix-La-Chapelle fige la politique diplomatique des deux Etats: France et Allemagne agiront de concert au sein de l'Union Européenne. N'est-ce pas sympathique pour les 25 autres Etats membres ? Quelle est cette Union où deux Etats s'entendent à l'avance sur le dos et à l'insu des autres membres ? De quelle Europe Macron veut-il vraiment ?

#11 Macron applaudit un putsch
Au Venezuela, l'un des leaders de l'opposition, président de l'Assemblée nationale, s'auto-proclame président avec le soutien de l'administration Trump. L'autocrate Maduro est mal en point, l'armée semble le lâcher. Mais Emmanuel Macron est l'un des premiers dirigeants, après Trump, à reconnaître le putchiste. Finalement, les putschs ont du bon en Macronista.

#12 Protection de l'enfance
Macron enrichit son gouvernement d'un secrétaire d'Etat à la protection de l'enfance. L'heureux élu, Adrien Taquet, était député macroniste et vota avec joie et fierté l'enfermement des mineurs migrants lors de la loi Asile et immigration. Il parait qu'il est spécialiste des questions de handicap. Tellement spécialiste qu'il a été enfariné par deux représentantes de l'association Handi-Social en novembre dernier à cause de la loi Elan (Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique) qui prévoit la réduction de 100% à 20% de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve.

#13 Ficher les Gilets Jaunes
Jolie révélation du Canard Enchaîné, l'Elysée a enjoint les forces de l'ordre de ficher les Gilets Jaunes les plus visibles, les plus actifs. L'instruction est venue début janvier au Service Central du Renseignement Territorial. Le ministère de l'intérieur a démenti tout fichage ciblé, avant de reconnaître que les leaders le seraient.

Un ex de la DGSE témoigne sur la répression. Un policier également mais il est rapidement convoqué en conseil de discipline.

#14 Acte XI: le débat interdit.
Les Gilets Jaunes rebattent le pavé partout en France, samedi 26 janvier. Le gouvernement annonce une manifestation en baisse, avec un pic à 69 000 (contre 84 000 la semaine précédente), mais les moyens pour décourager étaient nombreux: à Paris, l'accès au parcours des manifestations était difficile voire impossible. Place de la République, la police n'attend pas la fin de la manifestation officielle pour chasser les manifestants. Au final, six blessés graves à Paris parmi les Gilets Jaunes. Des Black Blocs viennent attaquer la police, dérapages comme d'habitude. La police tire à, la grenade, et crève un œil, à l'une des figures du mouvement.


Ami.e macroniste, où es-tu ?



Enlysee



20 janvier 2019

611ème semaine politique: Sarkozy, Macron, 10 ans de bouclier des riches.

 

 

C'est la contre-offensive. Emmanuel Macron publie sa "Lettre aux Français" sur les réseaux sociaux puis entame une tournée de réunions en province devant des élus. Voici le Grand Débat, une gigantesque diversion et une belle arnaque. Comme Sarkozy 10 ans avant, Macron fait sa campagne européenne et joue son rôle de bouclier des riches. 

 

La lettre du monarque
Le courrier d'Emmanuel Macron aux Français était attendu, il est décevant: aucune annonce, aucune reconnaissance, aucun bilan. C'est un courrier pour rien. Macron ressasse. Ce caprice présidentiel est d'abord un stratagème de plus de tenter de stopper l'attention médiatique sur le mouvement des Gilets Jaunes.

Lundi 14 janvier, le jeune monarque publie donc son courrier sur les réseaux sociaux. Il répète des évidences - "En France, le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte." Il rappelle sa fermeté. - "Je n’accepte pas la pression et l’insulte, (...) Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !" Il tait la violence sociale de ses contre-réformes. Il répète ce que l'on sait déjà - "je lance aujourd’hui un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain." Deux mois de show présidentiel et 500 micro-rencontres organisées "près de chez vous" autour de 4 thèmes sélectionnés par l’Élysée pour canaliser les émotions populaires. L'été dernier, le mouvement macroniste, à l'époque présidé par Christophe Castaner, avait lancé une grande "marche" partout en France, "à l'écoute des Français". Le flop fut total, le fiasco rapidement caché. Cette fois-ci, voici le "Grand Débat", lancé par Manu 1er lui-même.

Les maires, nouveaux interlocuteurs du monarque, sont d'ailleurs en attente de reconnaissance et d'apaisement. Ce Grand Débat, tous les sbires présidentiels ont prévenu: on parlera de tout, mais rien ne changera. Le premier objectif du "Grand Débat" est de faire parler et de divertir. Macron remplace, Macron répare. Il remplace le changement de politique par du bavardage médiatisé. Il répare sa relation abimée avec les maires à qui il a supprimé des centaines de milliers d'emplois aidés, déstabilisé leur financements locaux via la suppression partielle de la taxe d’habitation.

Dans sa lettre aux Français(e)s, Macron réitère un argument incompréhensible, un argument qu'il n'a pas compris les fractures du pays: "Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle." Cette affirmation est fausse, il faut le répéter semaine après semaine, chaque semaine de ce quinquennat. Il a été qualifié avec moins de suffrages exprimés au premier tour que ses prédécesseurs Sarkozy et Hollande, puis au second sur un référendum anti-Le Pen. Puis ses candidat(e)s godillots l'ont emporté aux législatives sur fond d'abstention inédite grâce au scrutin majoritaire. Ne pas comprendre ces fractures de départ, béantes, est faire preuve d'une ignorance suspecte. Macron n'a pas été élu pour casser le statut des cheminots, augmenter les taxes sur le plus grand nombre, préserver les ultra-riches, ni même abimer le code du travail (les détails de cette dernière réforme n'ayant été dévoilés que durant l'été 2017 lors d'un cache-cache politique honteux).

Son courrier est sans surprise. Il répète des convictions qu'il trahit quotidiennement dans les actes ("repenser notre modèle de développement" ... LOL) ou bien au contraire qu'il applique avec le zèle rare de serviteur du clan des ultra-riches (alléger l'impôt des plus riches).

Les Sarko-shows 
Le Grand Débat d'Emmanuel Macron singe une vieille démarche sarkozyste. Il y a 10 ans, l'ancien monarque s'était lancé dans une tournée en province. Pour entamer sa campagne de reconquête d'une opinion qui l'avait abandonnée, paraître plus proche des Français(es), et corriger son image Bling Bling de Président des Riches, Nicolas Sarkozy avait multiplié les débats thématiques: fin 2009, il avait lancé ce fumeux débat sur l'identité nationale avec l'aide de son fidèle Eric Besson (qui se souvient d'Eric Besson ?). L'occasion d'un vomi national xénophobe et raciste qui a vite été stoppé dès le mois de janvier. Puis, en 2010, Nicolas Sarkozy lui-même avait pris le relais , Corse.

En 2010, il s'agissait d'abord d'une campagne dans les territoires avant le scrutin régional de mars (qui fut néanmoins une débâcle). Les déplacements du Monarque en région ciblaient des zones à fort enjeu pour l'UMP; à chaque fois, les candidats UMP locaux étaient mis en avant par le président, et une réunion de militants UMP étaient discrètement organisée en marge des rencontres officielles. Bien avant le scandale Bigmalion, l’UMP se faisait ainsi financer ces meetings "présidentiels" (équipes de sécurité, transports, etc) par l'Elysée.

Puis, après les élections régionales et l'affaire Bettencourt, Sarkozy repart sur le terrain, une pré-campagne pour le scrutin présidentiel de 2012 que l'ancien monarque avait déjà en ligne de mire. Cette fois-ci les débats sont thématiques, avec une dizaine de tables rondes sur des sujets aussi variés que la rénovation du logement (septembre), l'agriculture (novembre) la médecine de proximité (décembre), ou l'industrie spatiale (le même mois).

Ce dispositif sarkozyste est quasiment identique à celui adopté par Macron une décennie plus tard: une assistance triée sur le volet, un public majoritairement silencieux à qui l'on confie le micro avec parcimonie, pour des questions encadrées, le tout dans des lieux filtrés et sur-sécurisés. A l'époque, chaque show sarkozyste coutait environ 200 000 euros aux finances publiques. Sarkozy était en campagne, avec deux ans d'avance.

Emmanuel Macron emboite ainsi les pas de son mentor. Il gave les médias, il sature les ondes. Les ex-socialistes ralliés à l'opportunisme pragmatique macroniste applaudissent avec autant de ferveur qu'ils dénonçaient dix ans avant le cirque agité de Nicolas Sarkozy.

L'Histoire sait être cruelle.


Le Macron-thon
Mardi 15 janvier, Emmanuel est en terre normande, enfermé dans un gymnase à Grand Bourgtheroulde (Eure), avec 600 maires. Les caméras filment en continu. La mise en scène est élyséenne, la retransmission garantie par les quatre chaînes d'information. Les uns après les autres, quelques élus déroulent les doléances de leurs administrés - pouvoir d’achat, justice fiscale, niveau des retraites, affaiblissement des services publics en milieu rural (telle la fermeture de la maternité de Bernay). Il persiste et signe avec ses formules maladroites et méprisantes: "Moi, là où j'habite,  en traversant la rue, je peux vous dire, on en trouve du travail, mais c'est pas vrai partout." Il justifie aussi sa réduction des aides au logement - 800  millions d’euros d'économie en 2018 puis à nouveau en 2019, puis 1,6 milliards en 2020.

Vendredi 18 janvier, Emmanuel Macron est à Souillac, 3 750 habitants. Le village est vidé de ses passants. Même les habitants doivent réclamer un laisser-passer spécial. Les rues sont nettoyées, les manifestations interdites. Souillac vit en état d'urgence, en "suspension provisoire" de la démocratie car le monarque est en visite. Macron rejoue son rôle. Il tombe la veste. L'assistance est globalement conquise. Quand un maire, Christian Venries, président de l’association des maires ruraux du Lot,  prend le micro, la voix tremblante par l'émotion, pour interpeller le monarque sur l'impact de ses mesures sur les bénéficiaires du RSA qui vivent avec 40 euros par semaine, les caméras de LCI dévoilent Macron qui sourit, puis rit d'un rire franc.

Le mépris présidentiel, en plein silence dans la salle. 

Triste sire.

Le show présidentiel dérape modestement dès la seconde édition. L'ennui est manifeste. Les sujets sont cadrés, les maires triés sur le volet n'ont droit à aucun droit de suite, Macron monopolise la parole. Ce Grand Débat est aussi une dépense de campagne au frais des contribuables pour l'équipe macroniste en vue des élections européennes.

Le sourire en coin, Macron braille qu'il est là pour écouter, mais en parallèle ses député(e)s godillots continuent leur travail de sape au Parlement.  Cette semaine, la fusion entre les tribunaux d'instance et les TGI est votée (à 15 voix contre 7...). La Justice est submergée mais l'on réduit le nombre de tribunaux. Le gouvernement obtient également la possibilité de procéder par ordonnances, sans vote, pour "préparer" le pays à la mise en oeuvre du Breixit dans deux mois. Tout aussi discrètement, la réforme de l'assurance chômage a été passée, elle durcit les sanctions contre les chômeurs et supprime la référence au salaire dans la définition de l'offre "raisonnable" qu'un chômeur ne doit pas refuser. Sur l'estrade de son second débat, Macron lâche une nouvelle salve contre les chômeurs: "certains ont plus intérêt à travailler quatre à six mois, se remettre au chômage et trouver des combines à côté."

Le mépris, encore le mépris.


Le bouclier des riches
Emmanuel Macron est en campagne. Le Grand débat est une diversion contre les Gilets Jaunes, un "bouclier des riches" pour éloigner le spectre d'un référendum voire d'une révision constitutionnelle et d'un changement de politique fiscale et sociale. 

Prenez l'ISF: "ce n'est pas un tabou ni un totem" explique-t-il en Normandie. "Mais est-ce qu'on vivait mieux avant (sa suppression) ?" Et d'enchaîner: ce n'est pas en rétablissant l'ISF que la situation d'un seul 'gilet jaune' s'améliorera". La suppression de l'ISF, non seulement fiscalement peu solidaire, est économiquement contre-productive (elle prive l’État de recettes fiscales) et socialement injuste (Pourquoi par exemple réclamer aux hôpitaux publics des économies d'un milliard d'euros en 2018 puis à nouveau en 2019 au nom des déficits publics ?). Macron lui-même, dans son courrier, fait très justement le lien entre les baisses d'impôts et la réduction des services publics: "Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique." Mais bizarrement, les 6 milliards de baisse d'impôts pour les plus riches (ISF, flat tax, etc) semblent épargnés de ce raisonnement.

A chaque "débat", pendant 6 ou 7 heures, Macron chantonne sa petite musique libérale - laissons les riches s'enrichir, responsabilisons les pauvres "qui déconnent". Mardi, juste avant le débat, il est enregistré lors d'une rencontre à huit-clos au conseil municipal de Gasny; fustigeant une nouvelle fois les pauvres: "On va davantage responsabiliser parce qu'il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent." On sait ce que "davantage responsabiliser" signifie en novlangue macronienne: renforcer les tracas administratifs et les contrôles.

Responsabiliser les riches et les grandes entreprises, il n'en est pas question. Pas de bilan officiel du CICE initié sous Hollande et amplifié par Macron, pas de conditions d'investissement à la suppression de l'ISF. Les ultra-riches, dont le taux d'imposition est plus bas que la totalité des 95% restants du pays, sont peinards et soutenus.

Macron se fiche des symboles. Lundi 21 janvier, il  rassemble à Versailles, en ce jour anniversaire de la décapitation de Louis XVI, le gotha du patronat français et européen pour louer l'attractivité retrouvée de la France. Une loi Travail qui asservit, la baisse des impôts pour les entreprises, la défiscalisation des heures supplémentaires aux détriments des comptes publics, Macron a fait beaucoup. Il veut rassurer le patronat que la "jacquerie" des Gilets jaunes ne changera rien à sa contre-révolution libérale. Les seules entreprises devraient bénéficier cette année du doublement du CICE - 40 milliards d'euros en une seule année ! -, entre autres avantages."Les investisseurs étrangers, eux, craignent que le mouvement bloque les réformes" s'inquiète un éditocrate macroniste, Nicolas Bouzou. "Ils considèrent que le gouvernement a fait de bonnes réformes, sur le marché du travail notamment, et la grande crainte est que ça s’arrête." Fichtre ! Au secours !  L'association ATTAC rappelle justement la grande efficacité du ruissèlement: "entre 2010 et 2017, les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %."

Trois quinquennats complaisants, et voici un résultat qui ne semble pas gêner la Macronista.

A cette hypocrisie libérale, soutenue par d'anciens socialistes désormais supporteurs zélés de ce fiasco économique, s'ajoute la violence d’État, celle qui blesse et mutile pour décourager la gronde et la révolte.

Violence d’État
Samedi 19 janvier, n'en déplaise à Macron, les Gilets Jaunes ont repris le pavé avec succès, une mobilisation soutenue, majoritaire calme mais forcément minorée par le gouvernement. Les chaînes d'info reprennent vite leur focalisation sur les quelques dérapages de fin de cortège. La police est renforcée de curieux effectifs en civil, déguisés en Black-blocs, surarmés, masqués et casqués.

Paris, 19 janvier 2018, près des Invalides.

Les violences policières, inouïes depuis le début des manifestations, font enfin surface dans l'actualité telle qu'elle traitée par les médias dominants. Le silence médiatique sur les "gueules cassées" au lanceur de balle de défense (LBD) est étouffant: 4 sujets dans les JT de 20 heures de TF1 et France 2 entre le 17 novembre et le 13 janvier.  Officiellement, les violences n'existent que du côté des manifestants. Davantage d'attention fut portée à salir deux Gilets Jaunes - Eric Drouet et Maxime Nicolle, que le Parti Mediatique désigna à tort comme leaders des Gilets Jaunes. Le complotisme macroniste, effrayé, n'a pas de limite.

Puis, grâce aux médias alternatifs tels le Media, aux vidéos et photos citoyennes publiées en continue sur les réseaux sociaux, et l'obstination d'un journaliste, David Dufresne, qui recense et publie sur Twitter les traces de violences et de leurs victimes, le Parti médiatique a été forcé de traiter enfin le sujet, et de relayer ces interrogations posées depuis des mois par des aossciations humanitaires telle Amnesty International: la police est-elle trop violente ? Quand la France interdira-t-elle l'usage des grenades ? On apprend avec retard que le 12 janvier, les forces de l'ordre avaient même été formellement autorisés à emmener des fusils d'assaut sur le terrain des manifestations.

Les 9 actes des manifestations des Gilets Jaunes ont fait près de 3000 blessés, dont 1000 chez les forces de l'ordre (sans blessé grave) et 1700 chez les civils (dont 94 blessés graves et mutilés au 14 janvier d'après le décompte de Libération: "nous avons considéré comme blessures «graves», les membres arrachés, les organes ayant perdu leur fonction principale, les fractures, les pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, les brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête.") La Justice a été saisie de près d'une centaine de cas, et 200 autres cas d'abus ont été signalés à l'IGPN.

Un portrait de Christophe Castaner, ce sinistre ministre de l'intérieur qui déclarait voici peu que "quand j'entends parler de brutalité inouïe et illégitime, je suis sidéré, et c'est le mot le plus poli que je trouve", a été dessiné avec comme pixels les portraits défigurés des victimes de balles et grenades policières. Même Amnesty International s'indigne. "Je ne connais aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des gilets jaunes" rétorque Christophe Castaner. 

Cet homme mérite la prison.


***

Mépris social, inefficacité économique, violence d'Etat, quelle est la suite ?

Ami macroniste, où es-tu ?